Si votre chien avance au ralenti quand il voit des lapins, fait détaler les chats à la vitesse de la lumière, et qu’un container de poulets farcis de viande hachée ne suffirait pas à le stopper, cet article vous aidera peut-être à ne plus jamais vivre ce genre de choses…

Peu importe ce qui fait courir votre chien (ou ramper), chats, autres petits animaux, vélos, voitures… il représente un danger et se met sûrement en danger lui-même. Ces chiens peuvent être fugueurs car ils sont parfois irrésistiblement tentés. Certains se blessent pour parvenir à leurs fins. D’autres blessent ce après quoi ils courent et des chiens peuvent aussi tuer.

Votre chien n’a pas d’instinct de chasse

Un prédateur est un animal qui tue un autre animal pour le manger parce qu’il a faim. Le chien n’est donc pas un « prédateur » ni un « chasseur » à proprement parler. Nos chiens semblent être faits pour ça car ils courent vite et ont un flair incroyable. Certains sont tout particulièrement sensibles aux mouvements. Ils montrent toute la suite de comportements du prédateur. Sauf que le but n’est pas le même puisque ce n’est pas pour se nourrir. Vous-même, quand vous voulez vous approcher d’un écureuil, d’un papillon, d’un oiseau… pour le prendre en photo, machinalement vous vous mettez à marcher lentement sur la pointe des pieds. Vous avez l’air d’un prédateur mais votre but n’est pas de tuer l’animal pour le manger parce que vous avez faim.

Ce sont des réflexes mais on parle aussi de pulsions parce que c’est plus fort que soi et parce que c’est un plaisir.

Combinez cette pulsion à aucun contrôle, peu d’occupations au quotidien et/ou un environnement inadapté (grouillant de tentations partout !) et vous vivez avec un danger public.

Pourchasser est une forme d’agression

Qu’il réussisse ou pas à attraper ce qu’il pourchasse et quoi qu’il en fasse s’il l’attrape, un « chien prédateur » a un comportement agressif. C’est à dire que dans le contexte de la chasse avec un chasseur ou pour le troupeau avec un berger, c’est utile. En dehors de ces contextes de travail, c’est dangereux.

Certains chiens ont cette pulsion qui est très très forte. Elle coule dans leurs veines et le mieux que vous puissiez faire, c’est de la gestion. C’est aussi lié à l’éducation, aux activités et à l’endroit où le chien vit (cf. propositions ci-dessous).

Cette pulsion de prédation est une forme d’agression et on ne dirait pas, à voir un chien « traquer une proie » ou lui courir après : il ne grogne pas, n’aboie pas, ne retrousse pas les babines. Il semble même y prendre du plaisir (et c’est le cas !).

Observez bien la façon dont votre chien s’approche des autres chiens. Ce n’est pas extrêmement courant, mais certains chiens peuvent voir d’autres chiens (plus petits qu’eux) comme des proies. Encore moins courant, mais possible : les enfants.

Pourquoi votre chien est-il aussi têtu ?

10594609_sVous avez un problème mais votre chien n’en a pas. Ce n’est pas un trouble du comportement. C’est génétique mais il y a autre chose qui rend vaines vos tentatives de régler ce problème : ce que fait votre chien est en soi une récompense. Vous n’avez rien à faire pour que votre chien apprécie. Pas besoin de le féliciter : il adore ce qu’il fait !

Ça lui fait du bien et on a voulu que ça lui fasse du bien car c’est utile pour certaines races de chien, qu’elles aiment débusquer, poursuivre etc. ou qu’elles aient envie de courir en voyant des animaux courir.

On peut ainsi leur apprendre facilement à chasser ou bien à rassembler des troupeaux.

Il n’y a pas d’animaux par chez-vous ? Qu’à cela ne tienne : les vélos ou les voitures, ça bouge aussi et c’est amusant aussi !

Ce problème concerne fréquemment les chiens de type berger d’ailleurs qui, eux aussi, peuvent attraper et parfois mordre ce après quoi ils courent.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

Qu’est-ce qu’on peut faire ?

Tout d’abord, il est très important de stopper toute la suite de comportements avant même qu’elle ne commence. Pour cela, il faut apprendre à anticiper.

Cela peut demander un peu d’entraînement car il faut bien observer son chien pour savoir quand ça commence. Est-ce que quand votre chien se fige en baissant la tête, il y a de fortes chances qu’il se mette à courir après quelque chose ou bien c’est plutôt quand il commence à ralentir ? Regardez ce que fait votre chien quand il a l’intention de pourchasser et essayer de l’appeler ou de l’attirer avant qu’il ne soit trop tard ou, pourrait-on dire, avant qu’il ne soit submergé par le plaisir au point que vous n’existez plus.

