• adopter un chien en refuge

Adopter un chien en refuge : 5 faits que vous ne saviez pas

Adopter un chien en refuge vous fait peur ? En réalité, adopter en association n’est pas plus risqué qu’ailleurs.

Le milieu associatif est assez mal connu. Les belles histoires d’adoption sont souvent considérées comme étant « l’exception qui confirme la règle ». Les mauvaises expériences, comme étant la norme, ce qui renforce de vieux préjugés :

« Les chiens d’associations sont tous malades »

« Je ne préfère pas adopter en refuge, je risque de me retrouver avec un chien qui a des problèmes de comportement ».

Quant au fonctionnement et aux initiatives mises en place par les bénévoles, ils sont généralement inconnus du grand public.

Sous l’influence des préjugés, de nombreux adoptants n’osent pousser la porte d’un refuge ou simplement considérer cette possibilité. Pour vous aider à aller au delà des fausses idées, voici 5 faits pour découvrir l’adoption d’un chien en refuge sous un nouveau jour !

Eugénie est la créatrice de Take Me Home, un blog pour sensibiliser, faciliter et accompagner à l’adoption en association.

Une plateforme pour trouver les chiens et chats compatibles avec votre famille (caractère, ententes, mode de vie), est en cours de développement.

Take me Home : un site pour faciliter les belles histoires d’adoption, dans les associations proches de chez vous.

1-Il existe de très nombreuses associations, et la plupart sont indépendantes

Quand on pense à adopter un chien en refuge, on pense souvent à la SPA. Mais saviez-vous que la SPA n’est pas une seule et même association ?

Certains refuges sont gérés par une SPA nationale, d’autres sont des associations indépendantes, partenaires ou non de la CNSPA (Confédération Nationale des SPA de France), une autre organisation fédérant plusieurs refuges. C’est pourquoi chaque association a ses propres procédures.

Localement, de très nombreuses associations entièrement indépendantes, gérées uniquement par des bénévoles agissent. Elles peuvent être généralistes comme spécialisées :

  • dans les sauvetages (maltraitance, animaux handicapés, animaux errants…),
  • sur une certaine race (chihuahua, dogue allemand, chiens de catégorie…).

Et même s’il n’y a aucun refuge ou association près de chez vous, vous pouvez quand même adopter. Quelques associations organisent des co-voiturages pour que les chiens puissent rejoindre leur famille d’adoption.

2-Quand on se rend en association, on n’est JAMAIS « sûrs » de ressortir avec un chien dans les bras.

chien à adopterBeaucoup ont la crainte de se rendre en refuge : « si je suis face à tous ces chiens malheureux, j’aurais forcément envie de TOUS les adopter ! ».

Etre confronté à la misère animale peut être difficile, d’autant plus que l’arrivée d’inconnus fait réagir les chiens. Mais sachez qu’on ne vous forcera pas la main pour adopter, bien au contraire !

Les associations militent contre les adoptions trop rapides, et pas suffisamment réfléchies. Sous l’effet d’un « coup de cœur », on oublie les contraintes et l’engagement que représentent l’adoption d’un chien. Ces adoptions mènent à de nombreux abandons, c’est pourquoi les bénévoles font tout leur possible pour informer au mieux. Pas question de voir leurs protégés subir à nouveau un abandon !

Certaines associations demandent même à respecter un délai de réflexion après avoir rencontré une première fois l’animal. Chaque structure a sa propre procédure, pour s’assurer que votre décision d’adopter un chien en refuge est réfléchie et bien prise « à froid », pour limiter les abandons.

3-Tous les chiens n’attendent pas leur famille en refuge !

Si vous n’avez pas trouvé votre perle rare en refuge, ne vous découragez pas en si bon chemin ! Toutes les associations de protection animale ne fonctionnent pas avec des refuges. La plupart des petites structures font uniquement appel à des bénévoles, les familles d’accueil.

Les chiens vivent au sein d’un foyer et au rythme d’une famille d’accueil qui prend soin d’eux. Une période de quarantaine est toujours respectée à l’arrivée d’un chien pour qu’il soit examiné par un vétérinaire (et soigné si besoin). Un délai au cours duquel l’association obtiendra plus d’informations concernant le caractère et les besoins de chaque chien.

Ce système de famille d’accueil permet d’éviter les frais de structure d’un refuge et de mieux connaître chaque animal. Cependant, les associations manquent souvent de bénévoles pour prendre en charge tous les chiens à sauver.

