Cet article à propos du chien possessif est pour vous si les situations suivantes vous évoquent quelque chose :

  •  mon chien me protège trop
  • mon chien grogne quand on m’approche
  • mon chien ne laisse pas mon autre chien s’approcher de moi
  • mon chien grogne quand j’approche de sa gamelle
  • mon chien grogne quand on s’approche de son panier

 etc. etc.

 Découvrez la façon la plus efficace de traiter le problème.

Que veut le chien possessif ?

Protéger sa gamelle, ses jouets, des lieux ou une personne (ou plusieurs) est un comportement normal chez le chien. Il garde ce qui a de la valeur pour lui. Nous faisons (un peu) pareil avec nos enfants, nos voitures, nos ordinateurs, nos plantes, nos vases en cristal…

Pour le chien, cela concerne souvent la nourriture mais de nombreux chiens peuvent garder des objets et des endroits. Et il y a des chiens qui gardent des personnes, surtout leurs propriétaires, souvent contre les autres chiens, parfois contre les autres personnes. En tout cas, cela donne cette impression…

En envoyant certains signaux (avec son corps), le chien « dit » qu’il veut l’exclusivité de ce qu’il considère comme précieux. Allez savoir ce qu’il dit exactement. Il ne veut pas, en tout cas, qu’on s’approche de certaines choses. Il se montre menaçant : ce n’est pas en rentrant la queue entre les pattes et en baissant la tête qu’il va protéger ses affaires. Menacer est efficace. Il en retire un bénéfice. Parce que ça marche : ça fait s’éloigner la menace. Il n’y a aucun rapport avec la méchanceté.

C’est un animal qui n’est pas rassuré.

Peu importe ce qu’il garde/protège et comment il se fait comprendre exactement, il veut de la distance entre ce qui lui est cher et ce qui menace ce trésor.

Même si nous voudrions lui dire qu’il n’y a pas de quoi s’affoler, c’est une menace selon lui. Nous ne pouvons pas faire comprendre au chien possessif que c’est mal de réagir comme ça.

Par contre, nous pouvons faire comprendre au chien qu’il n’y a pas de menace et qu’il a le choix : bien réagir est possible et cela apporte plus de bénéfice que mal réagir.

Bref, aujourd’hui, les éducateurs canins modernes (qui n’ont pas recours à la force, la punition et la douleur) ont pour but d’apprendre qu’être sociable, c’est mieux que d’être agressif. Faire peur au chien avec un bruit ou un objet, l’attraper par le cou ou le museau ou le gronder, ne sont pas des techniques modernes : on sait aujourd’hui que ça rend les chiens agressifs encore plus agressifs.

Degrés d’agressivité et contextes

mon chien est possessifLe comportement normal n’est plus normal quand les signaux sont excessifs. « Excessif » est un terme relatif au contexte.

Exemple. Votre chien va chercher son nonos sur le canapé alors que votre autre chien vient de s’y installer. Puis il emmène son trésor dans son panier. Ceci n’est pas excessif : il protège son magot mais n’a pas menacé l’autre chien (bon, il faut être vigilant en cas d’escalade).

Pour la « protection » des personnes, se figer sur place n’est pas excessif quand le chien se détend une fois que la personne s’approche de vous : il n’a pas menacé la personne. Il ne s’agit pas de protection à proprement parler : votre chien n’assure pas votre sécurité. Il s’agit de s’assurer lui, que personne ne va lui prendre ce qui lui appartient ou de se protéger lui-même.

Un chien très méfiant qui menace ceux qui vous approchent, ne vous protège pas. Il manque de confiance en lui et ses réactions sont imprévisibles.

Il y a donc des degrés chez le chien possessif, qui dépendent du niveau d’agressivité et des contextes.

Parfois, un niveau d’agressivité élevé est acceptable. Disons que vous avez oublié votre téléphone dans votre voiture garée devant la maison. Il fait nuit noire et vous allez vers le portail tout au bout du jardin. Vous n’en menez pas large… mais heureusement, votre chien vous suit ! Soudain, on entend des pas. Mais tout le monde est déjà rentré à la maison. Votre chien grogne en direction du portail et montre les dents. Il est temps, sans doute, de faire demi-tour et vous récupérerez votre téléphone demain matin…

Ce comportement, excessif pour protéger sa gamelle (par exemple), n’est pas inadapté à ce contexte du jardin la nuit avec des bruits de pas.

Quand le chien a commencé à montrer des signes d’agressivité que vous trouvez inadaptés aux contextes, si vous ne faites rien, ça s’aggrave.

Un jour votre chien attaque votre autre chien ou se jette sur quelqu’un. Beaucoup de gens disent qu’ils n’ont rien vu venir.

