Vous aimeriez avoir un chien ? Avez-vous songé à adopter un chien dans un refuge ou une association ? Votre chien ne sera peut-être plus un bébé mais cela n’est pas forcément un inconvénient. La preuve : lisez les témoignages ci-dessous ! Les lecteurs de OuafMag partagent leurs histoires d’adoption et elles sont toutes très enrichissantes et fortes en émotions.

Vous cherchez un chien ? Découvrez mon livre Trouver, choisir et adopter un chien dans un refuge !

La tribu

 

2015 : année sombre. Plume ma tendresse que j’ai adoptée alors que tu avais été jetée d’une voiture. D’joya, mon petit cœur, cadeau de ma famille pour mon anniversaire. Looping, mon petit amoureux rescapé d’une famille ou tu restais attaché à un pied de table tout au long des jours… Vous m’avez tous quittée : 19 ans, 17 ans et 12 ans de bonheur s’effondraient tout à coup.

Vous m’avez laissé une mission en partant : « tant de misère dans les refuges, tant d’abandons…il faut que tu fasses quelque chose, même une petite goutte dans cet océan de misère, ce sera mieux que rien ». Votre petite voix raisonnait au fond de moi et mon chagrin attendait d’être atténué par une présence au quotidien.

Il n’y en a pas eu qu’une mais : QUATRE.

Perle, tu est arrivée d’un refuge en Espagne où l’on t’utilisait comme une machine à reproduire, quel était ton avenir : moins de bébés, plus de revenu à attendre de toi, un bouche de trop à nourrir : un coup de fusils et ta dépouille aurait été jetée sans ménagement….c’est ça la reproduction chez certains éleveurs espagnols… Je t’ai adoptée le 9 septembre 2015 et tu éclaires ma vie à chaque instant. Certes ces années passées enfermées dans une cage avec quelques croquettes comme repas quand l’éleveur y pensait, t’on laissée des séquelles, ton petit corps est usé, mais tu as tellement d’amour à donner. Tu ébloui toutes mes journées.

Maïeva : eh oui, tes anciens maîtres ont déménagé, et ils ont « oublié » de te prendre avec eux, tu errais dans la rue, la SPA t’as récupérée. Perle avait besoin d’une petite compagne : moi tu m’as envoûtée et je t’ai adoptée avec un immense bonheur, tu es le calme incarné, la sagesse et la propreté d’une petite chienne bien dans ses pattes, c’est un bonheur au quotidien. et puis, je voulais un petit mec… eh oui comme au temps de Plume D’joya et Looping : un trio me convenait.

J’ai porté mon dévolu sur LOUCKY : ton histoire n’est pas brillante mon petit LOUCKY, enfermé sur un balcon pendant des années…une association t’as récupéré, et moi je suis tombée amoureuse de ton minois craquant de petite crapule…mais tu tardais à venir me retrouver.. j’ai douté, et suis partie à la recherche d’un autre petit mec…ah les femmes, elles sont volages…

J’ai eu la chance de croiser ta route mon petit INDY, sage petit bonhomme dont à priori l’éleveur s’est débarrassé….Tu n’étais peut être pas fait pour assurer une descendance telle qu’il l’attendait, aujourd’hui tu combles ma vie, coquin, tu es surnommé DIDI LA MALICE, ça te va trop bien et tu fais marcher tout ton petit monde. Et…LOUCKY est arrivé quand même, oh je me suis posé la question deux secondes : QUATRE…..ouf…oui mais j’ai deux mains et dans chaque mains deux laisses c’a peut faire !!! et j’ai tant d’amour à donner pour les petits malheureux abandonnés… allez : on y va. Et mon Loucky est arrivé.

Quelle tribu, vous vous entendez à merveille tous les quatre, vous m’obligez à faire beaucoup de marche pour vous sortir : ça c’est top, et je prends un tel plaisir à m’occuper de vous, à jouer avec vous à des parties de ballons endiablées…

Bien sûr vos histoires cassées vous ont laissé des séquelles, elles veulent aussi dire : réfléchissez avant de prendre un animal, ce n’est pas un jouet, c’est une vie, et surtout n’allez pas acheter un chien en animalerie, il y a tellement de malheureux dans les refuges. Avec le temps les séquelles psychologiques s’estompent l’amour y pourvoie. Un animal qui a vécu une histoire terrible sera encore plus attaché à vous si vous êtes celui qui lui offrez une seconde chance.

Ma jolie tribu et moi souhaitons partager ce moment de bonheur et de complicité avec tous les gens qui souhaitent adopter un animal qui vient d’un refuge.

La tribu (Perle, Maïeva, Loucky, et Indy) et leur maîtresse.

L’histoire de Lou, chien adopté

Pour Lou,

Je venais de perdre successivement mon chat et ma lapine, deux mois plus tôt et la présence d’un animal me manquait tellement que j’ai décidé d’aller à la SPA, juste comme ça, juste pour voir.

Après avoir fait un tour chez les grands chiens, nos yeux se sont croisés. J’ai été voir ta fiche attachée au barreau de ta cage : Furax, berger noir, né : 12/2005. Tu étais assis, tu m’as fait un tel regard avec tant de charme ! Presque 10 ans plus tard je m’en souviens comme si c’était hier !

Bref une balade ensemble où tu as tiré sur ta laisse tellement tu étais heureux de te promener ! Je n’ai pas pu partir sans toi. C’était le 28 octobre 2008.

Les premiers temps ont été compliqués car tu avais peur que je ne revienne pas le soir ! Les choses sont rentrées dans l’ordre dès que tu m’as fait confiance.

Jamais sans toi !
Tu es allé partout où je suis allée et cet été encore j’adapte mes vacances pour toi !
Je n’ai jamais compté combien de fois tu as vu la mer en Normandie mais les photos sont nombreuses. En Belgique et Hollande dans les restos et hôtels. La Ciotat dans les montagnes et à la plage pour chien, en camping dans les Cévennes et le Mercantour.

Tu es devenu Lou aujourd’hui, même si Furax te convenais complètement au début ! Et finalement, tu es plus croisé labrador/épagneul que berger !

On s’est bien trouvé tous les deux, tel maître tel chien. Tu aimes les câlins, les bisous, des quarts d’heure fou fou et puis le calme.

Tu as toujours été mon petit clown à tomber dans la Seine parce que tu n’as pas fait attention, à te prendre la porte vitrée parce que tu ne vois plus bien.

Mais j’ai compris récemment que tu vieillissais trop vite….

J’ai bien réalisé que tu voyais de moins en moins et surtout la nuit. Que tu devenais sourd à ne plus entendre le tonnerre qui gronde ! Et oui la vieillesse à ses avantages surtout quand on a peur des orages ! Mais tu n’as pas pu me suivre lorsque j’ai voulu courir l’autre jour…. 700 mètres à peine parcourus. J’ai bien compris à ta démarche et à ta tête qu’il fallait que je m’arrête.

Tu étais là pour moi fin 2016 / début 2017 lorsque j’ai perdue pied, à tout abandonner même moi-même ! Te promener m’a obligé à sortir et ta présence à reprendre le goût à la vie.

