Mon chien est anxieux : 5 étapes pour changer son comportement

Votre chien est incontrôlable ou très agité quand vous quittez la maison, intenable en voiture, constamment sur le qui-vive en promenade… et il guette le moindre de vos mouvements l’air de dire laisse-moi devenir… l’ombre de ton ombre. ! Bref, votre chien est anxieux.

Comme la peur, l’anxiété est une émotion clairement identifiée chez le chien. Elle se manifeste à divers degrés avec des comportements désagréables dans certaines situations mais parfois aussi d’autres comportements inquiétants dans des situations qui ne sont pas stressantes.

L’anxiété peut être atténuée et même modifiée en une émotion bien plus positive, à condition de s’y prendre correctement, pour que cela ne se transforme pas en agressivité.

Etape 1 : prendre conscience du phénomène biologique

L’anxiété est un phénomène naturel. Votre chien anxieux est victime d’une émotion qu’il ne peut pas contrôler : il secrète une hormone (comme nous) et la conséquence est une (ou une suite de) réaction(s) physique(s) incontrôlable(s). Nous sommes mieux à même de maîtriser certaines de nos réactions. Nous pouvons, par exemple, attendre d’avoir quitté une pièce pleine de monde pour éclater en sanglots ou de rire. Nous pouvons même ressentir une émotion positive au lieu d’une émotion négative dans des situations qui nous angoissent, via différents moyens.

Le chien aussi, sauf que les moyens dont il dispose sont plus limités que les nôtres. Par exemple, il ne peut pas lire un livre sur le développement personnel ou assister à un séminaire de gestion du stress.

Cet animal que nous avons voulu tellement attaché à nous devient fou quand il n’apprend pas qu’on revient. Si la meilleure chose de votre vie, c’était d’être avec une personne et que son absence vous déchirait le cœur, seriez-vous atteint d’un trouble parce que vous pleurez quand cette personne s’en va ?

Un phénomène biologique permet au chien de se protéger. Bien sûr, de notre point de vue, l’anxiété chez le chien entraîne des comportements anormaux comme la destruction, la protection ou ce qu’on appelle l’hyper-attachement. Mais pour le chien, c’est la suite logique d’un trop plein d’émotion.

Tenir compte de ce phénomène, c’est être plus réaliste et pouvoir entamer une progression pour apprendre au chien à ressentir une émotion différente dans la situation critique.

Etape 2 : commencer par la situation la moins stressante

A quoi bon vouloir à tout prix faire obéir un chien alors qu’il est manifestement dans tous ses états ? Imaginez que vous accompagnez un ami chez le dentiste. Dans la salle d’attente, il a les mains qui tremblent et n’arrête pas de parler. Il ne vous viendrait pas à l’idée de lui dire : maintenant tu arrêtes de trembler et tu te tais !!

Humain ou animal, on ne règle pas un problème d’anxiété au moment où le stress est à son comble en exigeant un autre comportement que celui qui est à peine contrôlable. Si vous êtes d’accord avec ça, choisissez une situation dans laquelle la réaction de votre chien anxieux est de très faible intensité. Autrement dit, ne commencez jamais par « la salle d’attente du dentiste » !

Voici un exemple : quand un chien est très nerveux en présence d’autres chiens, vous ne pouvez pas lui apprendre à s’assoir à vos pieds en allant « en immersion » dans le parc à chiens ! Vous obtenez des premiers résultats excellents avec un « assis pas bouger » à la maison. Puis dans la cour, le jardin ou une petite rue tranquille. Puis à 10 mètres d’un chien qui ne le fait pas réagir. Puis à l’entrée du parc – là, on brûle des étapes, c’est juste pour l’exemple.

N’essayez pas de faire obéir votre chien anxieux quand tout est contre vous. Cela vous oblige à user de la force ou à donner de la voix. Quelques efforts pendant quelques semaines vous garantissent des résultats pour des années !

chien anxieux

Etape 3 : lui offrir plus de stimulation

Avant de commencer à traiter les comportements problématiques pour chaque « situation de crise », il est bon de faire quelques ajustements dans la vie du chien anxieux qui, dans son état, ne peut que rarement apprendre quoi que ce soit.

Il est rare qu’un chien anxieux soit trop stimulé et bien plus fréquent qu’il ne le soit pas assez.

Le simple fait d’apprendre aide le chien anxieux. Plus un chien apprend et plus il a confiance en lui. Stimulez son cerveau un peu chaque jour : cela a les mêmes répercussions que pour vous quand vous (rayez la mention inutile) faites vos mots-croisés, votre partie de jeu vidéo, la cuisine, du jardinage, votre solfège, votre séance de yoga… !!

Quoi que vous lui appreniez, c’est utile au bien-être de votre chien et vous pouvez même utiliser de nombreux tours dans des situations de crise car ils peuvent servir à détourner son attention au moment crucial.

