On entend dire que sortir un chiot pas vacciné fait prendre trop de risques. Avec tout ce qu’on entend dire, il n’est pas facile de démêler le vrai du faux. Surtout que parfois, ce qu’on entend n’est ni vrai, ni faux. C’est le cas de ce préjugé sur les chiots : il ne faut pas qu’un chiot rencontre d’autres chiens tant qu’il n’est pas vacciné.

« Préjugé » n’est peut-être pas le mot qui convient vraiment. Il s’agit plutôt d’une généralité pour une question à traiter au cas par cas. Ou bien de quelque chose d’un peu radical, alors qu’il existe un juste milieu.

Un chiot en bonne santé et sociable 

L’âge minimum légal pour acheter un chiot en France est de 8 semaines et, certes la vaccination n’est pas obligatoire pour les propriétaires de chiens, mais les chiots eux, doivent être vendus ou cédés vaccinés.

Votre chiot âgé de 8 semaines a reçu une première injection du vaccin, puis 3 ou 4 semaines plus tard, vous l’emmenez chez votre vétérinaire pour faire la deuxième injection. Pour un tout premier vaccin, il y a deux injections à environ un mois d’intervalle. Ainsi les chiots sont complètement vaccinés à 3 mois, le plus souvent – il y a des petites nuances selon l’âge exact de la première injection ; disons à peu près 3 mois pour l’immense majorité.

Ça veut dire qu’entre l’âge de 8 et 12 semaines, un chiot n’est pas vacciné. Il n’est pas protégé. Pas protégé contre 4 maladies.

Toutes des maladies mortelles.

C’est pourquoi vous pouvez entendre dire qu’il ne faut pas trop sortir son chiot… ou pas n’importe où… qu’il faut faire extrêmement attention… ou alors qu’il faut carrément éviter toute rencontre avec un chien jusqu’à ce que la vaccination soit complète. Beaucoup de vétérinaires conseillent d’être extrêmement prudent.

D’autres conseillent purement et simplement de ne pas laisser son chiot être en contact avec un chien, vacciné ou pas vacciné.

Et puisque des maladies se contractent rien qu’en se baladant dans des endroits où des chiens malades se sont promenés (quand ça se transmet par l’urine ou les selles, par exemple), des vétérinaires peuvent aussi conseiller de ne pas sortir son chiot là où les gens promènent leurs chiens.

Les vétérinaires sont plus ou moins catégoriques. Strictement du point de vue de la santé, il faudrait les écouter. Seulement voilà… on ne sépare pas la santé de tout le reste.

Ils le savent bien nos vétos, et c’est pour cette raison qu’ils sont globalement moins catégoriques qu’autrefois : quand vous avez un risque zéro pour les quatre atroces maladies avec un chiot pas encore vacciné, cela veut dire que votre chiot n’a pas de contacts avec d’autres chiens : alors vous avez un risque pour ses futures relations avec les chiens.

Le chiot doit vivre de bonnes expériences pendant cette période y compris avec les chiens

deux chiots jouentDans le milieu de l’éducation canine, vous entendez aussi des conseils très variés.

Pour les plus catégoriques de ce côté-ci, vous pouvez entendre l’exact inverse de ce qu’un vétérinaire un peu « radical » pourrait vous conseiller : sortez, sortez, sortez… votre chiot car c’est justement LA période idéale pour lui faire découvrir un maximum de choses et rencontrer des chiens !

Ces 3 ou 4 semaines-là sont réellement importantes pour un chiot, c’est vrai. En ayant de bonnes expériences avec des chiens, il va consolider ses bases en communication canine. Ensuite à l’âge de 12 semaines (3 mois), dans son cerveau, il y a une espèce de rideau qui commence à tomber.

Quand le rideau est tombé, cela ne veut pas dire que le chiot ne pourra plus rien apprendre. S’il n’a pas fait l’expérience de quelque chose avant que le rideau ne soit complètement tombé, il va avoir du mal à trouver ça normal – beaucoup de mal pour certaines choses.

C’est le cas pour tout ce qui fait la vie quotidienne. On pourrait prendre l’exemple de tant et tant de choses, mais aussi des humains – des humains dans leur diversité c’est très important (hommes, femmes, enfants, bébés, filles et garçons, personnes âgées, personnes en fauteuil, etc, etc.) – et c’est le cas pour communiquer avec ses congénères également.

Alors qu’est-ce qu’on fait ??

