Mon chien aboie sur les gens dans la rue

Il y a des lieux que vous traversez dans l’angoisse ou des promenades ponctuées de frayeurs, lorsque votre chien aboie sur les gens dans la rue. Parfois aussi, des chiens sont privés de promenades, parce qu’on a tellement peur qu’il arrive un malheur. Si ce problème vous concerne, voici quelques conseils et ce que l’on peut généralement envisager.

Savez-vous qui fait aboyer votre chien ?

Je sais ou pense savoir

Un chien aboie sur les gens pour les tenir à distance ou les faire s’éloigner. Il y a des chiens qui se sentent menacés par certaines personnes. A nos yeux, elles ne font rien de terrifiant. D’ailleurs, les personnes ne font que passer. Mais, assez souvent, ces gens qui ne font que passer ne sont pas tout à fait n’importe qui.

Il est possible que votre chien aboie sur un genre de personne bien particulier. Ce sont peut-être des gens qui sortent un peu de l’ordinaire ? Certaines personnes ont l’habitude que des chiens leur aboient dessus. Les employés des travaux publics, par exemple, les géomètres et les agents d’entretien des espaces verts. C’est presque leur lot quotidien. Parce qu’ils sont habillés d’une certaine façon, et/ou grands et costauds, et/ou équipés d’outils ou tout ça à la fois : pas mal de chiens les trouvent impressionnants.

Il y a aussi des chiens qui n’aboient jamais sur ces personnes sauf… si vous vous retrouvez  vraiment très près d’elles.

Peut-être que votre chien peut aboyer sur toutes sortes de gens. On ne peut pas dire que ce soient des gens qui sortent de l’ordinaire. Mais, bizarrement, il n’aboie jamais sur les personnes âgées. Ou jamais sur les enfants. Ou jamais sur les femmes entre 25 et 35 ans en jeans avec les cheveux courts 🙂 Je plaisante mais il y a des chiens qui aboient sur diverses personnes et jamais sur un type particulier de personne même de près.

Repassez-vous le film des dernières fois où votre chien a aboyé sur quelqu’un. Remontez le plus loin possible dans le temps. Essayez de voir si votre chien est déclenché par des gens assez précis. Que ce soit, le sexe, l’âge, l’apparence, la tenue, peu importe. Et si vous constatez que c’est bien le cas : vous allez commencer par éviter de vous retrouver trop près de ces gens-là.

Je ne sais pas

Possible que votre chien aboie sur les gens dans la rue sans que vous n’ayez remarqué des points communs chez ces gens. C’est surtout quand quelqu’un passe à une distance rapprochée et cela peut être vraiment n’importe qui. Ou c’est quand quelqu’un passe et vous ne l’aviez pas vu venir. Au détour d’une rue. En sortant d’un immeuble. Ou bien c’est surtout quand il y a un groupe de personnes.

Ou alors, c’est plutôt selon ce que les gens font (ex : il aboie surtout si quelqu’un est agité, est assis, court, etc).

Bref, vous avez observé que votre chien aboie sur des gens dans certaines circonstances qui dépendent de la distance et/ou de l’effervescence et/ou de leur activité…

Dans ce cas : vous allez tout faire pour éviter de vous retrouver dans ces situations.

Comme 99% des gens ne s’approchent pas ou s’éloignent (ou bondissent) – sage décision (ou bon réflexe) – quand un chien aboie sur eux, le chien qui aboie a ce qu’il veut ; s’il a ce qu’il veut, ça vaut la peine pour lui de recommencer. C’est un moyen efficace d’assurer sa sécurité.

Moins cela va se produire, mieux vous pourrez lui apprendre qu’il n’y a pas de raison d’aboyer. En outre, en faisant tout votre possible pour éviter à votre chien de vivre son pire cauchemar pendant vos promenades, vous pouvez éviter que des comportements encore pires (façon de parler : plus dangereux, plus virulents, plus fréquents, etc.) ne se manifestent, d’ici quelque temps.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

Faites ce qui est important et ne faites plus ce qui ne sert à rien

chien aboie sur les passantsLorsque votre chien aboie sur des gens dans la rue, ça peut vous mettre très mal à l’aise. C’est normal. Si vous n’étiez pas mal à l’aise, ce ne serait pas un problème pour vous. Vous seriez quelqu’un qui n’a pas de savoir-vivre.  Donc tant mieux que soyez mal à l’aise.

Maintenant la question est : qu’est-ce que cette gêne, cette honte ou cette colère ou cette angoisse que vous ressentez,  vous fait faire ?

Ce que vous ressentez vous pousse (probablement) à vous comporter de la mauvaise façon. La peur que votre chien ressent le pousse à aboyer, c’est le même principe. Alors, vous, vous pouvez vous raisonner. Par exemple, alors qu’à l’intérieur de vous-même, vous n’êtes pas bien du tout, vous pouvez marcher en ayant l’air naturel  🙂

En revanche, n’essayez pas de raisonner votre chien.