On parle souvent de faire faire de l’exercice aux chiens anxieux et sans doute que beaucoup de chiens stressés en ont besoin – plus qu’ils n’en font effectivement tous les jours. Mais pouvoir « s’occuper la tête » est tout aussi important pour eux. D’ailleurs, concrètement aujourd’hui, beaucoup de chiens ne peuvent pas « faire de l’exercice » aussi régulièrement qu’il le faudrait et la stimulation mentale peut compenser en partie ce manque d’exercice.

Comme personne ne peut vivre bien en ne faisant que dormir et manger, aucun chien ne peut être « cool » en ne faisant rien d’intéressant dans sa vie quotidienne. Apprenez-lui des choses faciles. Prenez conscience qu’un chien anxieux a besoin de « loisirs » comme les gens anxieux !

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

Etape 4 : modifier ses propres réactions

Il nous arrive d’interpréter de travers les réactions du chien anxieux (d’où la nécessité de l’étape 1). Pour reprendre l’exemple le plus parlant et extrêmement courant : un chien est anxieux quand ses maîtres s’en vont. Il aboie, pleure, gratte à la porte… Cette anxiété continue de se manifester quand il est seul. Il peut détruire quelque chose. Vous rentrez chez vous après plusieurs heures d’absence. Vous avez oublié le « cirque » du matin.

On dirait qu’un régiment de la légion étrangère a traversé votre salon. Sous l’emprise de vos propres émotions, vous parvenez mal à vous contrôler sinon vous vous contrôlez mais vous êtes envahi(e) par l’idée que votre chien s’est vengé alors que la vengeance nécessite de mener une réflexion pour échafauder un plan et aucun animal sur cette planète n’en est capable.

Supprimez toute réaction qui ne ferait qu’amplifier les émotions déjà négatives de votre chien.

Quel que soit le moyen utilisé pour manifester votre colère, votre chien tente de se protéger. Ainsi, au lieu de travailler à modifier l’anxiété dans le bon sens, on y ajoute de la peur. Ce n’est pas facile de bien interpréter des comportements très très désagréables en étant soi-même émotionnellement en détresse mais on peut y arriver si on fait l’effort de mieux connaître le chien. C’est d’ailleurs l’une des grandes forces du chien, que de parvenir à nous faire changer en nous obligeant à nous dépasser.

Pourquoi votre chien est-il toujours anxieux alors que :

  • vous avez compris le phénomène de l’anxiété
  • vous lui apprenez progressivement à ressentir une émotion différente
  • vous lui offrez plus de stimulation au quotidien
  • vous prenez sur vous pour ne plus laisser éclater votre colère face à l’intolérable… ?

… il vous faut sans doute passer à l’étape 5.

Etape 5 : lutter soi-même contre l’anxiété !

Certains chiens sont plus affectés que d’autres par les personnes stressées mais n’oubliez pas qu’on les dresse aujourd’hui à détecter le diabète ou encore le cancer : malgré vous, vous sécrétez des hormones que votre chien perçoit. Votre chien absorbe vos émotions comme une éponge. C’est encore un phénomène biologique. Il ne peut pas les analyser mais il s’adapte à vos émotions.

Inconsciemment la plupart du temps, en étant stressé(e) vous avez des tas de petits comportements, des micro-réactions, des mouvements, gestes, habitudes… qui, jour après jour, envoient des messages à votre chien – qui passe une bonne partie de son temps à vous décrypter pour savoir ce qu’il doit faire. Quand vous êtes sur les nerfs, ces mini messages lui disent le contraire de ce que vous aimeriez pouvoir lui dire pour qu’il soit moins anxieux.

Personne ne peut apprendre quoi que ce soit à un chien en étant toujours stressé. Aucun chien ne peut être calme en vivant avec une personne qui s’énerve tout le temps ou qui est une boule d’angoisse !

Pour conclure

Vous pouvez apprendre à votre chien anxieux à mieux supporter la solitude, les nouveaux endroits, l’arrivée de vos invités, la présence de plusieurs personnes chez vous, d’autres chiens, les voyages etc. etc. et faire cesser les comportements les plus désagréables en commençant par la situation la moins stressante.

Mais il faut aussi et souvent d’abord prendre des mesures pour améliorer sa vie de tous les jours et faire quelques efforts pour être moins anxieux soi-même.

Il faut tenir compte du phénomène biologique qu’est l’anxiété pour se donner les moyens de modifier les émotions du chien dans le bon sens et ne pas les faire empirer ce qui peut le rendre agressif.

Il faut changer sa perception si nécessaire pour ne pas se comporter comme si on était face à une personne capable d’élaborer des réflexions complexes, telles que la vengeance.

Merci à Bruno pour son aide.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

2018-12-04T07:50:24+00:00