Mon chien mange n’importe quoi (pica)

Le « pica », considéré comme un trouble du comportement (dans le sens de « comportement anormal »), consiste à ingérer diverses choses ayant en commun de n’apporter aucun nutriment. Le corps n’est pas fait pour digérer ces choses et le pica a donc parfois de graves conséquences.

Pica est un mot étrange. L’hypothèse la plus répandue sur son origine est le mot latin pica signifiant pie – l’idée étant que si les pies sont bavardes, elles ont aussi tendance à subtiliser n’importe quoi. On sait en tout cas que le mot ne date pas d’hier, car Ambroise Paré parlait du pica dans des écrits médicaux (16e siècle).

Attention, ce n’est pas parce qu’un chiot ou un chien a mangé quelque chose qui n’est pas mangeable que celui-ci est atteint de pica. Comme pour nous, un « trouble » du comportement, c’est un comportement anormal qui se reproduit plusieurs fois.

Les mesures d’urgence

La première chose à faire n’est pas de l’éducation. Créez un environnement aussi sécurisé que possible pour votre chien. Faut-il installer une barrière quelque part ? Faut-il sortir avec lui dans le jardin ? Faut-il déplacer la poubelle ? Faut-il enlever des plantes ? Faut-il ranger des objets au placard ? Faut-il fermer un placard à clé ?

  • Que pouvez-vous faire pour que votre chien ne se mette plus en danger quand vous n’êtes pas là ?
  • Que pouvez-vous faire quand vous êtes avec lui ?

Inspectez votre domicile et prenez le temps de la réflexion si le problème se pose ailleurs. Avec certains chiens très persévérants, chaque détail compte !

Quand vous faites de votre mieux pour empêcher votre chien d’avoir accès à tout ce qu’il est susceptible de consommer, vous devez substituer ce que vous avez enlevé par des choses « grignotables » !

Le rendez-vous chez le vétérinaire

Les causes du pica, chez l’homme comme chez le chien, sont longtemps restées mystérieuses. Aujourd’hui encore, tout n’est pas élucidé. Il y a néanmoins quelques maladies et affections pouvant pousser un chien à manger n’importe quoi. Par exemple, le diabète, certaines tumeurs ou la maladie de Cushing.

Si votre chien consomme l’inconsommable, prenez rendez-vous chez le vétérinaire.

Celui-ci va ausculter votre chien et vous poser des questions. Soit il suspecte une cause médicale et fait des examens complémentaires. Soit il écarte toute maladie et vous pouvez souffler. Il est très tentant de faire son diagnostique soi-même. Pourtant, seul un vétérinaire peut vous dire si oui ou non, un problème de santé est à l’origine du comportement de votre chien.

Ne paniquez pas : les problèmes de santé ne sont pas une cause si courante de pica mais mieux vaut le vérifier.

Les chiens qui mangent ce qu’ils ne digèrent pas peuvent être de toutes races. Le pica a toutefois tendance à concerner les chiens à gros flair ou les chiens très gourmands. Parfois, une gourmandise extrême a des causes médicales.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

Un problème de nutrition ?

On sait que chez nous, les humains, le pica est parfois en lien avec un déficit de certains minéraux, notamment le fer. Restons prudents avec les causes nutritionnelles pour le chien. Chez eux, il y a moins de travaux sur le sujet. Mais un changement dans l’alimentation peut aider certains chiens (en parallèle à des apprentissages).

Le problème, c’est que vous ne pouvez pas savoir ce dont votre chien manque et d’ailleurs, lui manque t-il quoi que ce soit ?

Ici encore, seul un vétérinaire peut vous suggérer ce qu’il faut changer, s’il faut changer quelque chose dans l’alimentation de votre chien.

Les chiens pour lesquels on peut éventuellement avoir des soupçons, sont par exemple, ceux qui mangent des repas faits maison, ceux pour lesquels on a déjà essayé plein de croquettes parce qu’il y avait toujours un souci ou encore, les chiens qui paraissent démesurément gourmands.

Cela peut aussi dépendre de ce que le chien consomme. La coprophagie est une autre forme de pica qui consiste à manger des excréments. Assez souvent, un chien qui mange ses excréments (ou les déjections de l’autre chien du foyer) est un chien qui s’ennuie. Mais un chien qui mange surtout ou exclusivement les excréments d’autres animaux, essaie peut-être de combler un déficit nutritionnel.

L’exaltation des sens

Chez le chien (et chez l’homme), une explication du pica (qui n’exclue pas systématiquement celles qui vont suivre) est sensorielle. C’est simplement que l’odeur et le goût de quelque chose – également la texture et donc probablement les sensations à la déglutition – est agréable (alors que ça nous paraît désagréable).

Par exemple, on peut fréquemment le suspecter pour un chien qui mange de la terre (géophagie). C’est une forme courante de pica. La terre est pleine d’odeurs et peut attirer des chiens qui ne se contentent pas de la renifler. Si la terre est chargée d’un produit toxique, de gravillons… manger de la terre peut devenir vraiment dangereux.