Vous pouvez arrêter de dire « non » ou de crier ou de réagir pour interdire. Ne dites rien. Ni pendant, ni après l’aboiement.

Si vous avez viscéralement besoin de dire quelque chose, le mieux est encore de vous excuser auprès de la personne sur qui votre chien a aboyé. Si vous pensez que c’est inutile (ce qui est peut-être le cas avec des gens qui sont très en colère !), dites-vous que c’est tout aussi inutile de dire non, crier, réprimander, faire la morale, lui dire de s’assoir etc. une fois que votre chien a aboyé.

  • retenez-le s’il s’élance en aboyant, bien-sûr
  • ne le touchez pas s’il reste près de vous
  • ne lui dites pas de se taire etc.
  • ne dites rien, c’est trop tard
  • et surtout partez

Partez : offrez de la distance à votre chien qui ne demande que ça. Mais surtout évitez ces incidents. Ce qui va suivre peut vous aider.

Reconnectez-vous ou connectez-vous plus l’un à l’autre

Votre chien aboie sur des gens parce qu’il est effrayé. Votre chien ne veut pas être près des gens qui lui font peur (et encore moins être touché). Continuer d’en voir de trop près tous les jours va vous empêcher de lui apprendre qu’il n’y a pas de raison d’aboyer (puisqu’il « constate » à chaque fois que c’est efficace).

Si vous vivez dans un lieu très fréquenté, il va falloir ruser. Sortir certains jours un peu plus tôt ou un peu plus tard que d’habitude, prendre des rues plus calmes, vous arrêter et rester dans un coin en retrait en attendant que tout le monde soit descendu du bus, et ce genre de choses.

Mais ceci n’a pas à être horrible et contraignant et pénible.

C’est à vous de décider si vous évitez des gens/des situations dans l’angoisse, ou si vous le faites en étant relativement détendu(e). N’oubliez pas que votre état d’esprit compte énormément puisque quand vous êtes vous-même trop mal à l’aise, vous avez des réflexes qui n’aident pas votre chien. Jouez à éviter les gens (ou éviter certaines personnes/situations, etc. après avoir fait le point en remontant dans le temps pour songer à ce qui/qui/quand/où fait peur à votre chien).

Maintenant que vous êtes dans le bon état d’esprit, vous allez pouvoir apprendre quelques bons comportements à votre chien. Ces comportements, justement, vous aident à garder vos distances. Et en vous exerçant à le faire, vous allez voir que vos réactions vont changer. Associez de nouveaux mots à des comportements spécifiques , par exemple « traverse », à dire au moment où votre chien descend du trottoir pour traverser avec vous.

attirer l'attention de son chien dehorsVotre chien peut apprendre ces nouveaux comportements si vous ne vous mélangez pas les pinceaux. Ne dites pas « allez » au lieu de « traverse » (et de toute façon, évitez de dire « allez », qu’on a tendance à dire pour tout et n’importe quoi). Multipliez les occasions de pouvoir répéter un mot plusieurs fois d’affilée. Une rue calme et vide de circulation s’offre à vous : traversez-la à plusieurs reprises en disant traverse quand votre chien descend du trottoir.

Vous associez des mots précis à des comportements précis, ça se produit tous les jours plusieurs fois par jour, bientôt vous pourrez lui demander effectivement de le faire ; pour le moment votre chien ignore ce que ces mots signifient.

Après avoir répété 15 fois « traverse » à chaque promenade, chaque jour, pendant disons une semaine, pile quand votre chien descend du trottoir avec vous, dites « traverse » mais cette fois-ci sans descendre du trottoir (mais bon, vous l’aidez un peu, en faisant mine de vous apprêter à traverser). Si votre chien descend du trottoir, fêtez cette merveilleuse victoire et donnez-lui un petit bonbon pour chien.

Il a compris ce que veut dire « traverse ». Vous allez pouvoir traverser vite fait bien fait pour éviter certaines personnes/circonstances  si nécessaire et sans que votre chien ne soit forcé à le faire parce que vous avez besoin de tirer un peu sur la laisse (ce n’est qu’un exemple, il y a d’autres comportements très utiles à apprendre en promenade).

Le fait que votre chien vous accorde plus d’attention dans la rue est vraiment très important. Pour vous éloigner plus facilement quand c’est nécessaire et pour être plus cool et changer vos réflexes, mais pas seulement. Plus vous le sollicitez dehors, moins votre chien est attentif aux personnes qu’il trouve terrifiantes. Pour y parvenir, vous devez rester « connecté » à votre chien pendant les promenades. 