Parce que personne n’a « tort » ou « raison ». Le chiot pas vacciné n’est pas protégé et ce vaccin protège contre des maladies fatales et les quelques chiens malades qu’on parvient à soigner continuent d’avoir des tas de problèmes. En même temps, c’est bien la période idéale pour qu’un chiot rencontre des chiens.

[mailpoet_form id= »20″]

Les maladies en question

En connaissant un peu mieux ces maladies, surtout comment elles apparaissent et se transmettent, on peut déduire qu’il y a des choses à faire et à ne pas faire avec un chiot pas vacciné surtout dans certains endroits.

  • Le plus souvent fatale, la maladie de Carré est un virus qui se transmet dans les endroits où il y a plein de chiens ou un groupe de chiens comme un chenil, un élevage… Ça se déclare plus en hiver ou automne mais elle est vraiment très contagieuse ; ça se propage par les sécrétions et aussi dans l’air.
  • La Parvovirose aussi se rencontre surtout dans les endroits où il y a plein de chiens mais elle est quand même rare. Le virus, extrêmement tenace dehors, touche les chiens adultes comme les chiots qui, le plus souvent, n’y résistent pas. Il se transmet par contact avec un animal malade mais aussi avec les déjections d’un animal malade (les toucher de la truffe peut suffire) et même avec un objet contaminé, par exemple nos chaussures.
  • L’Hépatite de Rubarth est fatale mais ce n’est pas une maladie très répandue et les chiens adultes sont très peu concernés. Ça se propage quand un chiot est en contact avec un chiot malade et par l’urine.
  • La Leptospirose se propage par l’urine et le sang. Mais il n’y a pas que les chiens qui peuvent la transmettre aux chiens, il y a aussi les rongeurs dont les rats, vivants (par morsure) ou morts (par ingestion du cadavre). Les bactéries responsables de cette maladie aiment l’humidité ; d’ailleurs la Leptospirose se rencontre surtout dans des parties du monde très humides.

C’est déraisonnable de faire comme si ces maladies n’existaient pas. On va juste relativiser un peu.

S’il n’y a pas d’épidémie, le risque est faible. Je ne trouve pas de statistiques mais il semble qu’en France, et sûrement dans pas mal d’autres pays voisins, la vaccination des chiens est plus pratiquée que pas pratiquée. Apparemment, il y a des milieux propices et des milieux moins propices aux contaminations.

Ça dépend de là où on habite

chiot dans l'herbeAvec mon chiot pas vacciné, clairement si j’habite près d’un chenil, refuge, élevage, etc., que je croise fréquemment ou jamais leurs chiens en balade, je me renseigne auprès du vétérinaire sur les conditions des lieux (car précisons que « groupe de chiens » n’est pas synonyme de maladie, bien sûr) et puis sur les éventuelles épidémies du moment dans la région.

Sinon je prends la voiture et je pars balader mon chiot le plus loin possible.

Si je vis près d’une étendue d’eau ou alors dans une région pluvieuse, ou… manque de chance c’est le mois des orages, je ne vais pas sortir mon chiot pas vacciné dans des lieux où il peut plonger dans l’eau ou boire de l’eau dehors (qui pourrait le contaminer).

Pour les rats et rongeurs, j’y pense : je vois parfois des cadavres à un des endroits où je sors ma chienne ! Si j’avais un chiot pas vacciné, je n’irais pas du tout par là.

J’imagine que pendant ces 3 ou 4 semaines entre les deux injections de vaccination :

  • avec ou sans mon chiot, je ne fréquenterais aucun endroit où il y a tout plein de chiens
  • je ne toucherais pas les chiens des autres
  • je ferais attention à qui touche mon chiot
  • je choisirais les lieux les plus exempts de crottes et pipis de chiens (pas évident par endroits… !)

Puisqu’il faut tenir compte et du risque pour sa santé et de la socialisation, je serais prudente pour sortir un chiot pas vacciné mais j’essaierais de ne pas tomber dans l’excès.

Car je tiendrais compte du fait qu’il y a des lieux où les risques sont vraiment minimes mais aussi que je n’ai pas à sortir un chiot pas vacciné pour l’exposer à tous les chiens qui passent coûte que coûte.

Il faut des chiens sociables et procéder progressivement

En ce qui concerne ses congénères, le chiot apprend des bases solides pour le restant de ses jours pendant ses toutes premières semaines de vie. Il doit continuer à apprendre à communiquer avec les autres chiens jusqu’à l’âge de 12 semaines mais deux précisions très importantes s’imposent.