Me rejoindre la nuit, être dans mes bras au réveil, être là tout simplement ! A ton tour tu m’as aidé pendant tous ces mois, sans demander plus ! Tu le sais, je ne serai plus là aujourd’hui si tu n’avais pas été là !

Aujourd’hui le temps est compté, tu as bientôt 12 ans, alors ne part pas trop vite. Tu le sais, je serai là pour toi jusqu’au bout.

PS : Lou et moi avons quelques conseils pour toutes personnes désireuses d’adopter un animal :

1- Prendre quelques jours / 1 semaine de vacances pour accueillir un animal adopté. La SPA ne connaît pas tous les antécédents de l’animal. Lou a eu de l’anxiété de séparation. Aujourd’hui et depuis longtemps il sait rester seul (avec des gâteaux comme rituel !)

2- Laisser le temps à l’animal adopté de découvrir son nouvel environnement : maison/appartement, vous-même, votre entourage. Le temps varie en fonction de l’animal et de son passé. Tout être peut changer/évoluer à tout âge. Lou avait 3 ans lorsque je l’ai adopté, il connaissait assis, couché, aujourd’hui il répond à plus de 25 ordres/tours.

3- Il y a tellement d’animaux abandonnés qui cherchent le bonheur, votre bonheur. Et pourquoi ne pas aller à la SPA, il y a des chiens de races, des croisés, des jeunes, des vieux, des hyper actifs, des plus calmes !!

Merci à Mélanie d’avoir partagé son histoire avec Lou 🙂

L’adoption de la chienne Dove

DoveJ’ai adopté le 20 décembre une chienne à la SPA d’Allondans dans le Doubs. Non pucée (bien évidemment) et abandonnée lâchement près du refuge, la véto en charge des animaux de ce refuge estime son âge à 1 un le 8 octobre 2014 …

A son arrivée dans mon appartement, j’ai envie de dire qu’elle s’est mis tout de suite au diapason de sa nouvelle vie. Aujourd’hui Dove (et oui, son nom a été choisi par la responsable du refuge pour son aspect un peu « poussiéreux » à l’origine) est une vedette dans son quartier.

Elle mange la vie à « pleins crocs », aboie peu, ne détruit rien, adore le contact des autres humains et des chiens, peut assouvir sa curiosité « innée » lors de nos longues ballades. Pourquoi abandonner un chien aussi gentil, je n’ai toujours pas compris …

Photo0190

Bénévole SPA moi-même (moins depuis cette adoption), elle m’a comment dire tout de suite tapé dans l’œil car déjà douce et docile dans son box. Il était hors de question qu’une telle boule de poils passe l’hiver en refuge.

Merci pour votre site et tous les conseils d’éducation.

Gillou Du Doubs

L’adoption de Lex

002J’avais un berger belge malinois mâle. Malheureusement, le 29/08/2011, j’ai dû me résoudre à accepter son euthanasie. Il avait alors 15 ans et demi.

Le 1er janvier 2012, je prenais ma retraite en me disant que j’allais pouvoir notamment voyager, vu que je n’avais plus la contrainte que représente, malgré tout, le chien.
Mais, c’était sans compter que ce compagnon de vie allait très vite me manquer et que son absence faisait aussi que je ne bougeais plus de chez moi.  Il me fallait donc réagir.
C’est pourquoi je me suis mis en quête d’un nouveau compagnon. Après mûre réflexion, j’ai choisi de reprendre un chien adulte, d’une part et, d’autre part, de sauver un chien d’une mort certaine après un séjour plus ou moins long dans un refuge.
Le choix d’un chien adulte s’explique par le fait que, si le chien vit 12 ans ou plus, je ne suis pas certain d’être toujours là pour lui et que je ne veux surtout pas qu’il se retrouve dans un refuge quel qu’il soit.
IMG_2736Quelques recherches plus tard, notamment via le net, j’ai été mis en contact avec une association ayant pour but, notamment, de favoriser l’adoption de chiens : l’asso BERGERS BELGES EN DÉTRESSE dont je suis membre (pseudo : wolfman) et que je soutiens.
C’est par le biais de cette asso que j’ai eu l’opportunité d’accueillir eole que je suis allé chercher le 08/03/2012. Je l’ai renommé LEX, à la fois pour marquer le changement et parce que, de toute façon, il ne réagissait pas au nom d’éole (nom donné par l’asso).
Ce chien a été ramassé par la fourrière de Lens et placé au refuge. Je ne connais donc rien de son histoire.
014Lorsque je l’ai accueilli, c’était un chien certes amitieux mais qui n’avait que peu d’éducation. Je veux dire par là qu’il ne connaissait pas les ordres de base comme assis ou couché.
Maintenant et même  si tout n’est pas parfait, je ne puis que me féliciter de son comportement.

Claude

L’adoption d’Utah

chien adopté

Je pense qu’il est temps maintenant de vous parler de l’arrivée d’Utah (berger blanc suisse croisée malinois) arrivée le 14 août 2014 à la maison.Je suis bien consciente d’avoir pris un risque car je l’ai choisi sur internet et je ne l’ai pas vu avant son arrivée à la maison. C’est un ami qui a été la chercher dans un refuge du Calvados (bien loin de chez moi) et qui me l’a amené.

Ce que je connais de son histoire, c’est qu’elle a été balancée d’une voiture en juin 2014 et a été récupérée par le refuge « La Tribu De Sapeur » à Varaville. N’hésitez pas à voir sa page Facebook, plus spécialisée dans les braques, elle accueille d’autres races également qu’elle cherche à placer au mieux de l’intérêt de l’animal.

Une pré-visite avait d’ailleurs été faite par une personne de ma région pour lui attester qu’Utha arriverait dans un contexte qui ne pourrait que lui convenir.

Le jour de son arrivée, j’avoue que j’étais un peu anxieuse de la rencontre d’autant plus qu’elle arrivait en voiture et qu’apparemment, au refuge, cela ne s’était pas bien passé lorsqu’ils l’ont amené chez le vétérinaire ; aussi bien le transport en voiture que la visite par elle-même…

Il faut croire que 2 mois passés en refuge dans un box l’ont fait réfléchir car elle est montée dans la voiture de mon ami sans problème et qu’elle a été très sage pendant les 6 bonnes heures de route jusqu’à la maison. Au début, elle était un peu indifférente mais obéissait déjà très bien, ce qui était une bonne chose ; cela s’est très bien passé avec mon chien Hugo dès le départ et c’est tant mieux.Par contre, pour les repas, c’était une catastrophe, elle ne voulait pas manger…

Cela a duré au moins 3 semaines où j’ai fait des tas d’essais de repas différents (croquettes, pâtée, croquettes et pâtée, avec du riz, sans riz, avec du pain, sans pain, avec de l’eau, sans eau…), je lui donnais à manger à la main et, pour me faire plaisir, elle mangeait 2/3 bouchées et c’était tout. J’ai angoissé car elle est vraiment très fine, à la limite d’être maigre et je voulais qu’elle se remplume. Finalement, avec le temps, cela s’est arrangé ; maintenant elle mange bien matin et soir et sans se faire prier… OUF … mais elle ne grossit pas pour autant; c’est peut-être dans sa nature finalement.Je me suis rendue compte qu’elle avait dû être martyrisée car lorsque j’ai voulu lui mettre de la crème dans les oreilles qu’elle a très sèches, elle s’est directement mise sur le dos en piaillant et en cherchant à mordre légèrement ; si je veux lui mettre un bandana autour du cou, j’ai les mêmes réactions.