Si l’expérience vous tente, n’hésitez pas à vous proposer pour devenir famille d’accueil pour chien !

4-Quand on adopte en association, on ne vous présente pas n’importe quel chien

Vous vous étonnerez peut-être qu’on ne vous présente pas certains chiens. Par exemple Comète, ce beau husky que vous avez repéré en entrant, qui vous a directement tapé dans l’oeil. Mais ce refus n’est pas pour vous agacer, loin de là…

Les bénévoles connaissent très bien leurs chiens : leurs petites habitudes, ce qu’ils détestent ou ce qu’ils adorent. Mais surtout, ils connaissent ce dont chacun a besoin pour être bien dans ses pattes. Grâce aux expériences passées et à l’analyse du comportement de chaque chien, les bénévoles savent aussi ce qui pourrait poser problème dans leurs futures familles.

Certes, Comète, le Husky que vous avez croisé est magnifique. Mais il a besoin de se dépenser plusieurs heures par jour alors que vous habitez un petit appartement, avez un chat, et que vous n’êtes pas vraiment un grand sportif…

Les bénévoles préféreront vous refuser l’adoption plutôt que de courir le risque de mettre ce chien dans la situation qui a causé son abandon. C’est aussi l’assurance pour vous ne de pas vous retrouver avec un chien qui ne pourra jamais s’adapter à votre mode de vie.

Dans son ancienne famille, Comète s’ennuyait et s’est mise à tout détruire pour se défouler. L’association lui recherchera une famille sportive, pour canaliser son énergie et ainsi éviter les problèmes de comportement liés à un manque.

Les bénévoles vous conseilleront les chiens qui vous correspondent, et qui s’intègreront plus facilement à votre famille. Il n’existe pas de « chien parfait » mais simplement des chiens plus ou moins compatibles avec votre famille. C’est pour cette raison que je créé Take Me Home : en proposant une adoption par matching, on met toutes les chances de notre côté pour vivre une belle histoire !

5-Adopter en association, c’est aussi être conseillé et accompagné

chien abandonnéFace au nombre d’abandons, les associations ne peuvent pas se permettre de voir leurs anciens pensionnaires revenir au refuge. L’objectif des bénévoles est de trouver LA bonne famille pour chaque chien, et de s’assurer que les adoptants sont bien prêts à s’engager.

Pour le vérifier, chaque association a ses propres procédures. Elles vous demanderont pour la plupart de répondre à un questionnaire, pour s’assurer que vous avez bien tout prévu et réfléchi. C’est via ces informations que les bénévoles vous orienteront vers les chiens qui vous correspondent le plus.

Si par exemple, vous avez un chat, on vous proposera plutôt des chiens ayant déjà vécu avec des petits félins, ou plutôt calmes. Les bénévoles pourront aussi vous donner des conseils selon la personnalité de chaque chien, pour faciliter les présentations.

Une fois adopté, on vous demandera quelques nouvelles. Certaines associations proposent des visites de suivi, pour s’assurer que tout va bien, vous conseiller et vous aider. Pour les bénévoles, c’est l’occasion de découvrir l’évolution du chien depuis son arrivée au refuge, un moment toujours émouvant.

Et n’oubliez pas qu’une simple photo d’un ancien protégé offre beaucoup de baume au cœur. C’est toujours une immense joie de recevoir des photos qui rappellent aux bénévoles qu’ils ont pu participer à la belle histoire de votre chien. Chaque adoption est la victoire de toute une équipe.

Comme vous l’avez découvert, adopter en association c’est aussi bénéficier d’un accompagnement et de conseils pour réussir l’accueil de son chien.

Beaucoup pensent qu’adopter un chien en refuge est plus risqué que de choisir un chiot via des petites annonces de particuliers. Mais parallèlement, on sous estime parfois les risques de ce mode d’adoption. Un vendeur principalement intéressé par le profit ne refusera pas une adoption, même s’il pense qu’elle se passera mal.

J’espère que cet article vous aura réconcilié avec l’adoption d’un chien en association !

Découvrez ici des témoignages d’adoptants.

Découvrez la boutique OuafMag

Abonnez-vous à la newsletter et faites le plein d'astuces et de conseils pour votre chien !

Désabonnement possible à tout moment conformément à ma politique de confidentialité.

2018-06-25T14:53:55+00:00