En réalité, assez souvent :

  • ils n’ont pas vu l’escalade des signaux d’agression
  • ils ont renforcé l’agressivité malgré eux (nous verrons un exemple fréquent)
  • ils ont puni ou grondé dès le départ (nous verrons pourquoi c’est inefficace et dangereux)
  • ils ont tenté, en grondant ou en punissant, de supprimer un comportement qui était adapté au contexte 

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

Pourquoi votre chien est possessif ?

Personne n’est vraiment sûr des causes possibles, quelle que soit la chose ou l’être que le chien semble garder. Aucun expert ne se prononce. Ce n’est qu’en partie génétique. Cela dépend beaucoup, beaucoup de l’environnement du chien et de ses expériences.

Mon chien me protège trop, mon chien grogne quand on m’approche… : cela ne signifie pas que votre chien est un bon gardien ni que vous chouchoutez trop votre chien – ce n’est pas une cause directe.

Votre chien n’essaie pas de devenir le chef de meute en vous empêchant d’approcher de sa gamelle ou son os. Ceci est un préjugé sur le chien qui a fait son temps. Votre chien n’est pas dominant parce qu’il vous « protège » trop. Rappelez-vous que le chien possessif manque de confiance en lui. Il n’est pas assez sociable.

C’est vrai que c’est souvent un chien qui s’ennuie. Mais pas toujours, et ça n’explique pas non plus le pourquoi du comment.

Pourtant on peut déceler des causes concrètes en étudiant ce qui se passe chez chaque famille ou personne concernée et en tenant compte du chien qui a son histoire à lui et ses petits soucis (chaque chien est unique) et on peut remédier au problème avec une solution adaptée.

Environnement

Les éducateurs qui travaillent avec des méthodes modernes modifient l’environnement du chien possessif AVANT tout apprentissage à proprement parler :

  • essentiellement afin d’éviter toute situation qui n’aurait pas encore été travaillée car cela peut renforcer ce comportement qu’on voudrait justement faire disparaître – c’est une cause majeure d’échec dans l’apprentissage (exemple : j’apprends au chien à venir vers moi au lieu de grogner sur moi quand je m’approche de son panier – ne le faites pas, c’est très dangereux, c’est juste un exemple – ça commence à fonctionner… et puis tout à coup, mon fils s’approche de mon chien dans son panier et mon chien grogne : mon fils est sain et sauf mais je peux recommencer tout mon travail car mon chien vient de « constater » à nouveau que grogner est efficace quand il veut repousser – de toute façon, il a eu l’occasion de vouloir repousser, c’est raté)
  • également parce que cela permet de limiter les expériences désagréables et de retrouver plus de sécurité

La toute première chose à faire c’est donc de réfléchir à l’environnement du chien. Ce n’est pas une solution de facilité. Ce n’est même pas une solution en soi. C’est mettre toutes les chances de son côté.

Obstacles

Votre chien empêche une personne, plusieurs, ou d’autres chiens de vous approcher ou vous empêche de l’approcher à certains endroits etc… Il existe des solutions mais il faut contourner des obstacles. De gros obstacles.

Le premier est systématique. Le deuxième est très fréquent.

  1. Quand votre chien est agressif, les gens qui approchent s’arrêtent, les chiens font demi-tour. C’est exactement ce que le chien possessif veut obtenir, et ça marche alors il continue. Il y a même un nom pour ce phénomène : « renforcement négatif ». Le chien apprend par lui-même qu’un comportement a pour conséquence de supprimer la menace.
  2. Vous pouvez aussi renforcer ce comportement malgré vous, quand vous essayez de calmer votre chien. À force de répéter les caresses, il comprend que ce comportement lui est bénéfique alors il le refait. Ce n’est qu’un exemple. Il y a mille façons, hélas, de renforcer des comportements d’agression sans s’en rendre compte.

Objectif

Attention, ce qui suit est une trame de base. Comme si un architecte vous donnait un plan et vous disait : « maintenant, tu construis ta maison ».

Chaque chien est différent et il faut élaborer une solution sur-mesure pour VOTRE chien au risque d’aggraver les choses.

Pour que votre chien possessif ne soit plus agressif, il faut lui apprendre un tout nouveau comportement qui va remplacer les comportements d’agressivité (tu as le choix). Il apprend que pour obtenir ce qu’il veut, il y a autre chose qui marche très bien, autre chose que menacer. Pour qu’il préfère exécuter ce qu’on lui apprend plutôt que menacer, il faut qu’il veuille autre chose que la distance. Pour qu’il veuille autre chose, il faut qu’il comprenne que « tout va bien ».

info_chien-possessif

Comme vous pouvez l’imaginer, ceci ne se produit pas en 3 jours mais bien mené, ce type d’apprentissage donne des résultats époustouflants.

