On essaie de nous faire croire, depuis si longtemps, qu’il faut savoir se faire écouter en montrant qui domine et que ne jamais punir son chien, c’est être faible ou laxiste. On nous dit aussi qu’on peut très bien punir son chien ou le forcer à faire quelque chose de temps en temps, sans forcément compromettre une bonne éducation.

Mais une bonne éducation est justement incompatible avec la punition et la force.

Vous pouvez décider que la force et la menace, ce n’est pas une façon d’éduquer son chien. Vous pouvez décider de ne plus écouter ce discours qui vous incite à croire que le chien est un animal n’ayant qu’un seul but dans la vie : vous dominer. Cette idée a fait son temps.

Mais quand on ne connaît pas bien les façons possibles de procéder, on peut avoir du mal à prendre la décision de ne plus jamais punir. Découvrez un exemple d’une technique d’éducation très simple et accessible à tous, qui vous évite d’utiliser la force et la punition. Elle peut s’appliquer à d’autres situations et avec tous les chiens !

Utiliser un comportement qui se produit naturellement

Si vous n’avez pas d’idée précise sur ce qu’on peut faire pour bien éduquer son chien sans jamais utiliser la force ou la menace, commencez par utiliser des comportements que votre chien a de lui-même. Voici un exemple facile.

Votre chien est derrière la porte et vous ouvrez la porte. Il se précipite dans l’ouverture. Il semble qu’il pourrait s’arracher la peau pour passer s’il le fallait. Ou alors il pleure. Ou gratte. Ou il vous saute dessus entre deux tentatives de sortie.

Il n’y a absolument aucun intérêt à lui montrer que vous êtes le chef et que vous devez passer avant lui.

Ce que vous devez lui apprendre, c’est  :

  • forcer le passage = fermeture de la porte
  • autre comportement = ouverture de la porte

Puisque votre chien est un « brutus », vous pourriez penser qu’il faut être une brute aussi pour qu’il comprenne qu’on ne force pas le passage. En fait, cela n’a aucun intérêt parce que le chien n’apprend rien de cette façon.

Tout ce qu’il peut apprendre de cette façon, c’est un réflexe, un réflexe de protection, un réflexe de protection contre vous. 

Pour éviter ce triste phénomène, vous ne devez pas essayer d’empêcher votre chien de faire quelque chose en le punissant après-coup.

Vous  devez lui montrer quoi faire sans lui faire peur.

Comment faire comprendre à un chien qu’il doit faire autre chose ?

Avec cette technique très simple, vous attendez qu’il comprenne que forcer (ou tous ces comportements qui vous sont désagréables) ne fonctionne pas.

Mais vous ne restez pas les bras croisés en attendant que ça se passe. Vous faites en sorte que cela se produise.

(dans certains cas, si vous n’y arrivez pas, vous avez peut-être simplement besoin de voir les choses différemment. En effet, bien souvent, le problème n’est pas que les bons comportements ne se produisent jamais. Le problème est qu’on ne les voit pas. Mais revenons derrière la porte…)

Vous faites en sorte que votre chien trouve quelque chose à faire. Autre chose que ce qui n’est pas acceptable. Pour ça, il suffit qu’il comprenne que ce qu’il fait ne marche pas.

Si ça ne marche pas, il ne le fait plus.

Comment savez-vous qu’il a compris ? Cela dépend du chien mais il suffit qu’il reste debout sans bouger devant la porte qui s’ouvre (légèrement). C’est bon : ça veut dire qu’il a compris puisqu’il ne force plus.

Maintenant qu’il a compris que rien ne marche -la porte se referme quand il fait ce qui ne vous convient pas et c’est suffisant pour qu’il comprenne, ne faites et ne dites rien d’autre– vous pouvez lui montrer quoi faire pour que la porte s’ouvre.

Ce sera quelque chose qui vous convient et du coup, qui lui convient à lui aussi : c’est idéal !

Utiliser un ordre

Quand et seulement quand votre chien a visiblement compris, vous pouvez lui dire « assis » par exemple – à condition qu’il connaisse déjà cet ordre ! Dans certains cas, l’ordre n’est même pas nécessaire : le comportement qui se produit naturellement peut suffire.

Il s’assoit. Et là, vous ouvrez la porte.

Avec quelques répétions, votre chien apprend :

  • forcer le passage = fermeture de la porte
  • assis = ouverture de la porte

 De cette façon :

  • votre chien a un grand intérêt à s’assoir avant de sortir (il obtient ce qu’il veut)
  • vous y trouvez aussi votre intérêt (c’est bien plus agréable)
  • votre chien n’a pas peur de vous

Sans crier, sans forcer, sans même toucher votre chien, vous lui avez permis de découvrir par lui-même qu’on ne fait pas le « brutus » pour pouvoir sortir et en plus, vous lui avez appris que s’assoir fait s’ouvrir la porte. Il ne fera plus ce qui ne marche pas et refera ce qui marche bien. Et ce ne sera pas par réflexe pour éviter des cris ou autre chose, mais bien parce que c’est ce qu’il veut faire !

De nombreuses autres situations problématiques peuvent être résolues selon le même schéma : votre chien comprend que comportement x ou y ne marche pas, vous lui montrez ce qu’il peut faire pour que ça marche. Découvrez ici comment on peut procéder quand il faut non plus changer la façon dont le chien veut obtenir quelque chose, mais changer… ce qu’il veut obtenir.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.