D’abord, la période idéale de socialisation du chiot ne s’arrête pas « pile poil » à 12 semaines « pétantes » ! C’est un processus progressif. Jusqu’à l’âge de 16 semaines.

Oui, avant l’âge de 12 semaines les chiots apprennent facilement que ceci/cela est normal avec de bonnes expériences. C’est leur cerveau qui veut ça. Et de bonnes expériences avec des chiens leur permettent d’apprendre à bien s’exprimer et à bien décoder ce qu’expriment les autres chiens.

chiot braque allemandMais pour aider un chiot à bien « parler chien », vous ne voulez pas le déposer au beau milieu d’un groupe de chiens adultes pendant une heure, chaque jour, 7 jours sur 7 🙂 Effectivement, dans ce cas… on prendrait des risques à sortir un chiot pas vacciné.

Vous voulez quelques bonnes expériences qui se répètent et pas avec n’importe quel chien: avec un ou des chiens qui font de « bons profs » pour votre chiot.

Ces bonnes expériences n’ont pas à durer des heures ni à se répéter à tout prix tous les jours pendant ces 3/4 semaines. Essayez de trouver les meilleures opportunités. La qualité des contacts est extrêmement importante.

Les meilleures opportunités, je pense que ce sont des rencontres avec un, deux, trois chiens sociables que vous connaissez un minimum.

Un chien super sociable avec les autres, c’est déjà bien si les expériences avec lui sont excellentes pour le chiot.

Une bonne expérience de temps en temps pour votre chiot, pendant ces 3 ou 4 semaines où il n’est pas vacciné, avec un chien adulte que vous savez vacciné et sociable, vaut mieux que de multiplier les rencontres en prenant à chaque fois ou presque le risque de tomber sur des « mauvais profs »… (à mon avis ce risque est plus élevé que celui de tomber sur des chiens malades, aujourd’hui, en France, surtout en ville- c’est juste mon avis, je n’ai pas de chiffres ou d’études, mais si j’avais un chiot, je crois que j’aurais plus peur qu’il apprenne de mauvaises choses).

Un chiot n’apprend pas à bien communiquer entre chiens avec un chien qui lui-même communique mal avec ses congénères. C’est pour cela qu’un « super prof en communication canine » vaut mieux qu’une dizaine de profs médiocres. Certes, c’est mieux de voir une diversité de chiens pour socialiser un chiot (comme la diversité des humains), de taille, de morphologie… Mais évaluez les risques en tenant compte de ça, si vous avez des craintes ou si vous entendez des conseils radicalement opposés :

  1. le rideau n’est pas encore tout à fait tombé
  2. les contacts sont importants mais on y va progressivement
  3. tous les chiens ne se valent pas pour apprendre de bonnes choses à votre chiot
  4. il n’est pas nécessaire (et c’est même peut-être risqué) de vouloir lui faire renifler tous les chiens du quartier 🙂

Ce que je ferais très probablement

Je pense que si je prenais un chiot, avant de le ramener chez-moi et dans ma vie, je m’assurerais de connaître au moins un chien adulte sociable, chez mes proches, dans mon voisinage, par une de mes connaissances… je prendrais contact avec son propriétaire et j’organiserais des rencontres. Si je parviens à en trouver deux ou trois d’aspects bien différents, ce serait idéal.

Je voudrais organiser quelques interactions (c’est-à-dire plus que du simple reniflage de derrière) avec au moins un chien cool avec les chiots qui va apprendre plein de bonnes choses à mon chiot pendant qu’il est encore temps et ce chien je le connais ; en tout cas je sais qu’il est en bonne santé et vacciné en plus d’être très sociable.

Lorsqu’il sera vacciné, je pourrai fréquenter plus de lieux et mon chiot aura déjà bien évolué. Au lieu de ne voir aucun chien pendant cette période importante ou de s’être fait rabrouer x fois parce que nous sommes mal tombés en allant au contact de chiens inconnus, en croisant les doigts pour que tout se passe bien… Ce qui peut être sans conséquence ou catastrophique ; ça dépend des chiots (les mauvaises expériences ne sont pas vécues de la même façon par tous ; mais on part du principe qu’il faut les éviter jusqu’à ce que « le rideau tombe » donc au moins l’âge de 4 mois).

Donc je m’organiserais à l’avance si j’avais un chiot.

Parce que je ne veux pas négliger les risques santé mais je sais à quel point c’est souvent long à améliorer et souvent imparfait malgré beaucoup de travail, un chien adulte qui ne communique pas bien avec ses congénères.

[mailpoet_form id= »20″]