Vous allez chez des amis avec votre chien, vos amis viennent chez vous avec leur chien ou vous cherchez à vous renseigner parce que vous voulez un deuxième chien… Comment faire pour que deux chiens s’entendent ? Les conseils qui vont suivre sont basés sur une expérience réussie !

Cet été, ma chienne et moi avons séjourné une semaine dans 20 m2 avec un autre humain et son chien et tout s’est parfaitement bien passé. C’était la première fois que nous vivions une telle expérience et j’étais complètement stressée j’avais quelques appréhensions.

Voici ce qui est généralement conseillé et ce qui a fonctionné pour nous.

A gauche, ma chienne. A droite, son

A gauche, ma chienne. A droite, son « copain ».

CONSEIL. Le plus difficile est probablement de trouver un juste équilibre entre laisser faire et intervenir. Mais plus vous connaissez le langage des chiens et plus c’est facile de voir quand vous devez intervenir ou pas.

N’hésitez pas à observer des chiens interagir, en liberté si possible. Un parc à chiens est vraiment un endroit idéal pour ça. Allez-y aussi sans votre chien. Quand votre chien fait partie des protagonistes, ce n’est pas pareil. Vous le surveillez et vous pouvez manquer beaucoup de messages que les chiens s’envoient.

Les chiens s’envoient des tas de messages pour communiquer. Certains de ces messages nous paraissent violents. Il y a même beaucoup de gens qui ne les considèrent pas comme des messages mais comme des agressions. Ce serait intolérable que nos chiens nous envoient, à nous, certains de ces messages.

Mieux connaître le mode de communication du chien peut beaucoup vous aider à faire la différence entre un chien qui a l’intention de blesser un autre chien et un chien qui dit « non ».

Même si certains chiens disent « non » de façon mal polie, c’est non. Ce n’est pas « j’aurai ta peau ! »…

Trouver le juste équilibre entre laisser faire et intervenir, c’est probablement laisser dire « non » et laisser l’autre chien comprendre que non, c’est non. Vous intervenez quand le « non » devient un « j’aurai ta peau ! » ou quand le chien qui se fait rabrouer ne comprend vraiment pas – ce qui peut d’ailleurs pousser un chien qui dit « non » poliment au départ, à dire « j’aurai ta peau ! »…

1- Briefing !

IMG_2761

Merci Lila, de laisser un petit bout de canapé à ton hôte…

Avec la personne qui nous a reçues, ma chienne et moi, nous avons passé de longs moments au téléphone à parler de nos chiens qui ne s’étaient jamais rencontrés.

Objectif principal : repérer les situations à risque.

De ce « briefing », sont ressorties des décisions simples mais importantes.

Nous avons décidé :

  1. de faire une rencontre sur le trottoir et de monter dans l’appartement seulement après une première promenade ensemble
  2. de ranger tous les jouets du petit chien, possessif à ses heures
  3. de prévoir de quoi les séparer au cas où pour ne pas avoir de réflexe sous le coup de la panique
  4. de poser le tapis de ma chienne dans un coin et de lui montrer tout de suite sa nouvelle place
  5. de fermer la porte de la cuisine quand l’un d’eux est en train de manger

Nous ne pouvons pas décider que deux chiens vont s’entendre. Nous ne pouvons que nous préparer le plus possible, le mieux possible. Ceci demande de bien connaître les chiens.

2- Rencontre

Ma chienne est partie de très bas et a fait de grands progrès mais elle n’est pas un modèle de sociabilité avec les autres chiens. On a vu pire. On a vu mieux aussi. Son copain est bien plus sociable qu’elle.

Sur le trottoir, lors de la rencontre, elle a fait un scandale. Ce type de scandale dure 2 secondes montre en main. Ensuite, la plupart du temps, tout va bien, surtout si le chien est plus petit qu’elle ou de la même taille. Pour un chien plus grand, cela dépend du chien. Elle a bien quelques copains plus grands qu’elle. Mais elle a toujours préféré les chiens plus petits.

IMG_2777

Notre premier « pan t’es mort » collectif !

Ma chienne a dit « non » d’une manière virulente, au chien avec lequel elle a passé une semaine dans 20 m2. Il a vite compris même s’il a essayé encore plusieurs fois (de lui renifler le derrière) mais plus discrètement. Ce qui lui valait des « non » moins virulents.

Ils ont rapidement trouvé leur mode de fonctionnement. Je n’ai pas grondé ma chienne pour avoir dit non et le petit chien n’a pas été grondé pour lui avoir reniflé le popotin.

