3 conseils pour bien parler à son chien

Bien parler à son chien est important. Vous pouvez ainsi lui expliquer que nonobstant la légitimité de son comportement en sa qualité de canidé du genre canis, il eût été fructueux d’obtempérer davantage.

Non, bien sûr, bien parler à son chien, ce n’est pas pour se faire comprendre de cette façon ! Mais…

… ce que vous dites a toute son importance

Alors qu’une récente étude a montré que les chiens préfèrent les caresses aux paroles*, il convient de rappeler que même si votre chien ne comprend pas le sens de vos paroles, il comprend bien d’autres choses.

Un chien peut faire la différence entre une série de jurons et des mots d’amour. Parce qu’il apprend que les jurons signifient qu’il vaut mieux vous laisser tranquille et que les mots d’amour sont annonciateurs de papouilles, quand ils ne sont pas prononcés directement pendant des papouilles.

Il est utile de dire des choses gentilles à son chien.

Vous ressentez quelque chose de positif quand vous dites quelque chose de plaisant et le chien va à son tour ressentir quelque chose de positif.

Il est néfaste de dire à son chien « tu m’énerves », « crétin », « casse-toi » etc. car s’il ne comprend pas le sens de ces mots, il les a associés à du négatif. Ce n’est pas forcément ce que vous faites quand vous le dites. Vous pouvez très bien, par exemple, dire « dégage espèce de bon à rien » à un chien sans faire le moindre mouvement.

C’est ce qui se produit à l’intérieur de lui qui est négatif. En effet, il ressent une émotion négative parce que votre corps parle différemment. Même sans faire de geste.

Le chien ne connaît pas les nuances du vocabulaire mais nos expressions verbales sont systématiquement accompagnées d’un autre type de langage, lisible pour le chien entre autres dans des micro-gestes, des positions du corps humain ou sur le visage. En plus de l’intonation utilisée.

Les chiens peuvent aussi comprendre ce langage non verbal grâce à la production de certaines hormones humaines, comme l’adrénaline quand nous sommes énervés.

Plus un chien a l’occasion de ressentir des émotions agréables au quotidien et plus il est bien dans sa tête.

Il vaut donc mieux dire « attention » que « dégage de là », « essaie de te calmer » au lieu de « fais pas ch*** » ou encore, « petite canaille » au lieu de « espèce de débile » etc. etc.

La prochaine fois qu’on se moque de vous parce que vous parlez gentiment à votre chien, faites lire cet article à celle ou celui qui se moque.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

Vouloir expliquer par les mots peut être utile

chiens attentifsSi vous parlez à votre chien pour lui expliquer des choses avec un ou deux mots, comme « voiture », « bébé » ou « c’est le chat »… et qu’on se moque de vous, sachez que ce que vous faites peut servir.

Un bon exemple est probablement quand vous annoncez l’arrivée de quelqu’un.

Quand un chien commence à montrer des signes de nervosité alors qu’il entend quelqu’un arriver et qu’aucun des rituels habituels ne lui permet d’anticiper qui va entrer, ce que vous avez répété inlassablement tous les jours et qui vous a valu tant de moqueries, a toute son utilité.

Par exemple, votre mari rentre du travail à 17 h au lieu de 19h30 et c’est un collègue qui le ramène à la maison parce que sa voiture est en panne. Votre « c’est papa » a priori ridicule pour beaucoup, est un élément qui indique au chien que oui, c’est bien papa qui rentre et pas un inconnu.

Si cela fonctionne, c’est que cette association faite par habitude a nécessité la combinaison d’un certain nombre d’éléments similaires à chaque fois avec des répétitions très régulières dans un même contexte.

Parce que bien sûr…

… vouloir expliquer par les mots peut être totalement inutile !

Faire ce genre d’associations ne marche pas essentiellement pour 2 raisons :

  • ce que vous essayez d’associer dans la tête du chien avec des mots ne se produit pas dans l’immédiat et le plus souvent, il se passe autre chose dans l’immédiat
  • il se passe plein de choses au moment où vous essayez de créer l’association, y compris ce que votre chien peut percevoir et pas vous

Il se produit autre chose dans l’immédiat :

Exemple. Répéter « on va chez le coiffeur ? »  en pensant que le chien va comprendre qu’il va au toiletteur, sera associé à « prendre la voiture » plutôt qu’au salon de beauté si vous prenez la voiture pour aller au toiletteur.

Il se passe plein de choses :

Exemple. Si vous dites simplement « c’est voiture » quand une voiture s’apprête à passer près de vous, espérant que votre chien associe « c’est voiture » à une voiture qui approche, le chien peut associer « c’est voiture » à n’importe quoi d’autre qui se produit sur le moment – des enfants qui traversent la rue, un chat qui passe, un oiseau qui chante, un bus qui s’arrête…- s’il se passe trop de choses en même temps, sans compter certaines odeurs ou certains bruits parfois.

Ceci pose souvent problème quand vous essayez de rendre un chien plus sociable dehors, ou moins peureux car, dans certains contextes que vous ne maîtrisez pas assez, le chien peut associer une félicitation à tout autre chose que ce qu’il est en train de faire.

Récapitulons

  1. Parlez gentiment à votre chien au quotidien car vous générez des émotions positives chez lui et il VOUS associe ainsi à « quelque chose » d’agréable ! Préférez l’utilisation de mots que vous utiliseriez avec vos proches au lieu de mots trop agressifs ou vulgaires. Restez courtois(e), non pas parce que votre chien comprend ce que vous dites, mais parce qu’il perçoit tout ce qu’il y a autour des mots, ce dont nous ne sommes pas conscients.
  2. Continuez à « expliquer » des événements à votre chien en utilisant toujours le même mot ou la même expression. Mais n’espérez pas qu’il comprenne si tout ne se passe pas exactement de la même façon à chaque fois ET dans l’immédiat ET que cela ne se produit pas tous les jours.
  3. N’essayez pas d’associer un mot ou une expression à quelque chose si vous êtes dans un contexte où trop de choses se passe en même temps. Les chiens font ainsi les mauvaises associations ou aucune association d’ailleurs. C’est pratique et facile à la maison avec ce qui se répète chaque jour, mais pour lui faire comprendre des choses plus importantes, comme se rapprocher de vous quand une voiture passe, parler à son chien ne suffit plus !!

*Université de Floride, étude avec des chiens de refuges et des chiens ayant un maître : les encouragements par la voix donnent moins envie aux chiens de se rapprocher que la promesse d’une interaction tactile, ce qui a permis de conclure que les caresses sont « naturellement » importantes dans les relations homme/chien tandis que pour réagir à l’utilisation de la voix, le chien doit être conditionné (apprentissage)-  source Discover Magazine.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

2018-12-03T15:21:50+00:00