Le principe :

  • Le chien ne veut plus obtenir de la distance : il apprend qu’être sociable fonctionne mieux qu’être agressif parce que les conséquences de la sociabilité sont plus intéressantes pour lui. 
  • Il ne veut plus la même chose qu’avant parce que peu à peu, il n’y a plus de menace.

Les stratégies sont différentes selon ce que le chien protège (entre autres paramètres importants). On apprend au chien à apprécier ce qu’il n’apprécie pas actuellement. Ceci à des degrés divers et de façons variables selon le niveau d’agressivité, bien entendu. Si votre chien a mordu, vous DEVEZ faire appel à un professionnel sans attendre.

Tu as le choix et tout va bien

La solution tout va bien consiste à changer l’émotion du chien en associant ce qui provoque l’agression (ex : un chien s’approche de vous) à quelque chose de très sympa.

Tout à l’heure, nous avons vu que les éducateurs modifient l’environnement pour éviter les situations qui n’ont pas encore été travaillées. C’est aussi parce qu’avec cette méthode, on commence TOUJOURS par des situations où le stress est tellement faible qu’il ne fait pas réagir le chien. Puis on progresse en allant vers des situations où le stress est plus important.

Cette progression est délicate. Répétons-le : si ce type de situation (stress important) se produit alors que vous commencez à peine à obtenir des résultats avec un stress peu élevé, vous réduisez vos efforts à néant. C’est une cause fréquente d’échec pour ceux qui tentent ce type d’apprentissage sans se faire aider.

La solution tu as le choix : on apprend un comportement qui remplace le comportement agressif. Ce nouveau comportement a de bien meilleures conséquences pour le chien que d’être agressif -ce qui peu à peu, n’est plus nécessaire et le chien systématiquement choisira d’être sociable.

Etre sociable, c’est mieux que d’être agressif

Au final le chien ignore ce qui n’est plus une menace (quoi de plus normal) ou arrête de grogner, etc. Ensuite, il faut absolument apprendre au chien que ceci fonctionne en toutes circonstances avec tout le monde. On ne passe à cette étape de généralisation que lorsque les résultats sont satisfaisants dans les situations les plus critiques.

Puis il faut répéter régulièrement sinon les bonnes habitudes peuvent disparaître. Ça s’en va d’autant plus vite avec les niveaux les plus élevés d’agressivité.

Bref, plus les choses ont dégénéré et plus vous allez devoir travailler et entretenir ce travail.

Pourquoi il ne faut pas gronder le chien ou punir

chien trop possessifSi vous m’écrivez « aidez-moi mon chien grogne quand je le gronde », je ne vous répondrai pas. Parce qu’en fait, c’est comme si vous écriviez « aidez-moi le beurre fond quand je le mets dans la casserole ».

Que voulez-vous qu’il fasse ?

Que feriez-vous si je vous grondais chaque jour ou régulièrement ? Vous seriez poli(e) les premiers jours puis vous me feriez comprendre que ça ne vous plaît pas. Et si je continue, vous hausseriez le ton parce qu’il vous faudrait trouver un moyen de me faire comprendre que ça ne vous plaît pas.

Gronder ou punir ne fait qu’aggraver les choses et cela vous met en danger.

Vous supprimez temporairement le comportement mais contrairement à ce qui se passe avec les solutions décrites, le chien n’a pas le choix. Il ne décide pas par lui-même de s’éloigner, par exemple. Il le fait parce qu’il est menacé ou parce qu’on le prend par le collier.

Cela ne fait que camoufler le problème !

Vous changez la réaction du chien sans modifier l’émotion qui pose problème. Il y aura toujours une réaction et, si elle est moins vive qu’avant, cela crée une frustration chez le chien. Il subsiste un risque important d’agression. Il n’a plus le droit de grogner alors il peut essayer de s’exprimer différemment. Sinon, le jour où il devra se défendre, puisqu’il y a toujours une menace – en punissant ou en grondant, vous n’avez pas transformé ce qu’il considère comme une menace en quelque chose d’inoffensif – il peut le faire sans prévenir.

Découvrez des solutions possibles pour traiter le comportement qui consiste à protéger sa gamelle ou un jouet si votre chien se montre possessif.

Sources

  • Patricia Mc Connell( patriciamcconnell.com)
  • James O’Heare, The Dog Aggression Workbook
  • Jean Donaldson, Mine! A Practical Guide to Resource Guarding in Dogs

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.