Un chien peut aussi manger du bois parce qu’il est attiré par l’odeur, le goût et la texture. Certains bois étant consommés par des humains qui n’ont plus rien à manger (comme la terre, d’ailleurs), on peut éventuellement suspecter un déficit nutritionnel mais ceci serait plutôt rare.

Le comportement qu’on a encouragé sans le vouloir

Abordons maintenant les causes purement « comportementales » du pica (pas en rapport avec la santé ou la nutrition).

Certains chiots grignotent les plantes (les vraies comme les fausses), les chaussures (en cuir ou pas), les vêtements… tout ce qui traîne. La plupart ne consomment pas ce qu’ils détériorent et ne se mettent pas forcément en danger. Les chiots ont besoin de mettre des trucs dans leur gueule pour mieux découvrir ce qu’il y autour d’eux ; c’est un comportement normal.

En rangeant ce qui traîne, en offrant au chiot de quoi mâchouiller sans danger et en jouant beaucoup avec lui, ça finit par passer. Parfois, il est également nécessaire d’apprendre un ou deux « ordres » (nous verrons quels sont les plus utiles en général).

Il arrive que ça continue et, le plus souvent, ça continue parce qu’on le renforce sans le faire exprès (comme vous le savez, sans doute, ceci se produit pour de nombreux comportements qu’on aimerait voir disparaître).

Votre chiot mâchouille un objet qui est dangereux pour lui ou simplement un objet auquel vous tenez. Vous dites « non » ou vous grondez, mais si le chiot a pour but de s’amuser ou d’interagir avec vous (ce qu’on appelle « attirer l’attention »), alors pour lui, peu importe ce que vous dites et sur quel ton vous le dites.

Il a eu ce qu’il voulait. C’est pour cela que parfois, les gens grondent et grondent et rien n’y fait, et ça se reproduit même de plus en plus.

Le chiot qui ingère de temps en temps peut vite apprendre que le plus efficace (pour obtenir une interaction) est de se mettre à ingérer ce qu’il détruit.

Un des « savoir-faire » les plus utiles qui soient d’une façon plus générale, quand on a un chien, c’est comment récupérer un objet subtilisé.

L’une des habitudes essentielles à prendre avec son chiot, c’est de ne jamais rien lui enlever sans lui donner autre chose à la place.

Parmi les réactions à adopter quand vous voyez votre chiot ou chien manger : saisir un jouet puis s’approcher avec, feindre l’émerveillement de la trouvaille – ne pas hésiter à être théâtral, surtout si le chien a tendance à fuir avec l’objet dans la gueule quand vous approchez et à vous faire courir partout – afin de pouvoir récupérer l’objet de suite (priorité absolue).

Puis tendre le jouet pour faire lâcher l’objet (et si un jouet ne fonctionne pas, essayer avec un autre jouet ou de la nourriture).

Vous êtes en colère ou paniqué, mais c’est un chien : il vous faut communiquer différemment de ce que vous faites naturellement.

Par la suite, il est possible que vous ayez besoin d’apprendre un ordre à votre chiot, bien que parfois, le fait de jouer souvent, porter attention à son chiot quand il s’intéresse à ses jouets et enlever tout ce qui « craint », suffit à faire disparaître le comportement.

Vous pouvez éventuellement suspecter que le pica est causé par un comportement renforcé malgré vous, si votre chiot ou jeune chien a toujours plus ou moins eu tendance à prendre des objets qui ne sont pas censés se retrouver dans sa gueule.

Votre chien doit occuper sa gueule

Un grand nombre de comportements problématiques chez nos chiens ont pour origine :

  • l’ennui = manque de stimulations, d’interactions, de divertissement…
  • et/ou la frustration = le chien ne peut pas faire ce qu’il a besoin de faire
  • et/ou le trop plein d’énergie = le chien n’a pas suffisamment d’opportunités de faire de l’exercice

C’est le cas du pica mais un chien qui mange n’importe quoi a particulièrement besoin d’occuper sa gueule alors, même si votre chien ne vous semble pas s’ennuyer, être frustré ou en manque d’exercice, les conseils suivants peuvent vous être utiles.

  • Testez différents os à mâcher. Il en existe vraiment de toutes tailles, textures, saveurs… Il arrive qu’avec certains chiens, on ait du mal à trouver ce qui leur plaît mais ne vous découragez pas ; on finit par trouver !
  • Privilégiez les jeux avec la nourriture : vous pouvez mettre en place différents jeux de recherche de nourriture sans avoir à acheter quoi que soit.
  • Donnez-lui ses repas avec un jouet qui va demander à votre chien de travailler pour obtenir ses croquettes, par exemple une balle à friandises.
  • Le rapport d’objet (rapporte !) est fréquemment une excellente activité pour un chien qui mange tout.
  • Si votre chien a peu d’occasions de tirer sur des jouets en cordes, testez aussi ce type de jouets.

