• caresser son chien pas sur la tete

3 choses à ne pas faire avec son chien (que presque tout le monde fait)

Que vous ayez des petits soucis canins ou récemment accueilli votre premier chien, ces 3 choses à ne pas faire avec son chien pourront peut-être vous aider à progresser dans votre relation ou à remettre de l’ordre dans un éventuel « désordre » 🙂

1- Caresser son chien sur la tête

Avant tout, voici de quoi nous parlons (attention… visions d’horreur pour ceux qui ont déjà arrêté de le faire !)

caresser son chien pas sur la tete

ne pas caresser un chien sur la tete

main qui caresse chien sur la tete

Nous parlons d’approcher la main du haut vers le bas sur le dessus du crâne ou en passant au-dessus de la face. Donc nous parlons d’un des gestes les plus ordinaires que font les gens avec leurs chiens pour montrer leur affection !

Je plaisante quand j’écris « visions d’horreur » ; par contre, très sérieusement, s’il est vrai que les chiens peuvent avoir leurs préférences, ce que nous savons sur le sujet c’est que naturellement, la majorité des chiens n’aiment pas être caressés sur la tête.

Ce n’est pas toujours facile à voir. Ce qu’expriment les chiens est très rapide ! Mais vous pourriez constater que votre chien n’apprécie pas les caresses sur sa tête en observant ce qu’il fait quand vous approchez la main de son crâne. Il peut sortir et rentrer très vite sa langue, lever la tête légèrement ou nettement (comme ma chienne ci-dessus), baisser la tête et/ou les oreilles, tourner la tête…

Ce sont des comportements parmi les plus fréquents qui disent à peu de choses près (très poliment) « je ne veux pas ».

Sachant que les chiens réagissent souvent à la main qui s’approche du haut vers le crâne, un des gestes courants d’affection les plus désagréables pour un chien est sûrement d’être tapoté sur le crâne… !

Pour certains problèmes, comme quand la confiance est difficile à mettre en place, changer la façon dont vous caressez votre chien et inviter vos proches à vous imiter, est toujours utile. Et même s’il n’y a pas de problèmes, s’efforcer de changer cette habitude est toujours une bonne chose pour son chien.

(ça demande quelques semaines, mais ça se fait !)

Nous avons ce geste certainement parce que, dans bien des situations, c’est la tête de nos chiens qui nous est accessible en premier et facilement ; le toucher ailleurs demanderait de se baisser, se déplacer ou tendre le bras. Il y a aussi une théorie selon laquelle nous caressons affectueusement autrui sur la joue ou dans les cheveux.

Alors où caresser son chien pour ne pas le mettre mal à l’aise ?

Observez bien car tous les chiens ne réagissent pas de la même façon ni aux mêmes endroits du corps + cela dépend aussi du moment (si un chien n’a pas envie d’être caressé tout court parce qu’il somnole, par exemple) !

Mais, en général, on n’observe pas de « messages » de refus (ou nettement moins souvent) :

  • en approchant la main du bas vers le haut, ce qui peut vous demander de vous mettre accroupi d’abord et de caresser sous le cou ou sur le poitrail
  • sur la nuque sans survoler la face avec la main donc en l’approchant plutôt de côté ou depuis l’arrière de son corps
  • sur le côté du cou
  • sur le dos
  • sur le flanc
  • sur l’épaule
  • sur la cuisse ou à la base de la queue

Il y a donc pas mal d’autres endroits du corps à tester !

PS : pourquoi ? parce que la face des chiens est vraiment l’endroit le plus sensible de leur corps (yeux, truffe, vibrisses…).

2-Donner des ordres

Ce n’est pas ce que vous croyez…

S’habituer à utiliser la bonne intonation pour être écouté, c’est peut-être encore plus difficile que de caresser son chien ailleurs que sur la tête. C’est quoi la bonne intonation ? C’est comme si vous posiez une question.

Et qui utilise la forme interrogative pour donner des ordres ?

Personne.

Pour cette raison (et non parce que je pense qu’il ne faut rien demander à son chien !), je pense qu’un terme comme « demande » convient mieux que le mot « ordre ».