Ensuite, voici trois types de solutions à envisager.

1-Etre responsable et s’équiper

Votre chien adulte a goûté maintes fois au plaisir de pourchasser. C’est difficile de lui montrer que vous êtes plus intéressant et amusant qu’un lapin ou autre. Il risque sa vie et représente un danger pour d’autres animaux, des chiens ou des personnes en quasi-permanence : son environnement n’est certainement pas adapté. En effet, si vous êtes constamment sur vos gardes, votre chien vit dans un environnement qui le stimule trop.

Une clôture plus solide, un brise-vue, une barrière, un meilleur harnais, une meilleure laisse, un autre lieu/horaire de promenade, ne plus le lâcher n’importe où… modifier l’environnement de votre chien, être mieux équipé, mieux gérer les sorties, etc. : un ensemble de mesures améliore la sécurité de tous et cela vous aide aussi à moins stresser. Vous ne criez plus, ce qui est totalement inutile et pire encore, en criant, on risque d’encourager certains chiens à persévérer.

 2-Occuper son chien

Les chiens très « prédateurs » sont des chiens qui préfèrent le grand air au canapé du salon mais offrir des activités à votre chien, ce n’est pas forcément « le faire courir ». Vous devez occuper son corps et sa tête et tout seul, un chien ne s’occupe pas (ou alors, il se trouve des occupations… comme essayer de passer sous les fils barbelés parce qu’il a vu ou senti quelque chose !).

Le manque d’activités physiques et mentales, c’est la plaie, le fléau, le problème n°1 du chien aujourd’hui.

Découvrez des conseils pour répondre pleinement aux besoins de votre chien même si vous ne pouvez pas le lâcher.

Savez-vous si la race de votre chien a été reproduite pour attraper, rapporter, rassembler, déterrer, débusquer… ? Son utilisation (ce pourquoi la race existe), c’est sa passion. C’est là que votre créativité entre en jeu car bien sûr, vous n’allez pas acheter des renards pour divertir votre fox-terrier…

Certaines races de chiens vivent dans leur univers. Elles sont moins coopératives ou « dociles » : elles ont peu voire pas besoin de vous pour faire ce qu’elles aiment. Vous pouvez quand même leur offrir des occupations. Vous allez beaucoup améliorer votre relation et votre chien va mieux vous écouter : avoir plus d’activités physiques et mentales ou des activités plus adaptées aux passions de votre chien, ne va pas tout à coup désintéresser votre chien de ce qui le passionne mais cela peut certainement rendre vos promenades plus sereines.

Un chien qui s’ennuie moins apprend mieux et un chien qui a plus d’occasion de se fatiguer les muscles et les neurones est plus calme.

3-Y’a pas que le rappel dans la vie

Bien entendu, le rappel est un ordre de la plus haute importance. Toutefois, avec un chien déjà adulte extrêmement tenté de pourchasser tout ce qui bouge, quand cela n’a jamais fonctionné alors que vous avez tout essayé, vous perdez peut-être votre temps. Apprenez un autre ordre à votre chien. Observez bien votre chien : tout ne le fait pas courir ou avancer en rampant. Tout ne déclenche pas ses pulsions.

chien tetuSi vous n’êtes pas sûr de savoir pourquoi, observez dans quel(s) contexte(s) il réagit plus faiblement ou pas du tout.

Souvenez-vous du jour où vous vous êtes dit «  tiens, il n’a pas réagi ». Où étiez-vous ? Où était la « proie » ? Était-elle immobile ? En mouvement ? Loin ? Près mais hors d’atteinte ? Seule ? Avec d’autres proies ?

Dans ce contexte idéal, vous obtiendrez un peu d’attention. Là, la saucisse ou son jouet préféré pourra l’intéresser. Alors « assis » va le faire s’assoir (par exemple). Et vous aurez l’impression de vivre un miracle. Et vous recommencerez. Et vous vivrez un autre miracle. Et petit à petit, vous demanderez à votre chien de s’assoir et rester assis alors que la tentation augmente.

Sans doute que ce ne sera pas possible tout le temps et partout mais vous aurez réduit un peu le risque, pour votre chien et ce qu’il pourchasse, dans certaines circonstances.

PS : Il existe différents degrés de « prédation »et si votre chien attrape des pigeons dans l’arrière-cour, il n’est pas un danger public. Il est néanmoins important de prendre conscience que c’est une forme d’agression, même s’il s’amuse et même si ce ne sont « que » des pigeons. Il n’est pas judicieux de le laisser faire ou de l’encourager car il pourrait le faire ailleurs sur autre chose que des oiseaux.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.