Autrement, c’est un amour de chienne, affectueuse, très obéissante, propre, non destructrice (sauf le jour où elle a rencontré Perle -vieille chatte farouche récupérée en juin- mon beau fauteuil a beaucoup souffert de ce tête-à-tête !).Un bon mois a été nécessaire pour qu’elle commence vraiment à me faire la fête lorsque je rentrais le soir du travail et j’ai bon espoir que dans quelques mois elle ait oublié son lourd passé et qu’elle n’ai plus de réaction de défense.

En tout cas, je ne regrette rien car c’est une bonne compagne pour Hugo et elle m’a d’ores et déjà adopté comme sa maîtresse. C’est une jolie princesse et je ne comprends pas que quelqu’un ait pu lui faire du mal tant elle est facile à vivre.Un amour de chienne que j’ai eu le plaisir de sortir de sa misère et qui me rend au centuple ce que j’ai fait pour elle en affection inconditionnelle.

Fabienne

L’adoption d’Hysope

adopter cavalier king charlesJ’ai adopté une femelle cavalier king charles de 5 ans auprès de l’association ASENACK – ASSOCIATION DE SECOURS DES EPAGNEULS NAINS ANGLAIS CAVALIER & KING CHARLES – borgne, sourde et avec un souffle au coeur, que j’ai gardé jusqu’à 11 ans 1/2. J’ai dû la faire euthanasier à contre-coeur, elle était sur le point de faire une crise cardiaque. J’ai par ailleurs eu 3 autres cavaliers king charles, toujours par deux, qui sont toutes mortes de problèmes cardiaques, embolie ou crise cardiaque.

Fin juillet (2014), j’ai « craqué » sur la photo d’une petite cavalier king charles. naine et un peu bancale (une fracture non soignée) de plus de 10 ans et un souffle au coeur, que j’ai baptisée Hysope, dans l’association CANI SENIORS via le site « Seconde chance ».

Ça fait donc deux mois qu’elle est là, elle s’habitue à moi et à Dimezell, airedale de bientôt 7 ans (la Dimezell en question a été amputée d’une patte arrière suite à une tumeur cancéreuse inopérable à 5 ans).

Hysope présente quelques problèmes de comportement et fait actuellement une grossesse nerveuse que je soigne avec de l’homéopathie.IMAG1122

L’avis de OuafMag : le cavalier king charles est un chien de compagnie remarquable. Il s’adapte à de nombreux modes de vie différents. Ce n’est pas un chien difficile à vivre. Il est très proche de son maître et toujours prêt à coopérer. C’est une race de chien tout à fait idéale pour un premier chien. C’est une des races de prédilection de nombreux artistes et intellectuels au fil de l’Histoire. Il est doux, affectueux et sensible… une crème de chien !!!

Martine V.D via la newsletter de OuafMag.

Vous aussi, racontez votre histoire si vous voulez que plus de gens choisissent d’adopter un chien abandonné !

L’adoption d’Hugo

327C

Hugo à la campagne

Bonjour, je vous présente Hugo, 4/5 ans, chien croisé bodeguero ; il a été sorti d’un refuge espagnol par Laurence, Présidente de l’association « Les amis de Néo » et mis en famille d’accueil en France pendant l’été 2012.

Il a eu la hanche brisée avant d’arriver au refuge espagnol et comme il était trop gentil, il se faisait malmener par les autres chiens et n’arrivait pas à se nourrir suffisamment. J’ai eu l’occasion de le garder lors d’une absence de la famille d’accueil et j’ai craqué sur sa gentillesse, son regard triste et son histoire. J’avais d’autres animaux à la maison (chienne, chatte, lapin nain, furets…) et il n’a jamais montré la moindre agressivité envers eux. Par contre, à l’extérieur, il avait tendance à aboyer dès qu’il voyait un autre chien. J’ai quand même décidé de l’adopter (cela fait un an), ma chienne Athéna (adoptée à la SPA de GENNEVILLIERS en 2002) le considérant un peu comme son « bébé ». Il a fait de gros progrès, j’ai fait une fête en juin à la maison, 4 autres chiens étaient présents et tout s’est super bien passé. Tous les soirs, quand je rentre, il me fait une super fête et me regarde comme si j’étais le centre du monde (et, pour lui, je le suis). Je ne regrette rien.

Ma chienne âgée de 12 ans 1/2 est morte mi-juillet et j’ai décidé d’adopter une autre malheureuse qui doit arriver jeudi. Je vous raconterais son histoire plus tard, si vous le désirez, lorsqu’elle aura passé un peu de temps à la maison. J’ai aussi adopté 3 minettes début juin qui viennent de refuge, la plus « sauvage » commence à prendre confiance et j’ai bon espoir pour la suite.

Je n’ai qu’une chose à dire en conclusion, si quelqu’un veut prendre un animal, déjà qu’il soit sûr que ce n’est pas un caprice passager, qu’il en a vraiment envie et qu’il est prêt à le garder jusqu’à la fin ; il y a tant d’abandons, tant d’animaux euthanasiés qu’il faut vraiment commencer par chercher son bonheur dans un refuge ; et on ne peut que le trouver….

Une lectrice de la newsletter de OuafMag (https://www.facebook.com/fabienne.raynaud.31)

Vous aussi, racontez votre histoire si vous avez adopté un chien !

L’histoire de plusieurs vies, de plusieurs amours qui ont fait partie de ma vie

535406Je les ai adoptés essentiellement dans des refuges, ou directement sur le terrain, sans passer par la case SPA. Parfois, ils avaient une très lourde histoire derrière eux. Je les ai adoptés entre 1an et 7ans. L’éducation se fait à tout âge. Je pense à ma rottweiler, qui avait 3ans quand elle est rentrée dans la famille. Mon véto l’appelait la rott des caves. Et oui, elle faisait partie de ces chiens déclarés méchants par une loi extrêmement mal faite, élevés dans les caves, pour les combats. Elle a été torturée par son ancien maitre.

Mon mari a mis 6 mois avant qu’elle lui fasse entièrement confiance. Son ancien propriétaire était un homme. Elle avait peur du feu, des bruits métalliques, d’un bras qui se levait… Je vous laisse imaginer l’enfer qu’elle avait vécu. Jusqu’au jour, où ses gémissements gênants les voisins qui ont porté plainte, les gendarmes l’ont retirée. Et je l’ai adoptée. C’était un amour. Les animaux donnent gratuitement de l’amour sans compter, et sans rancune pour l’espèce humaine, qui est capable du pire…., comme du meilleur. Mon croisé dog présent sur la photo a été retrouvé pendu. Il est resté un moment au refuge, avant que je vienne le chercher. Au début, il a fait quelques bêtises. Il est génial. On peut le mettre avec n’importe quel chien. Il est très régulateur en cours.

