Altdeutsche Schäferhund : découvrez cette race de chien avec l’interview d’un passionné.

Rod adore les chiens, aime en être entouré et partager un maximum de choses avec eux. Il vit actuellement avec deux Altdeutsche Schäferhunde. Si vous avez oublié votre allemand : dites AS !

Ce chien, relativement peu connu, nous est présenté par un amoureux de la nature à l’enthousiasme communicatif et qui ne manque pas d’humour comme le montre son blog « Les aventures de Follow et Hold’On ».

Bonjour Rod, l’Altdeutsche Schäferhund n’est-il pas un chien relativement rare ?

img_8422Actuellement je n’ai à vrai dire aucune idée du nombre d’AS en France. La seule chose dont je suis sûr, c’est que dans un futur proche, ils seront de plus en plus nombreux ! L’AS est un chien qui séduit de plus en plus de monde, c’est une réalité (qui ne plaît pas à tout le monde, mais on y reviendra).

Étant alsacien (et donc frontalier avec l’Allemagne), le Berger Allemand, encore couramment appelé par chez nous « Berger Alsacien », est très présent dans notre région, dans les mentalités et dans les souvenirs des Alsaciens. Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai été interpellé dans la rue où l’on m’a dit « mes parents/grands parents en avait un comme celui-là ! » (en parlant de mon chien Follow), avec une certaine pointe de nostalgie. C’est même parfois assez touchant…

« Hey regarde chéri, on dirait vraiment Max ! Tu te souviens ? »

Mais je pense que la proximité de l’Alsace avec l’Allemagne et l’histoire de cette région et de ce pays  jouent beaucoup. Pour certains mon discours ne sera sans doute pas représentatif, mais au fil des rencontres dans la rue, le terme « ancien type » prend tout son sens.

Justement, pourquoi dit-on qu’il est berger allemand « ancien type » ?

D’ailleurs « Qui dit quoi ? ». On trouve un peu de tout au sujet de l’AS aujourd’hui. Certains prétendent qu’il s’agit du « vrai » Berger Allemand, d’autres disent qu’il s’agit du « vieux Berger Allemand », etc… De mon point de vue, en aucun cas l’AS n’est le « vrai Berger Allemand » ou le « vieux Berger Allemand » au même titre qu’il n’est pas une « nouvelle mode » de chien. Je pense qu’il faut passer au-delà de ces discours…

L’AS est un chien qui tente au mieux de se rapprocher des chiens de bergers que l’on trouvait en Allemagne dans les années 70, aussi bien au niveau morphologique, qu’au niveau de la palette de couleurs, qu’au niveau du tempérament et caractère. L’AS est pour moi ni plus ni moins qu’un juste milieu entre le Berger Allemand de beauté et le Berger Allemand de travail.

Altdeutsche Schäferhund… c’est pas facile à prononcer et « Berger Allemand poils longs à dos droit », c’est trop long ! Qu’est-ce qu’on peut dire à la place ?

Faites comme tout le monde, il suffit de dire « AS » ! En tant que frontalier, et parlant l’alsacien, je n’ai aucun mal à prononcer Altdeutscher Schäferhund (Altdeutsche Schäferhunde au pluriel, d’où le fait qu’on puisse trouver plusieurs syntaxes), mais je comprends qu’à Marseille, Paris ou Roubaix ça puisse être un peu plus délicat à prononcer 🙂

Mais je suis confiant, si les gens arrivent à prononcer American Staffordshire Terrier ou encore Rhodesian Ridgeback, ils finiront par arriver à prononcer Altdeutscher Schäferhund 😉

Selon vous, quelles sont les plus grandes qualités de cette race de chien ?

img_8305Je pense que la vraie question à se poser est « pourquoi l’AS plaît à des personnes de plus en plus nombreuses ? ». Pourquoi des personnes ayant vécu avec des Bergers Allemands et n’ayant juré que par eux (sous-entendu LOF) s’orientent vers un AS ? C’est un avis très personnel (mais qui honnêtement est partagé par beaucoup d’autres personnes au fil de mes discussions), le Berger Allemand me plaît par son caractère mais pas par sa morphologie actuelle.

