Vous savez que votre chien adulte est peu sociable avec ses congénères quand il a des réactions « excessives ». Tout ce qui est excessif chez le chien est synonyme d’une certaine imprévisibilité. Que ce soit dans la joie ou l’extrême inverse, une réaction excessive face à un chien n’est pas bon signe. Comme vous pouvez apprendre à votre chien à donner la patte, vous pouvez lui apprendre à se comporter d’une façon agréable avec les autres chiens.

Bien entendu, c’est malheureusement plus long et plus compliqué que d’apprendre un tour.

Quelques bases essentielles

Pour apprendre quelque chose à votre chien, ce qui marche le mieux, c’est de le récompenser au moment où il fait ce qui vous convient.

Or, lorsque vous essayez de socialiser votre chien avec les chiens, vous n’avez souvent pas le temps de faire quoi que ce soit, à cause de ses réactions excessives qui se produisent en une fraction de seconde. C’est pourquoi nous allons voir quelques astuces qui vont vous permettre de saisir le moment opportun pour faire comprendre à votre chien que « oui, c’est ça, c’est exactement ce comportement que j’attendais de ta part ».

Évidemment, il faut trouver un moyen de vous exprimer d’une façon bien plus claire.

Il n’y a pas plus clair que la friandise (ou un signal vocal suivi d’une friandise quand vous n’avez pas le temps de donner la friandise au bon moment, un signal qui sera toujours, toujours, toujours le même. Oui, super, bon chien, bravo, excellent… : choisissez et n’en changez plus).

Pour apprendre à votre chien à bien se comporter avec ses congénères, il faut qu’il puisse les rencontrer régulièrement mais sans que cela ne le fasse réagir.

Il faut se focaliser sur le « oui » et pas sur le « non » : vous vous concentrez sur tout ce qui se produit de bien (convenable, acceptable…) et non sur tout ce qui se produit de « mal » (gênant, problématique…).

Mais comment encourager son chien à reproduire un bon comportement quand on voit rarement les bons comportements ?

Vous avez probablement plus d’opportunités que vous ne le pensez…

Astuce numéro 1 : c’est arrivé par hasard

Même si vous avez l’impression qu’un bon comportement arrive par hasard ou que ce n’était pas fait « exprès », vous pouvez quand même récompenser votre chien qui va comprendre (pas la première fois mais avec au moins 3 ou 5 répétitions à intervalles rapprochés, dans un laps de temps aussi court que possible) que c’est ce que vous attendez de lui.

Exemple avec un chien qui aboie sur les autres chiens : il y en a plusieurs, il ne sait plus où donner de la tête, il est tout fou et regarde à gauche, à droite. Ça vous énerve et vous n’avez qu’une envie : partir d’ici ! Pourtant, un jour, sans que vous n’ayez compris pourquoi, dans ces circonstances où il aboie d’ordinaire, votre chien n’a PAS aboyé.

C’est le moment de lui montrer que vous êtes extrêmement satisfait(e).

Ensuite, visualisez mentalement ce qui s’est passé pour essayer de repérer les éléments qui ont fait qu’il n’a pas aboyé ce jour-là. Vous pourrez faire en sorte que ça se reproduise et récompenser encore plus.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.

Astuce numéro 2 : c’est « pas terrible » mais…

Vous pouvez récompenser votre chien à partir du moment où une réaction est nettement « moins excessive » que d’habitude.

C’est vrai que ce n’est pas ce que vous attendez. C’est vrai que ce n’est pas parfait. Pourtant, si votre chien est clairement plus détendu que d’ordinaire, profitez-en pour lui montrer que c’est une bonne chose (friandise=gratification=comportement qui se reproduit).

Exemple avec un chien qui se met à tirer sur la laisse dès qu’il voit passer un autre chien : il vient de faire « une scène » parce que vous venez de croiser son copain préféré. Et voilà un autre congénère qui arrive. Mais celui-ci, moins intéressant pour votre chien, provoque une réaction sensiblement moins intense.

C’est un excellent moment pour montrer à votre chien que vous êtes content(e). Donnez-lui (immédiatement) une friandise et partez avant (sait-on jamais) qu’il ne se remette à tirer.

Astuce numéro 3 : détends-toi

N’hésitez pas à utiliser la friandise autrement que pour récompenser votre chien.

Elle peut vous aider à le détendre s’il manifeste des réactions agressives, par exemple. Oubliez les histoires de dominance. Mettez votre chien en confiance et vous allez voir que vous aurez, peu à peu, de plus en plus de temps pour réagir et montrer votre satisfaction. Vous pouvez attirer votre chien vers vous pour le détourner d’un chien avant qu’il ne soit incapable de bouger en suivant de la nourriture (parce qu’il est trop bouleversé).

Vous « coupez court » à ce qui aurait pu être une réaction. Vous ne dites pas « détends-toi » avec votre voix; vous utilisez un langage différent, un langage que votre chien peut comprendre. Vous lui mettez la friandise sous la truffe pour le faire bouger.

Attention ne confondez pas cette astuce avec le contre-conditionnement. Cette astuce n’est pas une façon d’apprendre quoi que ce soit à long terme. C’est une façon d’éviter les comportements problématiques pour mieux réussir à apprendre.

Astuce numéro 4 : gâteau

Si vous n’y arrivez pas, essayez de trouver des friandises plus intéressantes pour votre chien. Sinon, apprenez-lui le mot « gâteau ». C’est facile, il suffit de le répéter pendant plusieurs jours à n’importe quel moment, chez-vous, et de lui donner la friandise tout de suite après. Faites-le avec sa friandise préférée.

Lorsque vous irez au parc ou ailleurs, « gâteau » aura pour conséquence d’attirer l’attention de votre chien (toujours avant qu’il ne soit trop tard pour le faire : un chien bouleversé qui aboie sur un chien ne s’intéresse pas à la nourriture et c’est normal). Il ne peut plus ni tirer sur la laisse, ni grogner, ni aboyer puisqu’il est en train de mâcher et vous vous dites que cela ne compte pas mais il fait juste autre chose que de « mal » réagir.

Du moment qu’il fait autre chose, vous avez « coupé court » à la réaction : vous pouvez vous éloigner plus facilement et trouver un endroit où les chiens passeront suffisamment loin du vôtre pour observer un maximum de comportements à renforcer.

Astuce numéro 5 : oh le joli toutou que voilà

Ce n’est pas toujours évident, avec les chiens détachés, ou bien pour ceux qui ont vécu des incidents graves, ou encore si vous avez un chien très très réactif et hostile à tous les chiens, mais il est très important que vous soyez vous-même plus détendu(e). Vous serez en mesure d’agir efficacement pour progresser plus vite.

Grâce à la distance, élément hyper favorable à l’observation des comportements dont vous rêvez, vous pouvez observer un chien plus calme. Alors mettez-vous bien à l’écart des chiens et allez-y franchement (montez l’intonation) quand vous en voyez un et que votre chien est juste « interpellé » : oh le gentil chien que voilà, regarde comme il est beau, ça c’est un bon gros toutou qui va devenir ton copain…

Peu importe ce que vous dites, dites-le joyeusement (et si vous êtes en train de marcher, ne vous arrêtez pas, si possible). Cette habitude fait passer un message à votre chien : rencontrer des chiens, c’est vraiment super, il n’y a aucune raison de s’énerver ou d’avoir peur. Cela vous évite de tirer sur la laisse ou rouspéter et donc de prendre le risque d’envenimer les choses.

Suivez OuafMag par e-mail : découvrez les nouveaux articles du blog et l'actu du site dans la newsletter.