Je pourrais également vous parler de mes patous. C’est une race qui n’est pas toujours facile. Ma 1ère patou avait 6ans quand je l’ai adoptée. Son surnom était Bouddha. Cela vous donne des indications sur son caractère. C’était une sainte. N’importe quel animal trouvait refuge dans ses poils (lapin, furet, chat, chien). Celle qui est sur la photo fait partie de la famille depuis 1an et demi seulement.. Elle va avoir 6ans. Elle est très protectrice. Il ne faut pas chercher les histoires. Si on est sympa avec elle, elle est très sympa. Elle adore les copains, notamment les plus petits qu’elle. Ce qui arrive souvent.

Mon malinois est un chien de recherche. Mon dog et ma patou sont des chiens visiteurs en maison de retraite et structure hospitalière. Ils sont d’une patience sans limite. Ils distinguent très bien les situations, où ils sont en position de garde, de protection, et où ils sont en présence de plus faible qu’eux, où ils n’ont qu’a se faire caresser et à être cools. Ils ont passé leur diplôme, tous les 3.  A côté de cela, ils gardent très bien le canapé.

Les maitres mots pour réussir à constituer une bonne famille sont, amour, patience, constance, et fermeté parfois (même si je suis gâteuse de mes chiens, c’est moi le chef, d’autant plus qu’ils sont plusieurs et assez gros).

Une lectrice de la newsletter de OuafMag

L’adoption de Billy

billy

J’ai adopté le mois dernier un croisé jack-russel de 1an ½  environ dans un refuge en Espagne par le biais de l’Association “Podenco Love” à Paris. Il est tricolore : noir, blanc et feu sur le museau.
Il est gentil, s’entend très bien avec mes 2 autres chiens dont 1 tout noir qui vient de la SPA mais ça ne compte pas car il venait d’être lâchement abandonné dans un carton au bord de la route avec ses 4 frères et soeurs. Il avait moins de 2 mois et s’est tout de suite fourré dans les pattes du shetland que j’avais.
Billy a été trouvé attaché à un grillage très amaigri et déshydraté au mois de janvier. Début février, il a fait une pneumonie et je n’ai pu le récupérer qu’au début du mois d’avril par l’intermédiaire de “gens géniaux” qui ont fait du covoiturage depuis l’Espagne jusqu’à mon domicile en passant par Paris. Il est juste un peu nerveux mais le devient de moins en moins car il retrouve un équilibre.
Je n’aurais pas tenté l’expérience si je n’avais pas fait plus de 6 ans d’éducation canine dans un club juste par passion avec le chien précédent.
Une lectrice de OuafMag a partagé son histoire. Partagez la vôtre !

Djazz et Féria

Djazz 2

J’ai adopté Djazz, mon croisé Beauceron dans un refuge animalier. Il devait avoir à peu près un an et était agressif envers certains chiens et certains hommes. Je ne connais rien de son passé mais je sais qu’il a été frappé car dès qu’on levait la main il essayait de mordre ! Il était maigre et mal dans ses pattes quand il est arrivé au refuge.

Je n’étais pas venue au refuge pour adopter mais pour promener les chiens en tant que bénévole. J’ai sortie Djazz, une première fois et sa détresse m’a parlée ! J’y suis retournée plusieurs fois et un jour je suis allée le chercher définitivement.

Maintenant, il a 5 ans et vit dans une meute de 4 chiens. Il est super adorable avec tout le monde même les enfants, un nounours sur patte ! Il me rend dix milles fois ce que je lui donne. Il est plus que reconnaissant de l’avoir sortie de là et chaque jour il me le montre. Adopter et vous ne ferez pas UN heureux mais DEUX (avec vous).

Emelyne

FériaJ’ai adopté Féria, ma Border Collie via une association du nom de « Le Bonheur des Pattes ». Elle avait 11 mois et n’avait rien connu de toute sa petite vie. Elle avait peur de tout et surtout des personnes. Elle avait été acheter pour compagnie sans que les gens saches quoi que se soit de la race…

J’étais famille d’accueil pour l’association et je me suis proposée de récupérer cette chienne pour l’éduquer. Féria a mis quelques mois a comprendre que le contact avec l’Humain pouvait être bénéfique. Résultat des courses, Féria est mon ombre. Elle est fusionnelle avec moi, une chienne en or qui donne tout ce qu’elle a pour me faire plaisir!

Elle m’a fait avancer quand j’en avais besoin et m’a aidée bien plus que je ne l’ai fait! Elle a 3ans maintenant et me comble dans toutes mes activités canines!

Un chien adopter donnera tout ce qu’il a pour vous faire plaisir car il sait ce que c’est d’être abandonné.

Emelyne

Un bichon et un Shih Tzu heureux !

photo chien 035

J’ai adopté 2 chiens adultes,un mâle et une femelle, le mâle un shit-zu il avait 6 ans et il y a 4 ans, la femelle un bichon avait 7 ans, il y a 2 ans.

Tout c’est très bien passé, pas de pleurs ni de crainte, ils viennent de famille voulant s’en débarrasser !

photo chien 032Ce sont des chiens adorables, très sociable avec personnes ou autres chiens.

Très « pot de colle », très gentils, je part en vacances avec le shit-zu car le bichon est très stressée, car n’ est jamais partir en voiture, ni vu beaucoup de monde.

A refaire je le refais.

Martine Lahaye.

L’histoire de Flora, Roxia et Chipie

Attentive ChipieVoici un résumé de l’histoire de mes 3 chiennes (berger allemand).
Flora prise chez un éleveur à 2 mois qui a vécu 16 ans à mes côtés, dont le  caractère si dominant a nécessité l’aide d’un éthologue, j’ai donc appris à « parler chien » ; cette approche m’a permis d’adopter Roxia…
RoxiaRoxia adoptée au Refuge Lady Yule à Mougins fermé depuis… Elle s’est retrouvée abandonnée à l’âge de 4 ans 1/2 par son « maître » vigile. J’ai appris son existence grâce à l’éleveur de Flora.
Il a fallu beaucoup de patience, elle a du tout apprendre de la vie de famille ; suite au manque de soins elle avait un rein malade et un pyodermite peu à peu incurable. Elle est morte dans mes bras au mois de mars… Malgré les gros soins journaliers, je ne regrette rien tellement j’ai créé un lien de confiance absolue avec ma petite mère courage.
Aujourd’hui, il y a Chipie 6 ans adoptée suite au décès de son maître sur les conseils de mon vétérinaire. Les 10 premiers jours ont été un cauchemar, j’ai souffert avec elle ; comme Roxia 1 semaine sans manger, à vomir un peu partout puis… le MIRACLE de l’adaptation.

flora

 C’est un amour de chien ; autour d’elle il y a beaucoup d’animaux : des poules, des chats… avec patience elle apprend à ne pas les toucher ; contrairement à Roxia tout l’intéresse. Elle est très gaie, adore jouer à la balle ; j’ai retrouvé le sourire !
Conclusion : une adoption ce n’est pas facile « au début », il faut se faire aider parfois par le véto par ex ; surtout ne pas se décourager ; apprendre à connaître son nouveau compagnon car lui aussi fait des efforts pour vaincre ses angoisses et trouver sa place dans son nouveau foyer et quand le lien est solide ce n’est que du BONHEUR.
Une abonnée de la newsletter de OuafMag a partagé son histoire, partagez la vôtre !

