Quelle est la règle numéro 1 pour éduquer un chien ?

Il existe une habitude à prendre, aussi simple qu’essentielle, qui peut vous être utile pour éduquer un chien, régler un très grand nombre de problèmes et en premier lieu, pour éviter les problèmes. Car plus vous le faites, moins vous avez d’ennuis. Cette habitude devrait faire pleinement partie de votre vie. Vivre avec un chien vous donne l’occasion de le faire au moins une fois et souvent, au moins quinze fois par jour.

Cela commence par un « A »…

point-interrogation

Anticiper ! Bravo si vous avez deviné. Il n’est jamais trop tard pour anticiper : cela ne concerne pas uniquement les chiots mais tous les chiens, de n’importe quel âge. Anticiper est plus facile si vous comprenez comment fait votre chien : c’est quelque chose qu’il sait lui-même très bien faire !

Votre chien est très doué pour anticiper

Que signifie « anticiper » ?

Ça veut dire prévoir, supposer ce qui va arriver et adapter sa conduite à cette supposition (Dictionnaire Larousse). Votre chien fait ça tout le temps. Il est extrêmement habile pour prévoir ce que vous allez faire. C’est pour ça qu’il s’est si bien adapté à vous.

De quoi votre chien a besoin pour anticiper ?

Cette question est intéressante parce que vous aurez plus ou moins besoin des mêmes choses pour mieux anticiper avec votre chien !

  • Il a besoin de comprendre les messages que vous lui envoyez.
  • Il a besoin d’analyser des éléments qui ne vous concernent pas directement, des éléments du contexte.

Il a besoin de comprendre les messages que vous lui envoyez. Si vous êtes trop imprévisible, votre chien ne sait jamais vraiment ce que vous allez faire et ce que vous voulez qu’il fasse. Mais si vous dites ou faites la même chose tous les jours, c’est facile pour lui de « prévoir… et adapter sa conduite ».

Exemple. Vous ne mettez vos grosses bottes à crampons que pour aller au jardin. Votre chien va vous attendre derrière la porte qui donne sur le jardin au moment même où vous sortez les bottes du placard. Vous ne l’avez pas fait exprès mais vous lui avez appris que bottes = on va au jardin.

Vous avez réussi à apprendre quelque chose à votre chien sans vous en rendre compte (imaginez ce que vous pourriez lui apprendre en faisant consciemment les mêmes choses…)

Faire ça, c’est plus facile pour le chien que pour nous. S’adapter à nos messages, c’est vital pour lui et instinctif. Mais nous aussi, nous pouvons parvenir à mieux comprendre les messages qu’envoient nos chiens.

Il a besoin d’analyser des éléments qui ne vous concernent pas directement. Il y aurait des milliards d’exemples pour illustrer comment un chien peut déduire ce qui va se passer. Mais remettons nos bottes à crampons.

Quand vous mettez vos grosses bottes à crampons, parfois c’est pour aller au jardin et parfois, c’est pour aller bricoler dans le garage. Votre chien a un grand intérêt à vous suivre au jardin mais pas au garage, où vous faites généralement beaucoup de bruit avec la perceuse, la visseuse, la ponceuse… et en plus, vous ne vous occupez jamais de lui.

Il lui arrive peut-être de se tromper, mais la plupart du temps, il ne se met pas derrière la porte du jardin quand vous avez décidé d’aller bricoler. Peut-il lire dans vos pensées ??? Non, il observe d’autres éléments. Souvent, ces éléments nous échappent et nous avons l’impression que nos chiens ont un sixième sens.

Par exemple, il a compris que vous n’allez pas au jardin si vous avez mis de vieux habits que vous ne mettez que pour faire du bricolage (entre autres éléments peut-être, ce n’est que pour l’exemple).

Et nous, de quoi avons-nous besoin pour anticiper et ainsi éduquer un chien en évitant un maximum d’ennuis ?

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

Connaître son langage pour prévoir ce qu’il va faire

Le meilleur exemple est l’apprentissage de la propreté. Il nécessite de beaucoup anticiper ! Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres mais apprendre la propreté à son chiot est l’initiation parfaite à ce qui fera partie de la vie quotidienne pour les 10 ou 15 prochaines années !

Mouvements, postures, sons, regards etc. de votre chien, peuvent vous indiquer ce qui est le plus susceptible de se produire.

Anticiper demande de connaître le langage du chien et d’être observateur, parce que chaque chien est différent et que les signaux qu’il envoie dépendent du contexte dans lequel il se trouve.

Quand il a envie de faire pipi, votre chien tourne en rond (parmi d’autres possibilités). Anticiper consiste dans ce cas à ne pas attendre le moment où il tourne en rond.