Je me suis lassé de la robe traditionnelle « noir et feu » du Berger Allemand de lignée beauté, et en toute franchise je vois d’un mauvais œil les angulations du Berger Allemand et le dos en pente de cette race alors que le caractère me convient parfaitement.

D’un point de vue morphologique, le Berger Allemand de lignée dite « travail » me plaît beaucoup plus, mais le tempérament ne convient pas forcément, ni à mon mode de vie, ni à mes attentes.

C’est dans ce sens-là que je trouve que l’AS est un réel compromis entre le Berger Allemand lignée « beauté » et lignée « travail ».

Est-ce que c’est vrai que la race n’est pas reconnue par la FCI (Fédération Cynologique Internationale) ?

img_6649Tout à fait et il ne faut pas avoir peur de le dire, l’AS n’est pas reconnu par la FCI, et ne le sera sans doute jamais (et par conséquent ne sera sans doute jamais LOF). Est-ce que cela en fait pour autant un mauvais chien ou, comme on peut parfois le lire, « une arnaque » ? Non ! Certainement pas !

L’AS est issu d’une réelle sélection (autant sur le plan de la santé que du caractère). La majorité des éleveurs français pratiquent le dépistage de la dysplasie des hanches, des coudes, de la myélopathie dégénérative, et en Allemagne la tendance est même aux radios du dos !

Certains prétendent qu’un chien inscrit au LOF est un gage de garantie. Actuellement il est tout à fait possible de faire naître des chiens LOF dans des cages au fond d’une cave, avec le strict minimum de dépistages, et la sociabilisation inexistante qui va avec… Les garanties d’un chien LOF, pour moi et à l’heure actuelle, s’arrêtent à de la paperasse…

Au-delà de ça, il y a de très bon éleveurs qui produisent du LOF, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit !

La plupart des AS qui naissent aujourd’hui bénéficient d’un pédigrée UCI e.V. avec au minimum des dépistages de la dysplasie des hanches et des coudes, et d’un arbre généalogique qui remonte à plusieurs générations.

Ne pas dépendre de la FCI n’est pas synonyme de « ne pas faire les choses correctement » (et inversement d’ailleurs … !)

Une association française est en train de se créer, l’UCFAS (Union Cynophile Française Altdeusche Schäferhunde) qui permettra d’encadrer l’élevage français de l’AS, sous la houlette de l’organisme allemand IHR (Internationaler Hundefreunde aller Rassen).

Certes, toujours rien à voir avec la FCI, mais pas moins sérieuse pour autant.

Est-ce que l’Altdeutsche Schäferhund a les mêmes problèmes de santé que le berger allemand, je pense notamment à la dysplasie ?

De mon point de vue (je suis un simple particulier), l’AS est confronté au même problème de dysplasie que le BA. La dysplasie est un sujet très vaste, et à ce jour on oublie encore trop souvent qu’il est question de « prédisposition génétique » et non pas de génétique pure.

Comprenez par-là que la génétique ne fait pas tout, que les « facteurs environnementaux » ont une grande part de responsabilité dans la dysplasie.

Aussi, si un chiot AS est confronté depuis son plus jeune âge à des escaliers quotidiennement, des sauts depuis un muret, un coffre de voiture, une alimentation de mauvaise qualité, des balades non proportionnelles à l’âge du chiot, etc… les parents et la lignée auront beau être sains, les conséquences sur le squelette seront tout de même là…

Au-delà de ça, l’AS reste un chien rustique et très robuste.

A votre avis, quels sont les besoins importants à connaître pour quelqu’un qui voudrait un Altdeutsche Schäferhund ?

Quel que soit le chien que vous laisserez entrer dans votre vie, le premier besoin est une grande disponibilité. Du temps à lui consacrer est primordial.

