5 mauvaises raisons de vouloir un chien

Nous explorons de mauvaises raisons de vouloir un chien, de celles qui peuvent conduire à l’abandonner plus ou moins rapidement. Mais attention : les raisons suivantes de vouloir un chien sont de mauvaises raisons quand ce sont vos seules motivations. Aucune de ces raisons n’est foncièrement mauvaise en elle-même ! Si l’une de ces raisons prend le pas sur tout le reste, elle peut vous détourner de l’essentiel.

Si vous réfléchissez depuis longtemps, longtemps… sans parvenir à vous décider, cet article pourra peut-être vous aider à savoir si vous devez avoir un chien ou pas.

1-Vouloir la même race que quand on était petit

On idéalise souvent une race de chien en se basant sur une sélection inconsciente de merveilleux souvenirs d’enfance, lorsque l’on a grandi avec un chien. Or, chaque chien est unique et rien ne vous garantit d’avoir le chien dont vous rêvez en choisissant la race qui vous a fait si bonne impression, il y a 10, 15, 20, 30 ans… Votre chien aura des caractéristiques similaires mais ce sera un autre chien, différent voire extrêmement différent de celui de vos souvenirs.

Simplement parce que les comportements d’un chien dépendent en partie de traits propres à une race mais surtout de où ils vivent, avec qui ils vivent, qu’est-ce qu’ils vivent au quotidien, qu’est-ce qu’ils vivent dans leurs premières semaines…

De plus, il est assez risqué de vous référer à ce que vous connaissez du chien uniquement par rapport au chien de votre enfance parce que les responsabilités ne sont pas du tout les mêmes lorsque vous vous occupez d’un chien H24, 365 jours par an : quand vous étiez petit, vous n’avez eu droit qu’à une petite partie de ce qui fait la vie avec un chien.

Si c’était avant l’âge où les enfants commencent à pouvoir rester seuls à la maison, etc., alors vous avez certainement eu droit au meilleur et les personnes qui vous ont élevé se chargeaient de tout le reste: le nourrir, le sortir, l’occuper, l’éduquer, le soigner…

Ce n’est pas une mauvaise idée si vous avez conscience que ce chien sera, avant tout, ce que vous en ferez et bien qu’il s’agisse de la même race, il ne sera pas le chien de vos souvenirs.

2-Vouloir la même race qu’un chien récemment décédé

Pour le bien-être de l’homme et de l’animal, les psys et thérapeutes ont globalement tendance à le déconseiller : le risque mentionné plus haut (s’attendre au même chien que l’autre chien), est encore plus important. Vous risquez d’être déçu mais aussi et surtout d’être coincé dans un schéma de communication inadapté (dans ce cas nous avons certaines attentes plus ou moins conscientes qui peuvent nous faire passer à côté de ce qu’est LE chien avec lequel nous vivons).

Non, il n’y a vraiment rien de mal à choisir la même race, lorsque l’on reprend un chien après la perte de son chien, si vous avez passé toutes les étapes de ce qu’on appelle « le deuil », si vous avez pleinement conscience du fait que ce chien vous apportera des choses différentes, si vous n’essayez pas de faire de ce chien, le chien que vous avez tant aimé et qui vous manque.

3-Vouloir une race à la mode

Une race à la mode n’est jamais une race adaptée à « tout le monde ». Jamais. Ce qui peut vous aider, si vous hésitez, c’est d’essayer de savoir pourquoi telle ou telle race de chien est populaire.

Ce n’est pas une mauvaise raison de vouloir un chien si vous vous êtes bien, bien, bien… renseigné sur cette race qui vous plaît et que vous pensez pouvoir combler tous ses besoins. Il faut y faire attention ;  beaucoup de propriétaires de chiens ont choisi une race à la mode ou une autre, avec des représentations. Par exemple, « tous les chiens de cette race sont systématiquement obéissants » ou calmes, ou gentils avec les enfants… ou peu importe ce que les gens recherchent.

Ils attendent le genre de choses qui dépend surtout de ce qu’ils vont faire avec leur chien.

 

4-Vouloir un chien pour combler sa solitude

C’est compréhensible mais cela peut aussi représenter une mauvaise raison de vouloir un chien. Quand c’est à la suite d’un événement tel qu’un divorce, une perte d’emploi, un déménagement, bref un grand changement dans la vie, vous n’avez peut-être pas toutes vos capacités de réflexion pour vous poser les bonnes questions et évaluer les contraintes à long terme.

Certaines situations nous poussent à envisager uniquement à court terme ce qu’un chien peut nous apporter.

Si la solitude, l’ennui, l’isolement, l’inactivité… est l’unique motivation de vouloir un chien, le chien risque de devenir un fardeau lorsque les choses iront mieux.

Et c’est aussi un piège parce que le risque de trop traiter son chien comme un humain est élevé – déjà qu’il est élevé en temps normal. Nous pouvons perdre le sens des réalités quand nous allons très mal et nous comporter d’une façon qui va entraîner des problèmes : partager ses repas avec son chien (mauvais pour sa santé), le serrer dans ses bras à longueur de journée (ce qu’il n’apprécie pas) ou oublier qu’il a d’autres besoins que les nôtres.

En général, il n’y a rien de bon quand on prend un chien alors qu’on est dans une mauvaise passe ou qu’on pense que le reste du monde est « pourri ». Vous prendriez un risque important de fausser la relation avec votre animal. Ce n’est pas une mauvaise raison de vouloir un chien si vous n’attendez pas de votre chien qu’il soit votre unique source de bien-être.

5-Vouloir un chien pour les enfants

On achète et adopte parfois des chiens pour faire plaisir aux enfants (et d’autres animaux). Mais c’est vous, l’adulte ou les adultes du foyer, qui vous occuperez du chien et certainement pas vos enfants. Les enfants ne nourrissent pas les chiens, ne les sortent pas pour se promener x fois par jour, ne les toilettent pas, ne les emmènent pas chez le vétérinaire, ne ramassent pas leurs déjections… et surtout, les enfants n’éduquent pas les chiens.

En outre, jusqu’à un certain âge, les enfants ne font pas grand-chose d’autre que de toucher les chiens (et naturellement de la façon dont les chiens détestent être touchés). Pour un enfant, c’est vraiment merveilleux de grandir avec un chien. Pour que ce soit une bonne expérience pour le chien… cela va vous demander beaucoup de travail, de patience, de disponibilité et de vigilance.

Et le chien n’est pas un cadeau à offrir.

Vous ne devriez pas vous reprocher ou vous inquiéter de vouloir un chien…

…d’une race à la mode, de la même race que le chien de votre enfance ou celui qui est mort, pour combler une forme de solitude ou faire plaisir à vos enfants, si vous avez d’autres motivations et que vous êtes prêt à vous engager -pour plusieurs années – à tout faire pour que cet animal soit heureux avec vous et toujours traité de façon juste et bienveillante.

Abonnez-vous à la newsletter de OuafMag pour plus de conseils et astuces !

2017-08-18T05:52:48+00:00