L’histoire de Fanfan

FanfanAdopté en 2012 chez Animaux en Péril en Belgique à l’âge de 10 mois.

Voilà l’histoire tristement banale d’un petit chien qui a été considéré comme un objet de consommation dans sa première vie…. Pour moi c’est une très belle âme ! Un petit bonhomme affectueux et obéissant…. Ses bêtises sont trop rares…. Peut-être qu’il lui manque juste la légèreté d’un animal qui n’a pas connu la souffrance mais son amour et sa beauté intérieure fait qu’il méritait de connaître l’amour et le bonheur ! Si c’est à refaire, je le referai !

Je suis né le 13 mars 2011 en Hongrie…. Ma maman était prisonnière d’une usine à chiots…. Malgré la dureté de notre vie, elle a donné beaucoup d’amour à ses bébés. Ils m’ont arraché à elle. J’étais tout petit. J’avais peur…. Il y avait d’autres bébés enfermés avec moi dans des cages….

On a fait une très longue route vers la Belgique. Nous avions peu à manger et à boire. Nous nous sommes retrouvés enfermés dans des cages vitrées d’une animalerie…. Des humains passaient et nous regardaient…

Un jour des enfants m’ont montré à leur papa…. Ils trépignaient, ils criaient…. Le papa m’a emporté. Je me suis trouvé dans une belle maison…. J’étais tout petit…. Ils me laissaient seul la journée…. Je me suis oublié : un petit pipi, un petit caca….  J’étais trop petit je ne pouvais pas attendre leur retour. De temps en temps j’abîmais quelque chose. Je m’ennuyais tout seul.

Lorsqu’ils rentraient j’étais tout content mais ils me criaient dessus et me jetaient dans le jardin…. Petit à petit je les ai lassés. Ils ne se sont plus occupé de moi. Un jour ils m’ont pris et m’ont emmené dans un endroit pleins de cages et pleins de chiens qui pleuraient.

Des humains me parlaient avec douceur en me promettant qu’on allait m’adopter. Ils s’occupaient de moi…. Plus que dans mon ancienne maison !

Un jour je l’ai vue…. Une humaine différente des autres s’est approchée de ma cage…. Je ne sais pas pourquoi mais je me suis rué vers elle comme si je la connaissais depuis toujours…. Elle m’a parlé très doucement puis elle est partie…. Elle est revenue très vite avec un des bénévoles du centre. Il m’a sorti de la cage et elle m’a caressé. Elle m’a serré dans ses bras !

Ils m’ont conduit dehors, elle a sorti un autre chien de la voiture…. Il était trop gentil. Il m’a léché et m’a invité à jouer. Elle a enfermé le chien dans la voiture et nous sommes rentrés dans les bureaux… C’est le plus beau jour de ma vie. Elle a signé le contrat d’adoption, elle a payé les droits au refuge et elle m’a emporté…..

Depuis ? Je suis le petit roi de la maison ! J’ai des caresses à n’en plus finir et j’adore. Je joue tous les jours avec Babou, le gentil chien de la voiture…. C’est ma soeur maintenant ! Je ne suis plus jamais seul ! Quand ma maman (l’humaine qui m’a adopté) part travailler, je suis avec Babou.

J’adore les WE et les vacances. On est en famille et je joue aussi avec Praline un chaton abandonné recueilli. Je fais des balades, de l’agility, je reçois pleins d’amour !

Je suis comblé !!!!

Sabine Lebrun Facebook de Fanfan

L’adoption de Louna

20130914_132849_1Je vais vous raconter l’incroyable histoire de l’adoption de ma petite chienne Louna. Ce que je vis est magique, grâce à elle c’est un peu de tous mes chiens qui revit dans la maisonJe voulais vous faire partager cette expérience pour vous convaincre d’adopter et de ne surtout pas acheter un chien. De faire confiance à votre ressenti et de leur faire confiance comme ils nous font confiance.

Je m’étonne vraiment que cette petite chienne ait pu être abandonnée ;  elle est plus que parfaite.

J’avais le projet d’adopter un chien de petite taille, chiot ou jeune adulte sans exigence de race ou de sexe. J’ai donc contacté les refuges de ma région (Alpes Maritimes) et j’ai été confrontée à une triste réalité, je ne trouvais en adoption que des chiens âgés et de grande taille. J’ai donc élargie mes recherches. En voyant une annonce pour un petit chien en famille d’accueil j’ai rencontré une femme merveilleuse Kathy Backes de l’association SOS LEVRIERS à Aix-en-Provence.

Elle m’a expliqué que ces chiens venaient d’Espagne et plus particulièrement d’un refuge l’arca de noé d’Albacete.  Elle m’a dit de me rendre sur le site du refuge pour voir si je trouvais mon bonheur. J’avais la possibilité soit d’adopter un chien soit de le prendre en famille d’accueil. Et là j’ai vu Jimena, 5 photos, une petite description. Je ne peux pas expliquer mais ça été le coup de foudre. J’ai décidé de l’adopter. Une petite chienne croisée à poil long de presque 3 ans.

Une fois la décision prise, j’ai traversé des crises d’angoisse, as-tu fais une erreur, est ce que c’est raisonnable d’adopter un chien que l’on n’a pas vu, quel est son passé…

J’ai eu aussi la chance de trouver la méthode bon chien et de recevoir les conseils avisés de Laetitia qui m’a rassurée par mail. Et là, l’attente a commencé interminable 6 semaines car les transports en été sont interrompus et la chienne devait être stérilisée, vaccinée, pucée… Tous les jours, j’allais sur le site d’Espagne dans l’espoir d’avoir des nouvelles, d’apercevoir ma puce dans une vidéo. On m’a juste dit qu’elle était merveilleuse. Il faut savoir qu’ils sont débordés avec plus de 400 chiens dont 150 galgos. Pour vous dire : depuis 1 mois 60 chiens sont rentrés au refuge !

Je ne connais pas son histoire, je sais juste qu’elle a été trouvée errante près du refuge. Et hier elle est arrivée à Nice avec 3 autres chiens en famille d’accueil sur la région et avec 23 galgos qui partaient pour l’Italie.

C’était incroyable quand je suis arrivée elle venait de descendre du camion, elle est venue vers moi comme si elle me connaissait déjà, elle m’a littéralement couverte de baisers, je sentais son petit cœur qui battait tellement fort. Nous avions tous les larmes aux yeux. L’émotion était si intense et forte. Et là, j’ai pensé quelle énergie, je vais avoir du travail….

20130914_153741Et bien non, aussi incroyable que cela puisse paraître elle a tout de suite eu un comportement incroyable

  • premier besoin dans le caniveau
  • assise dans la voiture sagement à l’arrière entre mes deux ados
  • à la maison elle a mangé et bu proprement
  • s’est installé bien sagement couchée près de la table sans réclamer pendant que l’on mangeait
  • est allée seule dans le jardin pour manger un peu d’herbe et est remonté à l’étage seule et toute fière
  • elle a pris un bain bien sagement et puis s’est endormie sur mes genoux en totale confiance.
  • dans l’après midi nous avons fait une grande promenade au cap d’Antibes. Prudente mais sociable avec tous les chiens rencontrés.
  • elle a immédiatement répondu à son nouveau nom
  • et j’ai même pu la lâcher une vingtaine de minutes sur le sentier. Elle s’éloignait de quelques mètres et revenait immédiatement au pied.