Pour parler plus particulièrement de l’AS, il est un chien qui s’adapte à de nombreuses activités. Que ce soit le caniVTT, la rando, l’agility, le flyball, la recherche utilitaire, chien visiteur, etc… j’ai tendance à dire qu’on peut lui trouver assez facilement une activité dans laquelle il va s’éclater.

Comme bon nombre de chiens, tourner dans le jardin ou squatter le canapé H24 n’est pas une vie qui conviendra à un AS.

C’est un chien que je déconseillerai par exemple à des personnes âgées ou avec des problèmes de mobilité. Un AS mâle peut sans problème atteindre les 40kg et lorsque les 4 pattes sont en action, en bout de laisse la puissance est bel et bien présente. Mais c’est un problème qui peut être valable avec tous les chiens de ce gabarit.

Auriez-vous des conseils à donner pour l’entretien ?

Si l’AS deviendra rapidement votre meilleur compagnon, l’aspirateur deviendra votre second meilleur compagnon ! 🙂

Si vous êtes maniaque, passez votre chemin, les poissons rouges c’est sympa aussi vous savez ! 🙂 Il ne faut pas se leurrer, leurs jolies fourrures ont leurs inconvénients et on a vite fait de faire la chasse au « moumouttes » sous les meubles et tapis.

Le lendemain d’une bonne balade pluvieuse, c’est un tas de sable et terre qui vous attendra sur le lieu de couchage de votre AS (il est capable d’emmagasiner des tonnes de terre dans son poil).

Côté alimentation, je suis un fidèle adepte de l’alimentation naturelle (encore appelée alimentation crue ou BARF) et mon budget mensuel pour un chien tourne aux alentours des 35€. Suivant l’alimentation que vous allez choisir, ce budget peut être doublé ou triplé. Il faut garder en tête qu’un chien du gabarit de l’AS a des besoins en alimentation tout de même conséquents.

Y’a-t-il des rumeurs ou des préjugés sur l’Altdeutsche Schäferhund ?

img_84401La rumeur la plus fréquente qu’on peut lire au sujet de l’AS est « c’est une arnaque !» ou encore « c’est purement marketing ! ». J’ai abandonné l’idée de répondre à ce genre de remarque sur les forums car je ne sais même plus par où commencer pour être franc (et de toute façon cela reste de la provoque et n’attend pas véritablement une réponse).

Cette remarque tient essentiellement du fait que vous pouvez trouver un Berger Allemand LOF à partir de 600€ alors que les tarifs actuels pour un AS sont plutôt aux alentours des 1000/1200€ (pour un chien qui je le rappelle est « non-LOF »). C’est d’ailleurs à la fois vrai et faux, puisqu’on commence à trouver sur les sites de petites annonces des particuliers qui proposent des AS à 500€.

Je n’ai absolument rien contre les particuliers qui font naître une portée, à partir du moment où c’est fait avec un réel soucis de produire des chiots sains, de les sociabiliser, que les différents dépistages des parents soient effectués, que les parents sont conformes au standard, équilibrés et sociables, etc…

Pour en revenir au coût de l’adoption d’un AS, de mon point de vue, on achète pas un chiot (ni un papier !) comme on achète un sèche-linge.

On adopte un chiot, et on rémunère le travail de l’éleveur. A chacun de voir à combien il estime ce travail et l’importance qu’il donne à ce travail. A mon sens, les 8 premières semaines de vie du chiot sont fondamentales pour le développement futur du chien et de la relation qu’on aura avec lui. J’attache donc beaucoup d’importance à ces premières semaines passées chez l’éleveur.

Selon vous, cette race de chien convient-elle à quelqu’un qui n’aurait jamais eu de chien ?

Bien sûr ! Vous trouverez des personnes ayant eu des chiens depuis 30 ans et ne sachant toujours pas les respecter, tout comme vous trouverez des personnes n’ayant jamais eu de chien et avoir un super feeling et une superbe approche de leur AS. Comme dans beaucoup de cas, je crois que l’important lors de l’adoption d’un chiot ou d’un chien est de s’entourer de personnes compétentes et ayant une approche et des méthodes d’éducation positives.