Si votre chien a (vraiment) appris quelque chose et qu’il n’écoute pas toujours (commencez par l’apprendre, bien sûr), une des raisons fréquentes est une des plus simples : vous n’y mettez pas la bonne intonation. PS : ceci concerne également le nom de votre chien.

Vous lui parlez comme à quelqu’un. Comme si vous disiez « range tes jouets »… ou « passe-moi le sel ».

Observez votre chien. Dites n’importe quel mot qu’il ne connaît pas, par exemple « élucubration », de façon totalement neutre. Ensuite, dites-le comme si vous posiez une question « élucubration ? ». Voilà, ça change tout.

Elucubration ??

En français et plusieurs autres langues, la forme interrogative fait monter l’intonation et appuyer sur la dernière syllabe du dernier mot.

Vous ne demandez jamais à un enfant « range tes jouets ? » ou à qui que ce soit « passe-moi le sel ? » (faites-le à table, ce soir, haha !).

En plus du fait qu’on appelle ça des « ordres », le vocabulaire communément employé ne nous aide pas à utiliser l’interrogation (assis, au pied, pas bouger…).

Sans compter que l’urgence d’une situation, ou bien des émotions comme l’agacement ou la colère nous font parfois utiliser un ton autoritaire – ce qui n’est pas dramatique en soi (si on ne va jamais plus loin qu’un ras-le-bol momentané) mais peut très vite devenir une habitude et alors votre chien ne s’exécute, dans le fond, que parce qu’il vous craint.

Etre écouté nécessite, pour la plupart d’entre nous, de s’exercer longuement à l’utilisation de la forme interrogative au lieu de parler dans sa moustache ou, alternativement, d’utiliser le ton du général au soldat. Mais vous serez vite récompensé de vos efforts, parce que les chiens sont vraiment plus sensibles aux questions qu’aux ordres !

3- Ne communiquer qu’avec la voix

Nous communiquons naturellement par la parole. Le langage du corps est surtout inconscient. Selon notre culture, nous pouvons faire plus ou moins de gestes en parlant. Mais enfin, la plupart des humains (adultes) ne sautillent pas quand ils sont impatients, ne tournent pas le dos à autrui quand ils ne veulent pas communiquer et ne tapent pas dans leurs mains pour obtenir l’attention.

En tout cas, pas en premier lieu. Pour utiliser autre chose que la parole, il faut souvent que la parole ne suffise plus.

Pourquoi attendre ?

Que vous ayez un chien depuis peu ou plus longtemps, vous avez certainement déjà connu la frustration de ne pas parvenir à vous faire comprendre. Cela pourrait énormément vous aider d’essayer de communiquer, en plus de la voix, avant la voix ou à la place de la voix (à voir selon les circonstances) avec le corps.

Les gestes aident beaucoup mais il s’agit plutôt ici d’utiliser tout son corps (un peu comme le font les chiens).

Par exemple :

  • vous déplacer devant votre chien pour (éventuellement) « boucher la vue » et mieux attirer son attention, au lieu de répéter le même mot en restant derrière lui
  • vous déplacer à un endroit pour mieux lui faire comprendre une demande (comme quand un chien va derrière la porte pour sortir, devant le placard pour manger…).
  • vous rapprocher de votre chien avant de lui demander quelque chose (comme quand un chien vient tout près de vous pour attirer votre attention…).
  • vous éloigner pour arrêter de jouer ou de le caresser – comme quand un chien s’éloigne pour mettre fin à une interaction… Parfois, prendre de la distance est plus efficace qu’un mot.
  • sautiller pour l’attirer
  • etc.

Beaucoup d’entre nous deviennent très expressifs pendant le jeu. Et voilà qu’on s’accroupit, qu’on tape sur ses cuisses, qu’on sautille et qu’on « se lâche ». Peut-être que nous sommes poussés à le faire avec un animal qui nous paraît plus expressif lui-même ?

Toujours est-il qu’au quotidien, en général, nous n’utilisons quasiment que nos voix et, sans pour autant perdre toute dignité 🙂 nous pourrions être bien mieux compris en étant, disons moins statiques pour essayer plus de déplacements et plus de mouvements.

Abonnez-vous à la newsletter de OuafMag pour plus de conseils et astuces !

2017-12-03T10:31:37+00:00