Faites comme si de rien n’était. N’en faites pas une montagne, de cette rencontre. Ne dites pas « allez, dis bonjour » 🙂 Faites-en un « non événement ».

3- Ils s’ignorent…

Au cours de la semaine, plusieurs personnes me demandent comment ça se passe. Je réponds « ils s’ignorent ». Ce n’est pas exactement ce qui se passe mais c’est plus simple. Alors, on me répond « comme c’est dommage ».

On attend que je raconte des choses mignonnes comme « ils se font des câlins et des bisous ».

En réalité, nos deux chiens s’entendent.

Ce qui est inquiétant dans ce genre de situation, c’est quand un des chiens semble constamment surveiller l’autre (ou que les deux se surveillent). Or, il est clair que ma chienne et son nouveau copain ne se fixent jamais, mais ils ne s’évitent pas non plus.

Important aussi : lorsque ma chienne « dit » au petit chien « d’aller voir ailleurs », celui-ci ne prend pas de posture exagérée. Par exemple, il ne se baisse pas, ne baisse pas la tête : il s’en va, tout simplement.

Surveillez bien ces signes-là.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

4- Surveillance renforcée

On regarde, mais on n’a rien !

Nous n’avons pas fait grand chose à part les surveiller de très près.

La vigilance se relâche au fur et à mesure que les choses se passent bien. Sinon, vous devez continuer à faire attention aux signes inquiétants et aux situations à risque.

J’étais plus détendue après 1 jour. Je pensais passer toute la semaine en état d’alerte maximum.

Ils ont fini par faire des petits tours ensemble et ils ont eu le droit de rester tous les deux à regarder la préparation des dîners.

Ils n’avaient rien. On ne va pas non plus chercher les ennuis alors que tout va bien.

Il faut bien observer ce qui se passe pour savoir ce que l’on peut se permettre.  Avec certains chiens, rester dans la cuisine alors que le repas est en cours de préparation, c’est déjà chercher les ennuis.

Rapidement, nous pouvons nous occuper du chien de l’autre. Tandis que ma chienne se fait gratouiller le ventre, je câline le petit chien. Ceci a été possible parce qu’aucun signe de « jalousie » n’est apparu.

C’est une autre chose à bien surveiller.

Il faut aussi respecter « qui » sont les chiens. Par exemple, si vos chiens ne jouent pas ensemble, ce n’est pas la peine d’essayer de les faire jouer ensemble.

Attendez que quelque chose de bien se produise naturellement pour féliciter les chiens. La scène du bisou ou toute autre scène que vous rêveriez de voir, se produira peut-être un jour, et peut-être jamais.

5- Déstressez

Nous le savons tous, nos chiens se calquent sans cesse sur nos émotions. Nous leur communiquons beaucoup de choses sans le vouloir, y compris notre stress.

Si votre stress a du bon parce qu’il vous aide à rester vigilant(e), il peut aussi tout gâcher si vous voulez que deux chiens s’entendent.

Trop de stress, cela ne vous aide pas à avoir les bonnes réactions. Vous risquez de mal réagir au mauvais moment (gronder quand ça ne vous plaît pas) alors que pour mettre toutes les chances de votre côté, il faut bien réagir au bon moment (récompenser quand ça vous plaît) !

6- Fatiguez-les !!!

IMG_2759N’hésitez pas à offrir aux deux chiens qui vont se rencontrer et peut-être cohabiter, UN MAXIMUM d’opportunités de libérer leur énergie ailleurs que l’un sur l’autre !!!

Cela dépend des chiens. Promenades à rallonge, jeux et séances éducatives pourraient suffire à remplir leurs journées. Sinon, faites-les courir.

Pour vivre en paix dans 20 m2, ma chienne et son copain ont eu des journées bien remplies. Quand ils rentraient, ils allaient volontiers se coucher.

Cette semaine s’est tellement bien passée que ma chienne a fait un truc absolument incroyable.

Elle a dormi avec le chat juste à côté.

Parce qu’ il y avait aussi un chat dans cette histoire. C’est lui qui me rendait nerveuse, bien plus que le chien (par rapport à ma chienne). Un chat avec lequel tout s’est impeccablement bien passé également.

Découvrez le livre de OuafMag pour savoir comment Vivre En Paix Avec Plusieurs Chiens !

C'est la 4e dimension...

C’est la 4e dimension…

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.