Elle s’assoit immédiatement quand on lui dit calme. Elle observait les vagues et la mer qu’elle découvrait avec intérêt et prudence.  Nous avons été mangé des crêpes et elle s’est fait oubliée sous la table et à juste manifesté une inquiétude quand je me suis levée pour payer. Le retour à la maison a été étonnant elle a trouvé seule son chemin, a manifesté sa joie de retrouver sa maison et s’est tout de suite dirigée vers sa gamelle d’eau. Le soir, je l’ai laissée dans le salon seule et là pas un bruit de la nuit. Le matin, pas de mauvaises surprises, bon elle était installée sur le vieux fauteuil le préférant à son magnifique panier qu’elle n’a pas l’air d’apprécier. Elle a juste perdu quelques gouttes de pipi toute à sa joie, lorsqu’elle m’a vue. Elle a demandé à sortir en se dirigeant vers la porte. C’est une vraie perle, je suis si étonnée par son comportement que je crois rêver.

En regardant son passeport je viens de voir qu’elle n’a que 10 mois au lieu des 3 ans annoncé ! C’est super : deux années de bonheur en plus avec elle. Encore une chose, je n’ai pas encore entendu le son de sa voix. Elle est totalement silencieuse. Et elle ne semble absolument pas intéressée par les beaux jouets que je lui avais achetés. Génial, il me reste des choses à lui apprendre.

Voilà l’histoire de ma première journée avec ma petite Louna. J’ai eu déjà  5 chiens, mais là je la trouve juste incroyable.

Ps : Ses 3 copains de voyage Solo 8 ans petit chien de cirque adorable, Grant 4 ans  petite boule noire de 2 kilos et Nuca magnifique grande chienne cherche une famille. Pensez à eux.

Une lectrice de la méthode Bon Chien a partagé son histoire. Partagez la vôtre !

Ouros

ouros recP1100290C’est ton histoire Ouros, saint Bernard de  6 ans au moment où tu te retrouves abandonné, sans ressources, par tes maîtres… Tu es recueilli par la SPA de Salon de Provence et ils sont tous émus là-bas de voir un si beau saint Bernard dans un tel état, tu ne pesais plus que 38 kg !!! tu étais rempli d’épillets!! il a fallu t’opérer à 3 reprises pour les enlever !!! Finalement tu as été adopté quelques mois mais… Pour une belle aventure ce fut une belle aventure …

Quand je t’ai vu « à adopter » en urgence … dans un état… toute la SPA de Salon de Provence était en effervescence pour toi … Je rêvais de t’accueillir mais Ulysse (mon papy st Bernard) n’aurait jamais accepté de me partager avec toi … J’ai été à la fois triste et heureuse de te voir partir chez un gentil couple qui s’est super bien occupé de toi … trois mois. Des problèmes de santé ont fait qu’ils ne pouvaient te garder et entretemps Ulysse était décédé …

Je crois au destin … tu devais venir près de nous, c’était écrit !!! Nous nous sommes empressés d’aller te chercher un aller/retour en 2 jours et 1700 km et quelques jours plus tard tu accueillais Dagobert le BB dont tu allais être le gentil papa adoptif … à 7 ans ! Dagobert a grandi … aaaah les jeunes!!! ils veulent être indépendants … et tu as troqué le rôle de papa contre celui de bodygard pour la petite Jack Russel Vicky …Et puis à quasi 11 ans tu as décidé qu’il était temps de partir … Tu vas bien lui manquer aussi .. elle qui aimait tant se blottir près de toi …

Oui tu vas nous manquer Mamouros … mais 4 ans de bonheur ça ne s’oublie pas …. Ce n’est pas parce qu’on a 7 ans qu’on n’a pas droit à une vie heureuse et d’être adopté !!!

Découvrez l’histoire, les photos et les vidéos d’Ouros ! 

Sauvetage de Molosses !

J’ai 7 chiens dont 6 sauvetages.

  • une récupérée à l’âge de 3 mois chez un particulier qui laissait les chiots en appart avec leur mère, dans 2m², dans leurs excréments et le reste
  • une adoptée en refuge à l’âge de 6 mois, quasi aveugle par un entropion
  • une de 1 mois à peine récupérée alors que le propriétaire menaçait de les égorger pour s’en débarrasser
  • un qui est un cadeau d’une copine éleveuse
  • une autre adoptée à l’âge de 7 ans alors qu’un couple divorçait et avait laissé les chiens depuis plus d’un mois dans leur maison inhabitée, Avane, une bouledogue anglaise de 7 ans, adoptée suite à une annonce sur fb.

Copie de DSC07950Au départ une histoire simple, elle restait d’un divorce et le monsieur se séparait des chiens. Dans la réalité, quand je l’ai récupérée à plus de 8h de route de chez moi, elle était sale, mal entretenue; en fait cela faisait un mois ou plus que le monsieur ne venait que de temps en temps nourrir les deux chiens laissés dans la maison vide. Elle avait des problèmes de peau, otite, cystite, vers, elle sentait très mauvais. En fait, c’est une chienne qui vient de l’est, enlevée à un élevage français pour maltraitance on pense vu ses peurs de tout, sa vulve qui laisse penser le nombre de portées qu’elle a du avoir, ses mamelles, des pbs de dos et de genou, bref…et le pompon : pas une dent. Le véto pense qu’on les lui a limé, mais dans quel but? ….on l’ignore. Et le pire c’est que la famille qui l’a adoptée l’a gardée un an et voilà la miss abandonnée à nouveau. Chez moi elle a retrouvé une vraie santé, s’est collée à mes chiens et ne veut plus sortir de la maison s’il n’y en a pas au moins un avec elle. Mes chiens lui ont redonné le goût de vivre. Elle va très bien, c’est un amour. Côté peur, ça s’arrange peu à peu, avec moi jamais aucun souci, avec les amis c’est mieux mais elle reste toujours tétanisée avec les inconnus.

  • un vieux pépère de 16 ans dont le maître s’est suicidé et qui s’est laissé mourir de faim car placé en pension canine par la famille, la date d’euthanasie était prise, je l’ai récupéré une semaine avant, Hogar, un papi staff beige adopté via l’association molosses’lover.

IMG_8251En fait j’ai vu son annonce sur fb, j’ai craqué sur ce papi, dont l’euthanasie était programmée au 21 mai 2012. Son propriétaire s’est suicidé, la famille a placé le chien en pension, mais il s’est laissé mourir de faim et il a commencé à dépérir, du coup la pension désespérée avait décidé de lui trouver une famille ou bien de le faire partir car il était très malheureux. Je l’ai donc récupéré une semaine avant la date fatidique. C’est vrai qu’au début, ça a été compliqué de le faire manger, aucune envie de vivre, il était en totale dépression. Pour le sortir de là, je l’ai beaucoup emmené en balade avec d’autres chiens, il a 17 ans et une pêche d’enfer, malgré une grosse arthrose c’est un chien avide de balade, il n’en a jamais assez. C’est un doux pépère qui a retrouvé une totale joie de vivre au contact de mes chiens et des promenades. Les préjugés d’adopter de vieux chiens? Franchement j’ai réussi à convaincre beaucoup de gens de mon entourage d’adopter des seniors au contact de Hogar! Ceci dit Hogar reste un chien qui peut facilement retomber dans la dépression si on ne le sort pas, il a besoin de s’évader dans la nature pour sa joie de vivre et son équilibre.