Il est aujourd’hui facile de rejoindre un club d’éducation, de participer à des sorties collectives entre passionnés, ou même de trouver un comportementaliste pour être guidé dans la relation avec son chien, sa sociabilisation et son épanouissement.

Tout cela est question de temps plus que de moyens, et ce sera ainsi ma conclusion de cette interview : un chien demande du temps et de la disponibilité et offre en retour une très forte complicité et de magnifiques échanges et moments à partager !

Encore une question : comment vous est venue cette passion pour l’Altdeutsche Schäferhund ?

Avant tout, il y a la passion du chien. S’en est ensuite suivi la passion de l’AS. Plus jeune chez mes parents, j’ai vécu aux côtés de chiens de taille petite et moyenne, et une fois en mesure de vivre mon histoire avec mes propres chiens il n’était alors plus question de petit chien.

Ce qui est amusant c’est qu’il y a quelques années je me voyais vivre avec une petite meute de Chien-Loups Tchécoslovaques. Mon premier contact avec les CLT date de 2006 chez Nadia Clément. Quelques temps après, j’ai fait la connaissance de Lætitia Briswalter, éleveuse de  Chien-Loups Tchécoslovaques et d’Altdeutsche Schäferhunde.

A l’issue d’une journée passée entre passionnés de CLT (que j’ai nommé quelques jours plus tard « La Confrérie Lupoïde » et cette appellation a perduré, j’ai passé la nuit dans un petit chalet/refuge (une cabane en bois concrètement…), j’ai demandé à Lætitia, une amie encore toute récente à ce moment-là, si elle voulait bien me laisser un chien pour la nuit. Non pas que j’avais peur de passer la nuit dans ce chalet mais… bon ok… j’avais un peu peur 🙂

Elle m’a alors laissé Queirra, une Altdeutscher Schäferhund très sure d’elle et hyper fiable en tous points. Le lendemain matin (donc vers 13h puisque la soirée était un peu longue :P) je me suis réveillé aux côtés de Queirra et m’en suis occupé comme s’il s’agissait de ma chienne, et inversement, elle s’est comporté avec moi comme si j’étais son fidèle compagnon. Lorsque je l’ai ramené à Lætitia, je lui ai dit que j’aimerai beaucoup un fils de Queirra (abandonnant à ce moment-là toute envie d’un CLT) et quelques mois plus tard Follow entrait alors dans ma vie.

Deux ans et demi plus tard, Hold’On venait rejoindre notre duo pour former un trio, chose que je raconte ici.

Merci d’avoir répondu à mes questions !

Merci beaucoup de m’avoir laissé l’opportunité de parler de mes Altdeutsche Schäferhunde et de mon petit parcours à leurs côté, en espérant avoir donné l’envie à d’autres de s’intéresser à ces superbes compagnons !

Je n’ai pas forcément le réflexe de remercier mes lecteurs fidèles, alors je profite de cette interview pour le faire, car autant mes chiens sont ma première source de motivation pour le blog, autant les lecteurs sont également une énorme source de motivation lorsqu’ils me disent qu’un article les a fait sourire, leur a occupé une partie de leur soirée ou encore leur a permis de soigner le coussinet ou la griffe d’un de leur chien par exemple…

Le blog de Rod, d’abord consacré à son chien Follow, a pour principaux narrateurs ses chiens : « Ça me permet d’ailleurs de me dédouaner de beaucoup de propos tenus sur le blog 🙂 » précise t-il. On y traite de choses amusantes mais aussi parfois de choses sérieuses comme de l’alimentation, des petits bobos du quotidien, de l’éducation, du comportement, etc…

Pour trouver des conseils sur l’Altdeutsche Schäferhund (et le berger blanc suisse), visitez aussi le forum BBS-AS ! 

Les personnes interviewées sur OuafMag expriment leurs points de vue personnels. Si vous voulez participer à une interview, contactez-moi ! Si vous n’êtes pas un professionnel, vous devrez « justifier » comme on dit, d’une expérience avec la race de chien dont vous voulez parler.

[mailpoet_form id= »20″]