Jouez avec votre chien et rendez les jouets plus intéressants si nécessaire, par exemple en les enveloppant la nuit dans un papier qui a servi à envelopper de la viande ou du fromage et en vous réjouissant dès qu’il s’intéresse à un de ses jouets.

N’oubliez pas que s’il faut « décourager » le comportement, il faut en parallèle, en encourager d’autres.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

Les mots utiles à apprendre à son chien pour faire disparaître le pica

Le plus souvent, les apprentissages sont complémentaires aux mesures dont nous avons parlé : sécuriser les lieux, occuper la gueule de son chien, etc. Mieux vaut ne pas aborder l’éducation comme la solution clés en main, et prendre le temps aussi d’améliorer la qualité de vie de son chien.

La qualité de vie est peut être déjà bonne ; dans ce cas, il s’agit plutôt de procéder à quelques ajustements.

Par exemple, si vous sortez déjà votre chien plusieurs fois par jour et que vous ne voyez pas ce que vous pouvez faire de plus, ce n’est pas au niveau de la quantité d’exercice qu’il y a un problème mais c’est peut-être (s’il y a un problème sur ce point), ce que votre chien fait ou ne fait pas pendant ses sorties (exemple simple mais assez courant : il ne peut pas renifler autant qu’il en aurait besoin).

Aussi précisons que vous ne pouvez pas apprendre ces mots à votre chien au moment où il a pris quelque chose. Il faut prendre le temps de faire des répétitions dans les situations les plus favorables possibles pour que le chien comprenne ce que les mots veulent dire.

Ces mots s’apprennent donc :

  • d’abord sans la présence de ce que le chien mange
  • avec une bonne maîtrise de l’art de la récompense, pour pouvoir se passer de récompense
  • avec une progression  pour réussir dans des situations de plus en plus critiques

Lâche

Lâche est un des mots les plus importants à apprendre à son chien. On peut l’apprendre en tout premier. Il est réellement très utile, peu importe la vie que l’on mène, le chien que l’on a, etc.

Avec un chien qui prend et consomme un peu n’importe quoi, jusqu’à se mettre en danger, quand vous changez vos réflexes naturels (voir plus haut pour récupérer quelque chose que le chien a pris), le fait qu’il connaisse ce mot est une aide incommensurable et cela vous évite d’être en conflit avec votre chien.

Pas toucher

Tandis que « lâche » est associé au comportement qui consiste à ouvrir la gueule, « pas toucher » sont des mots qui correspondent au comportement consistant à éloigner le museau (ou ne pas l’avancer) de ce qui attire un chien quand il risque de le prendre.

Et tandis que « lâche » est fréquemment considéré par les éducateurs canins comme « un ordre de base », c’est rarement le cas pour « pas toucher » mais ce savoir-faire est plus qu’utile en cas de pica.

Pied

« Pied » ou « au pied », ce qu’on appelle le rappel, s’avère très utile en règle générale ! En ce qui concerne le pica, un bon rappel vous évite de renforcer le comportement malgré vous, vous permet d’initier le jeu plus facilement (et ainsi détourner encore plus votre chien de ce qu’il s’apprêtait à consommer), et vous évite d’entrer dans le conflit.

Quand récupérer l’objet est trop difficile ou que vous n’y parvenez qu’une fois de temps en temps, vous avez cette option de faire venir votre chien à vous.

Préférez la « ruse » à l’intimidation.

Le stress et la compulsion

Il est possible que le pica soit engendré par un stress. Il est généralement difficile de comprendre ce qui stresse son chien. Faire appel à un bon éducateur permet d’abord de savoir s’il s’agit de stress et si c’est le cas, de prendre les bonnes mesures pour lutter contre ce stress.

Le stress ne crée pas forcément une « compulsion ». Mais manger l’immangeable en raison d’un stress peut devenir une compulsion. Précisons que la compulsion n’est pas une cause fréquente de pica et qu’on ne parle pas de « trouble obsessionnel compulsif » (propre à l’humain, dans la mesure où l’on est obsédé via les pensées). On parlera plutôt de comportement compulsif ou « qui fait penser à de la compulsion », ou autres termes.

Nos chiens peuvent faire plein de choses déroutantes et étranges, mais pas anormales pour autant. Le pica étant un comportement anormal, il peut s’agir parfois de compulsion.

Dans ce cas, le chien qui mange des pierres, du bois ou autre chose, de façon régulière, le fait pour évacuer un stress durable. Une compulsion dégénère relativement vite (si ce qui stresse le chien n’est pas supprimé) et le comportement se produit à tout moment et ne fait qu’empirer.

Quand un chien a une compulsion, un médicament est souvent nécessaire, en même temps qu’une aide éducative pour apprendre au chien à gérer sa compulsion. Donc dans ce cas, vous faites généralement suivre votre chien par un vétérinaire et vous faites intervenir un éducateur canin.

Pour terminer, ne faites pas de diagnostique à partir d’articles sur Internet 🙂 et faites-vous aider si vous ne parvenez pas à modifier le comportement de votre chien.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

2018-12-03T10:04:13+00:00