Analyser d’autres éléments que le chien lui-même

Le comportement de votre chien ne dépend pas que de sa race ou son passé. Il dépend d’une combinaison de multiples éléments : son environnement (qui comprend lui-même de multiples éléments), des prédispositions, des apprentissages… Si vous vous focalisez uniquement sur votre chien, des éléments importants peuvent vous échapper quand vous avez un problème.

C’est souvent comme ça que l’on pense à des choses compliquées avant de penser à des choses simples, comme anticiper un peu plus, ou que l’on ne parvient à envisager aucune solution.

En effet, son caractère, son passé, sa race… ne sont pas les seuls éléments et ne sont même pas des éléments importants pour trouver une solution à un problème.

Pour mieux comprendre. Votre chien sait que vous allez bricoler grâce aux habits que vous portez quand vous allez chercher vos bottes à crampons. Ce n’est pas parce que vous avez la passion du bricolage transmise par votre père qui la tenait lui-même de son grand-père.

Vous pouvez mieux déduire ce que votre chien va faire donc anticiper, en observant divers éléments du contexte plutôt qu’en vous focalisant sur sa race ou son passé etc.

Exemple

Monsieur Y. a un boxer qui s’enflamme devant les canards. Il a lu tout ce qu’il est possible de lire sur le boxer et s’estime heureux que son chien revienne au pied au bout de 10 répétions de « au pied » (car il a bien retenu que le boxer est têtu…). Quand il pose des questions sur les blogs et les forums, il précise bien qu’il a un boxer de 5 ANS. Il remonte le cours de l’histoire jusqu’à l’éleveur du chien, qu’il critique beaucoup. Il explique qu’il a suivi des cours d’obéissance et que c’est un chien relativement bien élevé sauf quand il aboie sur les canards. Il demande aussi à des tas de gens si leur boxer aboie sur des canards. Ensuite, il demande partout où il peut, si un chien de 5 ans peut encore apprendre à revenir au pied. Comme il ne trouve pas de solution, il précise bien que c’est un boxer DE PURE RACE et qu’il a suivi des cours jusqu’à l’âge de 2 ANS et que cela fait moins d’1 AN qu’il a vu des canards pour la première fois etc. etc.

  • Monsieur Y. s’éloigne de ce qui compte vraiment.
  • Monsieur Y doit s’intéresser au langage de son chien et à des éléments spécifiques à la situation critique.

Quand Monsieur Y. a compris, il établit une liste de distractions pour son chien. Les canards arrivent au top du classement, bien-sûr. Les moineaux provoquent une moindre réaction. Il a prévu de s’entraîner au rappel en présence de moineaux (mais d’abord en présence de rien du tout). Et il le fera avant que son chien ne soit en état d’alerte maximum.

Pour cela, il observe que quand il s’arrête en étant tout tendu, il y a 90% de chance que son chien se mette à foncer sur quelque chose qu’il a vu : il marche tranquillement et tout à coup il ralentit, relève la tête, commence à se faire plus gros qu’il ne l’est, puis s’arrête… puis 9 fois sur 10, se lance dans un sprint dans les 2 secondes qui suivent.

Ainsi Monsieur Y. rappelle son chien bien avant le moment où il s’arrête. Comme il ne commence pas à faire ça en présence de canards mais de moineaux : ça marche. De 10 répétitions de « au pied », il est passé à une seule fois « au pied ».

D’ici 2 semaines, il fera ce qui marche déjà bien dans plusieurs contextes un plus près de la mare aux canards. Il anticipe de mieux en mieux:  il le rappellera non seulement au bon moment mais en plus, en se plaçant à bonne distance de la mare etc. Il tient compte de plusieurs éléments du contexte.

PS : anticiper s’applique aussi au simple fait de remettre la laisse avant de passer devant la mare aux canards !

Récapitulons

  • Anticiper est vraiment une habitude cruciale pour éduquer un chien !
  • Le chien anticipe très bien, en déduisant ce qui va se produire selon les messages que nous lui envoyons et selon divers éléments d’un contexte.
  • Nous pouvons nous baser sur le même principe, parce qu’anticiper demande de connaître le langage de son chien et d’observer attentivement le contexte.
  • Accorder trop d’importance à la race du chien, son âge ou son histoire, peut détourner quelqu’un de ce qui est très important pour régler un problème.
  • Une fois que vous connaissez mieux le langage de votre chien et que vous tenez compte du fait qu’un problème ne se manifeste pas uniquement à cause de lui directement – et le plus souvent, pas du tout à cause de lui – vous pouvez anticiper !
  • Sinon, vous continuez à penser que votre chien ne comprend rien, que de toute façon c’est un boxer, un teckel etc., qu’il a 6 ans, qu’il provient d’un mauvais élevage, qu’il n’a jamais vu de canards etc. etc. etc.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

2018-12-04T07:23:16+00:00