  • un autre récupéré en refuge à l’âge de 6 mois, Tyron, croisé bull terrier que j’ai adopté aussi via l’asso molosse lovers’.

398177_411938752193154_913638978_nUn chien triste et déprimé abandonné depuis à peine 15 jours parce que son propriétaire qui l’avait eu à 3 semaines, biberonné et toujours avec lui, avait dû s’en séparer pour des raisons privées. Ses 15 jours ont été très longs pour lui. Je l’ai récupéré à plus de 5h de chez moi, mais ça valait bien la peine. Un amour de chien. Certes au début ça a été difficile car il ne supportait pas que je laisse, aboiements, destruction etc… mais en le laissant avec mes autres chiens et en travaillant à lui montrer que je revenais toujours, il a fini par comprendre. Aujourd’hui, j’ai de gros soucis avec lui, parce qu’il est agressif avec les autres chiens, non par contact mais parce qu’il ne supporte pas que d’autres chiens que les miens m’approchent. Un hyper attachement sur lequel je bosse pour le faire décrocher, il y a quelques petits mieux…. il aura bientôt un an et demi, le temps passe vite, je l’ai eu il avait 7 mois.

Chaque chien adopté a fait partie de ma vie avec une rapidité impressionnante, j’ai l’impression de tous les avoir eu toute ma vie tellement ils se sont adaptés les uns au autres et à ma vie. Je n’ai rien fait, ce sont mes animaux qui sauvent ceux qui arrivent après eux. Que du bonheur.

Une lectrice de OuafMag a partagé son histoire. Partagez la vôtre ! (Association Molosses Lovers)

L’histoire d’Oracle

C’est en 2009, que nous avons rencontré Oracle (7ans), le boxer avec lequel nous partageons  notre vie et qui est aujourd’hui l’ami le plus loyal de notre famille.  Lors de notre visite au refuge de la SRPA de Charleroi en Belgique, Oracle dormait dans sa cage complètement replié sur lui-même, il s’était tout à fait dissocié de son environnement.  En sentant notre présence, il a ouvert les yeux, et son regard s’est littéralement éclairé lorsqu’il nous a aperçus.  C’est à ce moment précis que notre relation d’amour est née.  Nous nous sommes mutuellement choisis dans un espace subtil qui déploie et renforce spontanément les liens du cœur entre deux inconnus. Nous ne connaissions nullement l’histoire d’Oracle, mis à part qu’il avait été trouvé errant dans la rue.  Seul son corps marqué de cicatrices exprimait le souvenir de sa vie passée.  Notre unique désir pour Oracle était de lui offrir une vie heureuse et paisible.

La première chose à laquelle nous nous sommes appliqués était de lui donner à nouveau goût à la vie, car il semblait parfaitement déprimé et désabusé par son expérience passée.  Nous avons recherché de l’aide à travers des spécialistes du monde canin et diverses lectures, afin d’apprendre à percevoir le monde du point de vue de l’animal, et de respecter Oracle le plus intimement possible dans les besoins liés à son espèce, qu’il s’agisse de sa nourriture, de ses activités mentales et physiques, ou du point de vue émotionnel.  Nous avons appris à interagir avec lui en tenant compte qu’il était un chien, et donc, qu’il n’avait ni la même vision du monde, ni les mêmes besoins que nous, et qu’il était important de les respecter, afin qu’à son tour, il nous respecte en qualité d’humain. Jour après jour, armés de patience, de compréhension, et d’un profond désir d’apporter à Oracle tout ce dont il avait besoin pour s’épanouir et évoluer dans son nouvel environnement, nous avons graduellement établi une passerelle relationnelle de qualité où la cohabitation entre les membres d’espèces différentes est devenue un oasis de bonheur et de respect.

Ensuite, au cours de son parcours, Oracle est tombé gravement malade, et nous avons mis tout en œuvre pour l’aider.  Cet évènement inopiné nous a conduit à la conclusion, que l’origine de son mal-être provenait de la nature de sa nourriture.  Après un changement radical de diète et l’apport de quelques compléments holistiques, nous sommes arrivés à sauver une deuxième fois Oracle de sa condition.  Aujourd’hui, Oracle est âgé de presque 12 ans, et sa santé et son dynamismes sont plus florissants que jamais. Riche de notre expérience, nous avons investi notre énergie à l’écriture d’un livre destiné à la nourriture des chiens et des chats, dans le secret espoir qu’il pourra apporter une petite pierre à l’édifice de la cause et de la santé animale.

Puisse notre expérience ne pas être vaine, et permettre l’ouverture de conscience qu’une nourriture adaptée à l’espèce est l’un des principaux piliers sur lequel s’appuie la santé de tout être vivant.

Sylvia Kramer , « Stop ! A la malbouffe croquettes de nos chiens et nos chats »

Tim

tim1Je ne sais pas ou je suis né, mais j’ai été adopté dans un refuge par Marie-Thérèse. Elle et sa fille Sarah m’ont choisi parmi beaucoup d’autres chiens, bien plus costaud que moi, qui étais un tout tout petit labrador noir, enroulé en boule sur le béton froid de ma trop grande cage. Le vétérinaire a dit que j’avais été séparé trop vite de ma maman, que celle-ci n’a pas eu le temps de tout m’apprendre ce qu’un chien doit savoir. En plus je suis très nerveux. Marie-Thérèse a donc décidé m’inscrire dans un club de dressage, l’OCCDS. Je n’oublierai jamais ce premier « cours » chez les chiots. Sans laisse j’étais censé « jouer » avec les autres chiens. Je me suis mis dans un coin près la porte pour sortir. Dès qu’un chien s’approchait de moi je montrais mes dents ! Les cours suivants étaient beaucoup mieux. Je m’y plaisais. Chercher ma maîtresse, passer par le tunnel, l’action j’adorais ! On a beaucoup ri, on s’est bien amusés. Je me rappelle un monsieur qui donnait du fromage a son chien comme récompense au lieu d’un biscuit. Puis tout fier je suis passé chez les « juniors » Mais parfois je mordillais encore, je n’en faisais qu’a ma tête et surtout j’aboyais dans notre jardin. Je n’ai pas réussi la suite en laisse, je devais aller chez les rouges, alors que mes amis Achille et Flopy avaient réussi. Dommage car je veux faire de l’agility. Je ne suis pas un vrai labrador, le vétérinaire a dit qu’il y a du griffon en moi !