Etre plus « connectés » l’un à l’autre n’est pas incompatible avec le fait que votre chien « profite » d’être dehors. C’est très différent de non, arrête, dépêche-toi, allez, tais-toi, ça suffit… Ce que vous devez faire, c’est donner plus d’opportunités à votre chien de faire des choses gratifiantes. Si c’est gratifiant, de toute évidence ce n’est pas pénible.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

Les gens sont sympas

Votre chien ne se dit pas cette personne m’est moins sympathique que les autres. Votre chien a des émotions beaucoup plus brutes de décoffrage, par rapport à vous, et lorsqu’il aboie sur les gens dans la rue, il se sent en danger. Aujourd’hui, votre chien associe le fait de voir certaines personnes à une émotion horrible. C’est viscéral et, rappelez-vous, il ne peut pas se raisonner et vous ne pouvez pas le raisonner.

Lui faire comprendre que les gens sont sympas risque de vous demander énormément de patience et de persévérance, peut-être pendant des mois…

C’est le fond du problème. Cette association gens y et x = j’ai peur. Et faire en sorte qu’il se passe quelque chose de formidable avant qu’il ne ressente la peur qui le fait aboyer sur les gens peut aider votre chien à faire une autre association (au niveau émotionnel, je vous rappelle qu’il ne s’agit pas de raisonner).

Vous pouvez utiliser la nourriture ; en général, ça marche bien. Si ça ne marche pas, c’est-à-dire que votre chien ne s’y intéresse pas du tout, c’est que vous êtes encore trop près de ce qui le terrorise (parfois aussi, c’est juste qu’on n’a pas choisi quelque chose d’assez succulent).

Est-ce que vous mangeriez un Mars au bord d’un précipice, les jambes dans le vide suspendu à la falaise par une main  ?

Attention, quand vous faites ça, vous ne leurrez pas votre chien. Vous n’êtes pas là en train d’essayer de le détourner de quelqu’un sur qui il va peut-être aboyer. Vous n’essayez pas non plus de lui apprendre à faire quoi que ce soit. Chaque jour, il voit des gens d’assez loin et il se régale. Voir des gens, c’est plutôt sympa finalement… (si vous souhaitez plus de précisions sur cette façon de changer une émotion horrible en émotion agréable et aussi tout ce qui peut réduire vos efforts à néant).

C’est plein de pièges

Ce type de procédure souvent très efficace est malheureusement un parcours semé d’embûches. En voici quelques-unes à titre d’exemple :

  • vous commencez à bien vous débrouiller dans la rue mais vous croisez parfois des gens que vous connaissez et votre chien aboie sur ces personnes : faites un signe de la main et partez, vous vous expliquerez plus tard sans votre chien ou au téléphone (ce n’est pas parce que ce sont vos connaissances que votre chien est plus à l’aise).
  • votre chien a aboyé sur quelqu’un et cette personne se penche ou tend la main ou commence à lui parler parce qu’elle croit qu’elle a le feeling avec les chiens, ou allez savoir ce qui passe par la tête des gens qui veulent amadouer un chien qui leur aboie dessus dans la rue : ne laissez pas faire, partez.
  • vous avez mis en place un certain nombre de choses dans la rue et votre première semaine vous redonne espoir et puis arrive le dimanche, vous recevez des amis et votre chien aboie quand ils entrent : vous pouvez tout recommencer depuis le début, ce que vous avez fait cette semaine n’a servi à rien… (ce n’est pas parce que c’est chez-vous que votre chien est plus à l’aise)
  • chez vous, derrière la fenêtre, le grillage, sur le balcon… votre chien aboie sur des passants tous les jours ou presque et vous vous demandez pourquoi tout ce que vous faites dans la rue en promenade ne marche pas  : bah vous savez pourquoi maintenant 🙂

Enfin, si votre chien n’aboie pas sur quelqu’un alors qu’il aurait pu aboyer parce que les éléments étaient a priori réunis, n’oubliez jamais de lui montrer que c’est bien même s’il a l’air de ne rien faire de spécial.

Récapitulons

En général :

  • C’est une bonne chose de prendre le temps de visualiser ce qui s’est passé les dernières fois et de faire le point pour repérer qui fait aboyer votre chien, où, à quelle distance, quand…
  • Il faut, dans un premier temps, éviter absolument les gens ou les circonstances dans lesquelles votre chien aboie sur les gens dans la rue
  • Il ne faut pas essayer de faire comprendre quoi que ce soit à votre chien quand il aboie ou qu’il a « fini d’aboyer » (ne dites rien et mettez les voiles !).
  • Il faut que votre chien s’intéresse plus à vous dehors, et vous suive plus facilement, que ce soit pour changer de direction, traverser une rue, attendre que des gens s’éloignent, faire demi-tour etc. et que ce soit gratifiant pour lui de faire tout ça.
  • Il est souvent possible de changer l’émotion de peur en émotion de joie, en associant le fait de voir des gens (sans avoir peur ou en étant juste un tout petit peu tendu), au fait de se régaler, mais c’est long et il y a pas mal de pièges qui peuvent gâcher vos efforts et les progrès que vous avez fait. Vos efforts et ses progrès, de plusieurs semaines, peuvent s’écrouler en moins de 5 secondes parce que votre chien vient d’avoir une grosse frayeur…

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

2018-12-03T10:37:23+00:00