tim3Et puis Marie-Thérèse est tombée malade. Elle ne savait plus se promener avec moi. Je voyais qu’elle était triste, qu’elle avait mal. J’ai décidé de ne plus mordre, d’être gentil etobéissant. Je suis devenu un « chien modèle ». Marie-Thérèse me faisait un signe, je m’asseyais, elle faisait un autre signe, je me couchais. Elle m’a appris à faire le mort, a me rouler par terre, a aboyer sur commande… J’ai appris le nom de mes jouets et a apporter et donner le jouet qu’elle demandait. Et surtout j’étais très utile. Elle ne savait plus s’abaisser. C’est moi qui lui ramassais ce qu’elle laissait tomber ou ce dont elle avait besoin (il paraît que c’est une fourchette, un bic, un mouchoir, des clés, un gsm …). C’est moi aussi qui lui enlevais ses chaussettes quand elle n’y arrivait pas. Les sorties étaient dans le jardin, tout seul Il fallait que je me dépense, je courais comme un fou. J’aboyais pour dire aux autres que j’étais la, qu’ils n’avaient plus intérêt de faire leurs besoins contre « ma » clôture. Un voisin me répondait souvent par « ta gueule » et moi je répondais bien sûr par un « wafwafwafwaf » plus énergique.

tim5On a recueilli une petite grive. C’était moi sa maman (ou son père) pour la protéger. Quand elle était assez forte, elle est partie rejoindre d’autres grives. Parfois elle passait nous dire bonjour, elle s’asseyait sur la table de jardin pour se faire câliner un peu. Après deux ans, quand enfin on a recommencé à faire de petites promenades, je n’avais plus l’habitude des autres, chiens, chats et personnes. Je ne les supportais pas. Alors Marie-Thérèse a décidé de m’inscrire à nouveau dans le club de dressage, l’OCCDS. Je prenais ma place dans les rouges. Les moniteurs étaient assez contents de moi. Mais moi je n’aimais (et je n’aime) toujours pas les autres chiens, je grogne et j’ai envie de les mordre. Par contre j’aime bien les vaches ! Dommage q’un fil barbelé nous sépare et que je ne peux pas aller jouer avec elles.

tim4On a participé à une démonstration du club  a Virginal. C’était la première fois que je voyais autant de monde ! Après, Marie-Thérèse est partie une semaine en vacances, sans moi. J’étais en pension chez une gentille dame a Virginal. Je ne sais pas lequel de nous deux a été le plus triste pendant cette semaine. J’ai passé le test ! Je suis dans les verts. Marie-Thérèse regrette un peu que sur le terrain je ne lui obéis pas comme a la maison. Je sais qu’elle a encore mal. Elle ne sait plus faire deux choses à la fois (écouter le moniteur, m’observer, exécuter l’ordre …) donc, j’essaie de l’aider en anticipant, a ne pas rester trop longtemps couché seul, a courir derrière elle quand elle part …, mais je ne comprends pas qu’elle n’aime pas cela. Elle voudrait aussi que je n’aboie plus dans le jardin, ni dans la voiture. Ben, j’ai mon caractère moi ! Il faut que je montre aux autres que je suis TIM.

tim6On a participé à la promenade d’automne. Je n’ai pas pu courir en liberté comme les autres car une fois sans laisse je cours, je cours, je poursuis toutes les pistes, a gauche, a droite … je n’entends plus rien. Je vais quand-même essayer d’avancer vite, car mon rêve est de faire de l’agility! Ca y est !!!!  J’ai passé le test, j’ai eu 69/80 et je suis dans les oranges! Merci a tous !

 Puis j’ai fait de l’agility ! C’était chouette, courir, contourner, passer des obstacles…. J’ai réussi le test pour aller chez les « bleu », le groupe des meilleurs.

J’ai prouvé que je suis un chien très bien et maintenant que je ne vais plus au dressage, je continue à apprendre, a faire des exercices, des jeux et à être l’ami de Charlotte et Justine.

Marie-Thérèse a partagé l’histoire de Tim. Partagez votre histoire en cliquant ici.

 

L’histoire de Benji

BenjiJe devais ramener un autre chien trouvé dehors chez une petite grand-mère qui se laissait aller depuis la mort de sa chienne, elle était très contente d’avoir eu un nouveau chien, puis je me suis dis que moi aussi je pouvais leur donner une seconde chance, alors j’ai donc pris la décision d’adopter un chien. J’ai trouvé Benji grâce à une association : Chat Chien et Compagnie, il avait été placé en famille d’accueille à Arpajon, donc par chance ce n’était pas très loin de chez moi.

Lorsque j’ai été adopter mon chien, il avait 1 an et 3 mois, je me souviens que c’était le 11 mars 2013.

Lorsque nous sommes arrivés à la maison, Benji était triste d’avoir quitté sa famille d’accueille mais c’est très vite habituer à moi, aujourd’hui, c’est comme si on c’était toujours connus lui et moi, on passe de très bons moments ensemble et nous rigolons bien. Pour ce qui est de l’histoire de ma boule de poil, selon l’association, il s’est fait abandonné très jeune, puis après recueilli par l’association.
Ce qui m’a décidé à prendre Benji et pas un autre chien, et bien c’est qu’au début je devais avoir un autre chien prénommé Elliot, mais il fut adopté avant que je ne puisse le voir, j’ai donc grâce à cela pu aller à la rencontre de Benji et je ne le regrette pas du tout, dès que je l’ai vu, j’ai su directement que nous allions bien nous entendre, nous avions le même caractère, nous étions fait pour nous rencontrer. Bref, ce que j’ai à dire sur l’adoption, c’est que c’est un bonheur pour nous, mais aussi pour eux.
Le blog de Benji

 

Voici l’histoire de Maya et ses conséquences positives:

mayaMaya a été adoptée à l’âge de 7-8 mois au refuge de la SRPA de Charleroi (Belgique) en décembre 2004 (sans race déterminée – 39 cm au garrot). Elle a été retrouvée érrante dans la rue, le refuge ne connaissait rien de son passé. Vivant à l’époque en appartement, je cherchais un chien de petit taille (mais pas trop) et c’est son regard et son approche vers moi qui m’a poussé à l’adopter. En fait, c’est elle qui m’a choisi… C’est mon premier chien (un autre, venant également du même refuge, l’a rejoint 3 ans plus tard) et je suis heureux que nos chemins se soient croisés. L’adaptation à la solitude a mis un peu de temps (quelques petits dégats le première année) mais tout s’est apaisé par la suite.

L’avantage d’avoir un chien qui a des comportements différents, de ce que l’on peut attendre dans l’idéal de perfection, c’est qu’il nous pousse à apprendre pour comprendre. Patience et observation sont les principales qualités à acquerir quand on adopte un chien (et je peux vous dire qu’à la base, je ne suis pas une personne patiente mais ça s’apprend). Au fil des années et de mes lectures je me suis tourné vers le respect de la nature du chien. J’ai d’abord commencé à nourrir au cru (BARF pour ceux qui connaissent) pour ensuite me plonger dans des lectures sur le comportement canin (exp: « Des chiens et des humains » de Dominique Guillo) et dans les méthodes d’apprentissage naturelles.

Aujourd’hui, j’ai le sentiment que la communication passe de mieux en mieux entre-nous et mon expérience me permet d’affirmer que, plutôt que d’acheter un chien chez un éleveur, j’adopterai toujours en refuge.

Mathieu, du blog Le Peuple Canin

Découvrez comment raconter votre histoire : Je veux témoigner

Mon livre Trouver, choisir et adopter un chien dans un refuge peut vous aider dans votre recherche et votre préparation, ainsi que pour l’arrivée de votre chien adopté et ses premiers jours auprès de vous !